Archives mensuelles : février 2012

Traduction française: „Die bedeutenden Wissenschaftssprachen müssen erhalten bleiben“

« Les grandes langues scientifiques doivent être préservées »

Le 24 janvier 2012 par Mareike König

Entretien avec Hinnerk Bruhns, directeur de recherche au CNRS à Paris, à propos de Trivium,  la revue en ligne dont il est cofondateur et directeur de rédaction.

Mareike König (MK) : M. Bruhns, vous êtes l’un des “pères” de TRIVIUM, une revue électronique créée à l’automne 2007, qui publie des traductions d’articles sélectionnés dans des revues allemandes et françaises spécialisées en sciences humaines et sociales, les contributions originellement parues en allemand étant proposées en traduction française et vice-versa. Comment est née l’idée de cette revue ?

Hinnerk Bruhns (HB) : L’idée fondatrice de la revue Trivium a progressivement vu le jour entre 2005 et 2007. A cette époque, j’étais adjoint à l’administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), où existe depuis les années 1980 un programme franco-allemand pour la traduction de livres dans le domaine des sciences humaines et sociales [1], qui bénéficie du soutien de l’Institut Goethe, (auparavant : Inter Nationes), du DAAD et du Centre National des Lettres. Depuis de nombreuses années déjà, j’avais exprimé en diverses occasions l’idée de compléter ce programme par un programme parallèle de traductions d’articles de périodiques, et cela a été l’un des points de départ à la création de Trivium. Le raisonnement était que l’investissement financier et le risque éditorial seraient réduits par rapport à la traduction d’ouvrages complets. De surcroît, la traduction de textes courts – articles de périodiques – devait permettre de réduire le décalage temporel souvent très important entre l’avancée de la recherche dans un pays et son transfert et sa réception dans le pays voisin.

Ces réflexions se sont ensuite associées à d’autres, relatives à la politique linguistique dans les sciences humaines et sociales en Europe. Les fondations Robert Bosch et DVA, partenaires de longue date de la FMSH, finançaient depuis plusieurs années déjà des études sur la communication scientifique entre la France et l’Allemagne. La question des langues et de la traduction y occupait une place centrale. Ainsi, dans une étude de Fritz Nies de 2002[2], l’intensité mais aussi les lacunes de la communication, des transferts et de la réception entre les communautés scientifiques spécialisées allemandes et françaises ont été analysées à travers l’exemple de différentes sciences humaines et sociales. Sur la base des résultats de cette études, un congrès a été organisé à Berlin en 2004 par les fondations Robert Bosch et DVA, l’institut franco-allemand à Ludwigsbourg et la FMSH sur la question des langues au sein de la coopération scientifique en Europe, avec une attention particulière pour les échanges franco-allemands. [3]. A l’issue de ces débats, la nécessité, scientifiquement fondée, de préserver et de promouvoir les grandes langues dans les sciences humaines et sociales a été réaffirmée, ainsi que celle, corrélative, de soutenir et intensifier davantage la communication scientifique transnationale par le biais de traductions.

De ces réflexions à la mise en œuvre concrète du projet, il a fallu non seulement passer par un certain nombre d’étapes mais aussi trouver des partenaires. Des institutions, d’une part : outre les fondations allemandes citées précédemment, il s’est agi du Ministère français de la culture, ainsi que, principalement, de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et de l’Agence nationale de la recherche française. Des personnes, d’autre part, qui se sont particulièrement investies et ont amené les compétences qui me manquaient. Je me contenterais ici de citer Gudrun Gersmann de l’Institut historique allemand de Paris (DHI) qui a une très grande expérience dans le domaine des médias numériques et des outils de recherche. Depuis l’université de Cologne où elle travaillait à l’époque, et avec le concours de la FMSH, Mme Gersmann a fait valider la demande de financement de Trivium dans le cadre de l’appel à projets franco-allemands de la DFG et de l’ANR, puis a mis la revue sur pied avec moi lorsqu’elle est devenue directrice de l’Institut historique allemand de Paris.

MK : Quelle est la particularité de TRIVIUM ?

 HB : A la différence de revues scientifiques traditionnelles, Trivium ne publie pas d’articles originaux, mais uniquement des traductions de textes déjà parus dans des périodiques ou des ouvrages collectifs en France ou en Allemagne. La particularité réside donc d’une part dans la traduction, d’autre part dans la combinaison d’articles français et allemands sur une même thématique.

Trivium paraît sous la forme de cahiers thématiques (la fréquence moyenne est de trois par an), qui sont en principe sous la direction scientifique d’un chercheur français et d’un chercheur allemand, différents à chaque numéro. Trivium est éditée par les Editions de la Maison des sciences de l’Homme à Paris, avec le concours de différentes institutions françaises et allemandes, dont en premier lieu l’Institut historique allemand de Paris. Le conseil scientifique de la revue sélectionne avec la rédaction et les directeurs scientifiques des numéros respectifs les articles à traduire. Le premier numéro est paru en mai 2008 et la revue est disponible gratuitement sur internet : http://trivium.revues.org/

 MK : Que signifie précisément le nom “Trivium” ?

HB : Le nom complet de la revue est : Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften. En latin, le mot trivium désigne un lieu où convergent trois routes, un carrefour. Dans la scolastique médiévale, le terme correspondait au trois disciplines grammaticalo-rhétoriques (la dialectique, la grammaire, la rhétorique) des sept arts libéraux, autrement dit le triple chemin de la connaissance linguistique, qui, combiné au quadrivium (quatre routes : l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie et la musique) formaient une propédeutique à l’étude de disciplines plus élevées (la théologie, le droit, la médecine). Mieux que celui de bivium (deux routes), le concept de trivium exprime la mission que nous nous sommes donnée avec cette revue « à deux faces » franco-allemande : d’une part, parce qu’il met l’accent sur l’importance de la langue dans l’accès à la connaissance, d’autre part parce que l’idée des « trois routes » permet d’aller au delà de la seule perspective franco-allemande.

MK : Pourquoi avoir choisi le format électronique pour la revue ?

HB : Etant donné que nous ne voulions pas limiter les thématiques abordées dans la revue à une seule discipline, mais au contraire couvrir une grande diversité de domaines scientifiques dans lesquels la pensée et les concepts sont étroitement tributaires des langues nationales, il n’était pas possible de compter sur un cercle fixe d’abonnés qui aurait permis de supporter les coûts considérables de traductions, rédaction, impression et distribution. Aussi, d’un point de vue économique, la seule solution viable était d’opter pour une revue exclusivement électronique, proposée en libre accès. Les coûts de cette entreprise, qui devaient être couverts par des donataires privés et publics, se justifiaient uniquement au regard de l’intérêt scientifique attendu. La revue devait donc être développée comme une sorte d’outil ou d’élément d’infrastructure à disposition des chercheurs – en particulier ceux qui s’intéressent à la coopération franco-allemande – de manière à ce que ceux-ci puissent se l’approprier, au meilleur sens du terme. De plus, cette initiative franco-allemande devait servir de modèle pour des projets de traduction analogues entre d’autres communautés linguistiques.

MK : Comment Trivium se positionne-t-elle au sein de la communauté scientifique allemande et française ? Quel est le public visé par la revue, des étudiants, des doctorants, des chercheurs ?

HB : Conformément au concept fondateur, Trivium s’adresse en premier lieu à des étudiants, des enseignants du supérieur et des chercheurs qui, en raison d’une méconnaissance ou d’une maîtrise insuffisante de l’allemand ou du français, ne lisent pas ou peu – et le cas échéant avec beaucoup de difficulté – de publications dans ces langues. On pense tout d’abord spontanément au public universitaire français et allemand, mais la revue s’adresse également à des lecteurs dans d’autres pays francophones ou germanophones. Au-delà, Trivium vise également un lectorat de scientifiques et d’étudiants dans (potentiellement) tous les pays du monde, qui lisent l’une des deux langues dans laquelle la revue publie ses traductions. Les statistiques d’accès indiquent que Trivium a des lecteurs partout dans le monde, mais aussi que la revue est régulièrement consultée par des chercheurs et des étudiants qui maîtrisent les deux langues. Et cela ne tient pas seulement au fait que les textes publiés dans Trivium sont directement accessibles sur internet. Ce qui joue un rôle décisif, c’est que Trivium propose des dossiers thématiques pertinents pour la recherche, établis selon des critères scientifiques et accompagnés d’introductions approfondies rédigées par les directeurs des numéros respectifs. D’ailleurs, la rédaction a appris que les cahiers thématiques de Trivium sont parfois utilisés dans le cadre d’enseignements universitaires.

MK : Une question provocatrice : pourquoi les traductions sont-elles aujourd’hui encore si importantes dans les sciences humaines ?

HB : L’objet des sciences humaines et sociales est l’étude de l’homme et de la société. L’élaboration des concepts est par conséquent (en particulier au sein des grandes communautés scientifiques) étroitement liée aux langues nationales respectives. C’est dans la langue nationale que s’expriment la pensée et l’expérience de l’individu et du corps social, que le chercheur formule ses hypothèses, ses analyses et ses explications et qu’il les présente à ses collègues ainsi qu’à un plus large public.

Si la communication et les échanges scientifiques en Europe et dans le monde ne peuvent faire l’économie d’une lingua franca – l’anglais à l’heure actuelle –, il n’en demeure pas moins que le recours systématique à une langue tierce est insuffisant et n’est souvent qu’un pis-aller – certes souvent incontournable – dans l’optique d’une véritable communication et coopération entre des chercheurs issus de différentes communautés linguistiques. Dans le cadre de la coopération internationale, la qualité du travail de recherche en sciences humaines et sociales dépend pour une part non négligeable de bonnes connaissances dans la langue du partenaire, d’une part, et, d’autre part, de la qualité (établie en fonction de critères scientifiques rigoureux) des traductions. Actuellement, la qualité de la recherche, et par là celle de l’enseignement, est menacée par la tendance regrettable qui consiste à considérer qu’il n’est pas nécessaire de s’intéresser à ce qui n’est pas publié en anglais. Les traductions sont une manière de remédier à cette situation, faire du plurilinguisme une condition obligatoire pour l’accès aux études doctorales (au plus tard !) en serait une autre.

MK : Quels ont été jusqu’ici les grands axes thématiques traités par Trivium, et comment ceux-ci ont-ils été choisis ? Tout un chacun peut-il faire une proposition ?

HB : Nous avons jusqu’à présent publié neuf dossiers thématiques, à chaque fois sur un sujet différent. L’éventail s’étend des religions orientales dans l’antiquité gréco-romaine (Nr. 4) à la sociologie de la bureaucratie de Max Weber (Nr. 7) en passant par l’iconic turn (tournant iconique) dans les sciences sociales (Nr. 1), ou encore la sociologie des conventions développée en France (Nr. 5). On peut également citer les droits subjectifs et les droits de l’homme (Nr. 3), les formes de la communication symbolique au Moyen-âge (Nr. 2), la relation entre esthétique et science de l’art (avec toute une série de textes de la première moitié du XXème siècle) (Nr. 6), les transferts de savoir comme un aspect des relations entre le monde chrétien latin et le monde arabo-musulman du IXème au XVème siècle (Nr. 8), et enfin le problème du temps et de sa perception dans les sciences sociales (Nr. 9).

Chacun peut faire des propositions, toutefois celles-ci doivent correspondre au format particulier et à la vocation de la revue. Des précisions à ce sujet sont données sur le site internet de Trivium.

MK : Quels seront les thèmes abordés dans les prochains numéros de la revue ?

 HB : Les deux prochains numéros s’intéresseront respectivement au thème de la « Lesbarkeit/Lisibilité » (Nr. 10), et au « réalisme oriental de Flaubert » (Nr. 11). Ensuite, Emile Durkheim sera à l’honneur, puis nous nous pencherons sur des recherches sur l’Ancien Empire et enfin sur le développement de la sociologie de la culture.

MK : Existe-t-il une lettre d’information pour annoncer la sortie des numéros à venir ? Ou bien comment peut-on en être informé ?

 HB : Oui, il y a une lettre d’information, à laquelle on peut s’abonner à l’adresse suivante : http://trivium.revues.org/?page=lettre

La revue possède également un blog et une page Facebook.

MK : M. Bruhns, un grand merci pour cet entretien.

Hinnerk Bruhns a répondu aux questions par écrit. La version française de l’entretien a été établie par Anne-Emmanuelle Fournier.

Contact :

Trivium
Fondation Maison des Sciences de l’Homme
190, avenue de France
75013 Paris

trivium@msh-paris.fr

bruhns@msh-paris.fr

1. http://www.editions-msh.fr/info/?fa=text56 et http://www.editions-msh.fr/collections/?collection_id=574 []

2. Fritz Nies (dir.): Spiel ohne Grenzen? Zum deutsch-französischen Transfer in den Geistes- und Sozialwissenschaften, Gunter Narr Verlag, Tübingen 2002 ; traduction française : Fritz Nies (dir.), L’enjeux scientifiques des traductions : échanges franco-allemands en sciences humaines et sociales, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2004. []

3. Les principales interventions de cette manifestation ont été publiées dans les actes du colloque : Fritz Nies (dir.), avec la coopération d’Erika Mursa, Europa denkt mehrsprachig. Exemplarisch: deutsche und französische Kulturwissenschaften / L’Europe pense en plusieurs langues. Exemplaires : les Sciences de l’Homme en France et en Allemagne, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2005

 

Autour du numéro 11 à venir: Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise, Nantes, Editions Cécile Defaut, 2012.

Issu d’un séminaire ayant réuni les membres de l’équipe Flaubert liés à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes, à l’ENS et à l’Université Paris 8 autour de la question de la bêtise dans l’œuvre de Flaubert et d’auteurs contemporains héritant de cette dernière, le présent ouvrage correspond bien à la logique à l’œuvre dans certains récents collectifs publiés à l’enseigne de la maison Cécile Defaut autour de grandes figures littéraires et critiques. Comme dans les volumes dédiés respectivement au travail de Bourdieu sur la littérature (2010) et à la critique décalée de Pierre Bayard (2010), ce projet sur Flaubert articule au point de vue des meilleurs spécialistes du sujet (la maître d’œuvre, Anne Herschberg Pierrot, mais aussi Jacques Neefs et Pierre-Marc de Biasi) le témoignage original d’écrivains proposant un retour critique sur le rapport qu’ils entretiennent, qui avec la bêtise (insaisissable et difficile à surprendre, selon Pierre Pachet), qui — dans le cas de Pierre Senges — avec l’obsédant Bouvard et Pécuchet. L’ensemble, de cette façon, est la plupart du temps aussi élégant que plaisant à parcourir, qui déjoue habilement l’habituelle distance académique de l’édition universitaire sans pour autant verser dans une légèreté désinvolte.

En balisant la problématique de « l’empire de la bêtise », Anne Herschberg Pierrot, dans l’avant-propos, souligne la polysémie délibérée d’une expression qui « s’entend au double sens du pouvoir, de l’emprise de la bêtise sur les esprits, et de l’extension infinie qu’elle prend dans la vie et dans l’œuvre de Flaubert » (p. 7). Si cette question fédératrice est bien connue des flaubertiens, elle trouve, au cœur de ce volume divisé en trois parties, une formulation originale et permet des éclairages nouveaux. Le premier volet de ce triptyque, le plus général, est dédié à l’idée même de la bêtise chez Flaubert ; le deuxième se penche plus spécifiquement sur le cas de Bouvard et Pécuchet, projet défini par son auteur comme une « encyclopédie critique en farce » et qui se trouve notamment éclairé au moyen d’une étude génétique menée par Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs ; le troisième, enfin, interroge la filiation potentielle du traitement de la bêtise par Flaubert à l’aune de productions plus tardives, comme chez Proust, Oudernik et Barthes — dernière partie qui laisse à songer qu’il y aurait sans doute un véritable arbre généalogique des figurations de la bêtise à établir, qui embrasserait depuis certains personnages de Monnier et Flaubert jusqu’à ceux de Beckett, en passant par le Maire de Champignac de Franquin et Dupond et Dupont d’Hergé.

Polymorphe, la bêtise vue par l’œil flaubertien s’incarne autant dans l’orgueil imbécile du pharmacien Homais, voisin du couple Bovary à Yonville, que dans la sottise naïve de la brave Félicité, héroïne d’Un cœur simple ; tantôt évanescente et tantôt infinie, elle est avant tout affaire de discours, et c’est dans celui-ci qu’elle se manifeste, par la contamination des lieux communs, stéréotypes et idées reçues : ceux-ci, Flaubert a pris soin de les collecter en un fameux projet de Dictionnaire — « galerie personnelle d’un chasseur de papillons », selon le mot de Pierre-Marc de Biasi (p. 42) —, dont les entrées neutralisent la dimension menaçante d’assertions fréquemment reprises en situation par les personnages de ses romans, ainsi que le rappelle justement Françoise Gaillard (p. 71).

Il n’en demeure pas moins que cette bêtise qui traverse l’œuvre du romancier reste quelquefois difficile à objectiver, dans ses formes et dans ses effets : si les rodomontades d’Homais semblent prêter à rire, dont l’accumulation fonctionne comme une manière de physiologie du bourgeois (celui-là qui explique à des artificiers comment faire leur travail, se pique d’être chimiste, manie la terminologie pour jouer les distingués avant d’utiliser l’argot parisien pour affirmer sa modernité et se vante à qui veut l’entendre de son œuvre majeure — « un fort opuscule, un mémoire de plus de soixante et douze pages, intitulé : Du cidre, de sa fabrication et de ses effets, suivi de quelques réflexions nouvelles à ce sujet »), elles sont aussi celles par qui le malheur arrive, puisque c’est sur les conseils du pharmacien que Charles Bovary tentera (et ratera lamentablement) l’opération expérimentale d’un pied bot. De même, comme le montre Françoise Gaillard à l’aune des entrées du Dictionnaire des idées reçues (pp. 74-75), la définition de la bêtise sur la base de seuls contenus propositionnels reste délicate, qui pose problème tant sur le plan de la recension (comment limiter un travail de repérage de marqueurs de la bêtise, si celle-ci semble infinie ?) que sur le plan logique (un énoncé ne peut logiquement pas être défini comme bête, il peut simplement être présenté comme vrai ou faux), et implique la définition de critères bien particuliers (ce qui participe aujourd’hui d’une doxa qui prête à rire peut procéder d’une forme de sagesse antique).

Le franchissement de ces écueils, pour autant, n’est pas inenvisageable : il serait permis par un travail de reconstruction en contexte des logiques flaubertiennes, touchant aussi bien à la socialisation particulière de l’individu (c’est, au fond, ce qu’avait esquissé Sartre dans une bonne part de L’Idiot de la famille et que Pierre Bergounioux s’essaie ici à prolonger) et à sa façon d’occuper une position marginale dans un champ donné (comme l’avait montré Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’art) qu’aux étapes successives de son travail d’écriture (que le travail génétique de Jacques Neefs et Anne Herschberg Pierrot, déjà précieux dans l’excellente revue Flaubert, contribue à éclairer dans le présent volume).

L’essai d’histoire culturelle proposé à ce sujet par Pierre Bergounioux, qui inscrit Flaubert dans un large mouvement d’émergence d’une figure paradoxale de l’intellectuel bourgeois en Europe, ne manque pas d’allure, mais doit être ramené aux conditions fondamentales qui font que cette situation est particulièrement délicate en France, à plus forte raison encore dans le cas du romancier rouennais. L’œuvre de Flaubert est avant tout le produit d’une société française qui voit paradoxalement le bourgeois s’imposer comme une manière d’épouvantail des littéraires et, dans le même temps, être le premier consommateur des caricatures qui le visent. Cette ambiguïté perceptible au sein de la sphère de grande production et dans la presse s’observe du reste tout autant parmi les tenants d’une littérature motivée par des principes esthétiques « purs », comme Pierre Bourdieu l’a bien montré avec le cas de Flaubert méprisant Napoléon iii mais paradant aux réceptions de la princesse Mathilde1. Indépendante des rapports délicats entretenus avec le marché, cette instabilité positionnelle est plus profondément ancrée chez le romancier qui, s’il ne cesse de clamer sa haine de la bourgeoisie et de la bêtise essentielle de cette classe, n’en est pas moins, par héritage, l’un de ses représentants : c’est avant tout cette contradiction qui porte son œuvre, qui le force à entreprendre un « combat de chaque instant contre [l’] hégémonie [de la bêtise] », ainsi que l’écrit Pierre-Marc de Biasi, « une lutte permanente de l’esprit pour s’arracher à sa tutelle, une rébellion des meilleurs contre sa toute-puissance, une force de sédition qui cherche à libérer le territoire, ou au moins, à consolider quelques poches de résistance pour ne pas laisser à l’ineptie le pouvoir d’y occuper tout le terrain » (p. 36).

Notes

1  Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art [1992], Paris, Seuil, « Points essais», 1998, pp. 101-102.

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 16 février 2012. URL : http://lectures.revues.org/7562

Conferences of Human Dignity and Humiliation Studies

WELCOME to our future conferences, see www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeetings.php!

1. Welcome to you and your friends and colleagues to our 19th Annual Conference of Human Dignity and Humiliation Studies, 27th-30th August 2012, see www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeeting19.php. It will be a multi-local conference through video connection. It will take place at the University of Oslo in Norway and at Linda Hartling’s base in Portland, Oregon, USA. In commemoration of the tragic events that took place in Norway last year, the conference is titled « In the Aftermath of the 22nd July: How to Sustain a Global Culture of Equality in Dignity or likeverd » The conference will advocate the notion of dignity, not just locally, but globally, on the platform of our emerging World Dignity University initiative.

2. We hope to have you with us in New York City in December 6-7, 2012, for our 2012 Workshop on Transforming Humiliation and Violent Conflict at Columbia University. As soon as we start planning, its program will evolve on www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeeting20.php..

3. Welcome also to the 21st Annual Conference of our Human Dignity and Humiliation Studies network in Cape Town, South Africa, titled « Search for Dignity. » See www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeeting21.php.