Archives mensuelles : août 2011

En écho au numéro 10 à paraître: Poétique de l’illisible

L’Équipe de recherche en civilisation et littérature de Sfax (ERCILIS) organise les 8, 9 et 10 décembre sa quatrième conférence internationale qui s’inscrira dans le champ d’analyse suivant : « Poétique de l’illisible ». Cette conférence internationale programmée permettra notamment de prolonger la réflexion sur les grands discours – religieux, politique, idéologique, etc. – dont les flux et reflux ont pu conduire l’humanité à une forme d’insignifiance. Elle sera aussi le lieu d’une mise en perspective des multiples crises « systématiques » : qu’il s’agisse du système social, du système éducatif ou du système économique actuels. Crises plurielles qui confirment d’une part la conscience aigüe des philosophes contemporains de la faillite de toute praxis et qu’interrogent d’autre part les créations littéraire et artistique. Ne dressent-elles pas, en effet, le bilan d’échec de la civilisation moderne en déjouant leurs codes et en transformant l’œuvre en une matière rebelle à toute opération de lisibilité ?

Nouvelle traduction de Condorcet: Ausgewählte Schriften zu Wahlen und Abstimmungen, Hrsg. u. übers. v. Joachim Behnke, Carolin Stange u. Reinhard Zintl.

Le paradoxe de Condorcet est pour la première fois mis à disposition du public allemand, dans les termes mêmes de son auteur. Celui-ci dit qu’il est possible, lors d’un vote où l’on demande aux votants de classer trois propositions (A, B et C) par ordre de préférence, qu’une majorité de votants préfère A à B, qu’une autre préfère B à C et qu’une autre préfère C à A. Les décisions prises à une majorité populaire par ce mode de scrutin ne seraient donc pas cohérentes avec celles que prendrait un individu rationnel. Ce paradoxe ne met en cause que la cohérence de certains systèmes de vote et non celle de la démocratie elle-même. Il faut attendre le théorème d’impossibilité d’Arrow au XXe siècle pour voir démontrer que le problème n’est pas limité au vote majoritaire mais lié aux difficultés de l’agrégation des préférences. Il n’existe aucune procédure de décision collective qui puisse satisfaire quatre conditions assez raisonnables. Certains auteurs y voient un problème inhérent à la démocratie. Dans son essai, Condorcet expose également sa méthode conçue pour simuler des élections par paires de candidats. Il indique toutefois que le temps pratique du dépouillement rend la méthode qu’il envisage difficile à réaliser à son époque.  Il ne tient qu’au public allemand d’en juger maintenant par lui-même!

Mit diesem Buch liegt erstmals die deutsche Übersetzung eines Klassikers der sogenannten Social Choice-Literatur vor, Condorcets « Essai sur l’application de l’Analyse à la Probabilité des Décisions rendues à la pluralité des voix », der 1785 erschienen ist. Genauer gesagt handelt es sich beim vorliegenden Text um das « Vorwort » des Essays. Dieses « Vorwort » umfasst im Original über 180 Seiten und ist eine für das « gebildete Publikum » geschriebene, leichter zugängliche Version des eigentlichen Haupttextes, der stark mit mathematischer Terminologie durchsetzt ist. Das Gebiet der Social Choice beschäftigt sich mit Wahl- und Entscheidungsverfahren. Das Buch von Condorcet gilt in diesem Bereich als das erste Werk, in dem verschiedene Abstimmungsverfahren rigoros mit Methoden der Logik und Mathematik untersucht werden. Viele der in diesem Buch vertretenen Ansätze und Ideen waren im wörtlichen Sinne ihrer Zeit voraus, was dazu führte, dass Condorcet nahezu in Vergessenheit geriet, bis er Mitte des 20. Jahrhunderts wiederentdeckt wurde. Gewisse Konzepte der Condorcet’schen Theorie, wie z.B. das so genannte Konzept zyklischer Mehrheiten, das auch als Condorcet-Paradox bezeichnet wird, gehören zu den bekanntesten und am meisten verwendeten Bestandteilen der modernen Social Choice-Forschung.

En avant-première, un événement en écho au prochain numéro

Le Centre Norbert Élias (UMR 8562) organise la première journée de ce qui sera un cycle annuel de rencontres scientifiques ouvertes à l’ensemble des chercheurs intéressés par les thématiques proposées le 21 octobre 2011. Pour cette première Journée Norbert Élias, les intervenants apporteront un éclairage sur les façons d’aborder la question du temps aujourd’hui en sciences sociales. La production des temporalités sociales est complexe. Elle ne se satisfait pas des conceptions simplistes marquées par la linéarité du temps, du passé vers le futur, ou par des temporalités isolées, telle qu’une modernité sans mémoire. Pour appréhender le temps dans une pluralité de conceptions, cette Journée réunira une diversité de points de vue et sera multidisciplinaire.

Programme de la journée

9h : Accueil à l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et discours d’ouverture : Emmanuel Ethis, Jean Boutier, Cécile Tardy

9h30-12h30. Les temps culturels, médiatiques et sociaux

  • Jocelyne Arquembourg, Les événements médiatiques comme « ostensoirs du temps »
  • Michel Rautenberg, Le patrimoine à la croisée des temps

14h30-17h30. Les représentations du temps : sciences historiques, sciences physiques

  • Sabina Loriga, Temps de la biographie et temps de l’histoire
  • Alain Dewerpe, Y a-t-il des temporalités industrielles (XIXe-XXe siècles) ?
  • Jean-Marc Lévy-Leblond, Quel temps fait-on ?

Contact : Cecile TARDY : cecile.tardy@univ-avignon.fr

 

 

Une revue sur la traduction à découvrir!

ILCEA est la revue portée par l’Institut des Langues et des Cultures d’Europe et d’Amérique (ILCEA, E.A.613), équipe d’accueil qui réunit à l’université Stendhal-Grenoble 3 des hispanistes, slavistes, germanistes, anglicistes et des spécialistes des langues de spécialité et de la traduction. Désireux d’approfondir des coopérations depuis longtemps actives, les chercheurs de ces disciplines souhaitent, grâce à la mise en ligne, proposer leurs travaux à un public plus large. ILCEA se réclame d’une conception moderne des humanités et s’intéresse à tous les aspects des cultures, à l’histoire et à l’actualité des pays et des aires politiques et culturelles, aux genres et aux formes ainsi qu’au passage d’une langue ou d’un lexique à l’autre. Paraissant deux fois par an, la revue propose des numéros thématiques qui font l’objet d’appels à contributions.

Rainer DIAZ-BONE (Hg.), Soziologie der Konventionen. Grundlagen einer pragmatischen Anthropologie, Campus, 2011.

In Frankreich hat sich in den letzten Jahren die Soziologie der Konventionen etablieren können. Sie ist heute Bestandteil der so genannten neuen französischen Sozialwissenschaften, die insbesondere durch eine radikale und innovative soziologisch-pragmatische Fundierung charakterisiert sind. Die französische Soziologie nach Pierre Bourdieu ist durch eine neue pragmatische Ausrichtung gekennzeichnet. Diese legt die situativen Handlungspraktiken und die kritischen Kompetenzen von Akteuren für die Analyse sozialer Beziehung zugrunde. Besonders Luc Boltanski und Laurent Thevenot haben hier wegweisende Beiträge geliefert. Das komplexe Konzept der Konventionen ist eingebettet in ein Netzwerk weiterer Konzepte, die eine pragmatische allgemeine Handlungstheorie fundieren. Die Soziologie der Konventionen untersucht die soziale Konstruktion von Qualitäten, von sozio-kognitiven Kategorien und Dispositiven (hier zeigt sich eine Nähe zur parallel entstandenen Actor-network-theory). Zugleich fokussiert sie auf die Pluralität und die unterschiedlichen Reichweiten dieser Konventionen (von öffentlichen bis zu personalen Sphären). Unter der Bezeichnung « économie des conventions » (EC) ist diese Soziologie der Konventionen zugleich ein neuer und interdisziplinärer Institutionalismus für die Analyse ökonomischer Institutionen und des ökonomischen Handelns. Die EC greift grundlegende Probleme der ökonomischen Analyse auf – wie etwa die Probleme der Koordination kollektiven Handelns, der kollektiven Herstellung von ökonomisch wahrgenommenen Qualitäten und Wertigkeiten, sowie der Pluralität konventionenbasierter institutioneller Arrangements. Mit dem Konzept der « Konventionen », das sind soziokulturelle Schemata der Koordination und der Qualitätsbewertung, liegt der Entwurf einer neuen Anthropologie vor. Vier Grundlagentexte dieser neuen Richtung der französischen Soziologie sind im Jahr 2010 in der Zeitschrift Trivium erstmals in deutscher Übersetzung vorgelegt worden (http://trivium.revues.org/3540); in dem hier angezeigten Band werden diese Texte, erweitert um fünf weitere, nun erstmals in Buchform publiziert.

La sociologie des conventions est née en France. Caractérisée par un pragmatisme aussi radical qu’innovant, elle constitue aujourd’hui un élément central de ce qu’on appelle « les nouvelles sciences sociales françaises». La sociologie française de l’après Pierre Bourdieu fonde l’analyse des relations sociales sur l’examen de pratiques sociales situées et des compétences critiques des acteurs. Luc Boltanski et Laurent Thévenot ont ici ouvert la voie par des contributions qui tiennent lieu de références en la matière. Le concept complexe de conventions est lui-même enchâssé dans un réseau d’autres notions qui fondent une théorie de l’action pragmatique plus générale. La sociologie des conventions étudie la construction sociale de qualités, de catégories et de dispositions socio-cognitives (la proximité de l’Actor-network-theorie est ici tangible). Elle s’attache également à la pluralité et aux justifications de ces conventions (de l’espace publique aux sphères privées). Qualifiée d’ »économie des conventions » (EC), cette sociologie institutionnalise aussi, de façon à la fois transdisciplinaire et innovante, l’analyse de l’action et des institutions économiques. Avec le concept de convention, schème socioculturel explicitant la coordination des acteurs ainsi que leur appréciation des qualités, c’est le projet d’une nouvelle anthropologie qui est ici présenté. L’EC soulève des problèmes fondamentaux de l’analyse économique, comme par exemple celui de la coordination de l’action sociale, de la promotion collective de qualités et de valeurs économiques ou encore de la pluralité d’arrangements institutionnels basés sur des conventions. Quatre textes fondateurs de ce courant sociologique français ont été traduits en allemands et sont parus en 2010 dans le numéro 5 de Trivium (http://trivium.revues.org/3540); dans ce livre nouvellement paru, ces textes ont été augmentés de cinq autres. L’ensemble constitue la première présentation synthétique en langue allemande de ce courant sociologique français.

Récente publication du Programme franco-allemand de traduction

Wilfried NIPPEL (2010), Liberté antique, liberté moderne. Les fondements de la démocratie de l’Antiquité à nos jours, Editions de la MSH, Presses Universitaires du Mirail, Toulouse.
Tel un talisman moderne, le concept de démocratie est constamment invoqué par les hommes politiques, les journalistes ou les simples citoyens. Mais comment s’est-il forgé, au fil des siècles ? Dans quels contextes, et au prix de quelles métamorphoses ? Wilfried NIPPEL se propose de retracer, de l’Athènes du Ve siècle avant J.-C. à la récente constitution européenne, le long parcours de ce concept politique fondamental. Il entraîne le lecteur dans un passionnant voyage qui le conduira de la Grèce de Périclès à la Rome républicaine, puis dans l’Angleterre et les États-Unis des XVIIe et XVIIIe siècles, à Paris sous la Terreur et dans le Berlin des XIXe et XXe siècles – bref, toute une série de moments historiques singuliers où les acteurs sociaux se sont réclamés des notions de démocratie et de liberté, et ont joué, de façon subtile et complexe, avec la référence à l’Antiquité grecque. C’est une fresque magistrale de l’histoire des idées et des pratiques politiques que propose cet ouvrage. Il s’agit là d’un livre indispensable aux spécialistes de science politique et de sciences sociales, mais aussi à tous les lecteurs désireux de découvrir, dans la longue durée, les visages multiples de la démocratie.
Edition originale : Wilfried NIPPEL (2008), Antike oder moderne Freiheit? Die Begründung der Demokratie in Athen und in der Neuzeit, Frankfurt a. M.: Fischer.
Die griechisch-römische Antike schuf die Grundlagen der europäischen Kultur. Die -Kulturbedeutung- der Antike liegt in der Entwicklung freiheitlicher Gemeinwesen, in denen die Bürger durch Wahl von Amtsträgern auf Zeit und Abstimmung in den Volksversammlungen über ihre Angelegenheiten selbst entschieden, in denen die Ausübung staatlicher Gewalt an das Recht gebunden war und Kunst wie Wissenschaft – frei von politischer und religiöser Kontrolle – eine rationale Weltsicht entwickeln konnten. Wilfried NIPPEL schildert anschaulich das politische Leben in der Antike und seine Auswirkungen auf die Entwicklung von Demokratie und Rechtsstaatlichkeit in Europa.

Récente parution concernant le domaine de la traduction

Fritz NIES (2009), Schnittpunkt Frankreich. Ein Jahrtausend Übersetzen. Günter Narr Verlag, Tübingen, 254 pages.

In diesem Entwurf einer bisher fehlenden Übersetzungsgeschichte sind gängige Gemeinplätze falsifiziert und Desiderata der Forschung benannt. Skizziert wird eine sozialhistorische Übersetzer-Typologie, neben Vernetzungen und Affinitäten, nationalkulturellen Auslesefaktoren (Spenderliteraturen, Genres) und Anpassungsprozessen, Adressaten und Aktualitätsstreben. Theorie und Praxis der Sprachbereicherung, der Spannung zwischen den Theoremen Treue und Freiheit wie die Überbietung des Originals sind gefragt. Das vielleicht wichtigste Instrument interkultureller Kommunikation kommt in seiner ganzen historischen Tiefe ins Blickfeld.

Dans ce projet pour une histoire de la traduction qui manquait jusqu’alors, les lieux communs sont chassés et les exigences de la recherche clairement explicitées. C’est à une typologie socio-historique des traducteurs que s’essaie ici Fritz NIES, à côté des croisements et des affinités, des facteurs de sélection dépendant des cultures nationales (genres, littérature soutenue par certains mécènes) et des processus d’adaptation comme des commandes ou des effets de mode qui sont mis en évidence. Cet ouvrage interroge à la fois la pratique et la théorie du domaine linguistique, la tension entre fidélité et liberté vis-à-vis de l’original comme la possible trahison de ce dernier. C’est peut-être ici l’instrument le plus important pour la communication interculturelle qui est mis à jour dans toute sa profondeur historique.