Archives pour la catégorie Lectures / Zum Lesen

Fritz Nies: Sozialgeschichte – interkulturell: Übersetzen ins Französische

Ende 2016 ist im Narr Francke Attempto Verlag Tübingen in der Reihe « Transfer. Literatur – Geschichte – Kultur » das jüngste Buch von Fritz Nies, dem Gastherausgeber des Trivium-Themenhefts 15/2013 « La science pense en plusieurs langues« , erschienen:

« Das gehäufte Zusammentreffen von Kulturen hat den Forschungsraum verändert. Der Austausch rückt ins Zentrum. Bekannt sind Bezüge zwischen sozialem Ort, Weltbild und Lebenspraxis. Hier sollen sie indes nicht in einem homogenen Raum, sondern im interkulturellen Wechselspiel aufgezeigt werden. Eine zentrale Mittlerrolle und die Zielsprache Französisch dienen als Beispiele. Sie zeigen den Nutzen einer Sozialgeschichte des Übersetzens für das Verstehen interkultureller Vorgänge. Dominant gesetzt werden diverse soziale Merkmale. Dabei kommen unvermutete Übersetzertypen ins Blickfeld. Jedem Typus entsprechen Verhaltensmuster: im Hinblick auf Theorie und Praxis der Vermittlung, Wahl von Sprachen und Werken, Vorlieben für Themenfelder oder Genres, Aktualität der Vorlagen, Übertragungstreue. »

 

 

Lendemains, Bd. 39, Nr. 156 (2014) Wozu noch Weber?

In Anknüpfung an unsere 7. Trivium-Ausgabe, « Max Weber und die Bürokratie« , die 2010 unter der wissenschaftlichen Leitung von Andreas Anter, Hinnerk Bruhns und Patrice Duran erschien, möchten wir auf die jüngste Ausgabe der Zeitschrift Lendemains aufmerksam machen: « Wozu noch Weber? ».

« Lendemains – Etudes comparées sur la France », 1974 gegründet, hat sich in den vergangenen Jahrzehnten einen ebenso unkonventionellen wie festen Platz in der deutschen und internationalen Frankreichforschung erobert. Überzeugt von der Notwendigkeit eines entsprechenden Dialogs zwischen den beiden Nationen im neuen Europa, hat sich die Zeitschrift neben neuer Betrachtung des literaturgeschichtlichen Kanons interdisziplinär den verschiedensten Forschungsbereichen von der Gewerkschaftsbewegung oder der Frauenbewegung bis zur schwarzafrikanischen Literatur oder zur Photographie geöffnet und dabei auch die Aufarbeitung der Forschungsgeschichte bzw. der deutsch-französischen Beziehungen nicht vergessen.
Das Peer-review-Verfahren garantiert ein hohes wissenschaftliches Niveau.

Herausgegeben von / édité par:
Andreas Gelz und / et Christian Papilloud.

L’industrie d’art romaine tardive / Spätrömische Kunstindustrie

Alois RieglTrivium a le plaisir de signaler la première traduction française « L’industrie d’art romaine tardive » de l’ouvrage phare de l’historien de l’art viennois Alois Riegl (1858-1905), préfacée par Emmanuel Alloa, responsable du numéro 10 « Lisibilité ». En 1901 paraît en effet à Vienne Spätrömische Kunstindustrie. La lecture de ce livre a fait dire à Julius von Schlosser, biographe éclairé de Riegl, qu’il cache, « sous son titre plus qu’insignifiant, la première présentation géniale de cette ‹ Antiquité tardive › qui est le prélude en Occident et en Orient de l’art ‹ médiéval › et indépendamment de laquelle on ne saurait comprendre ce dernier ».

Riegl dresse tout d’abord un large panorama de l’architecture, de la sculpture et de la peinture (fresques et mosaïques), de Constantin à Charlemagne, posant les fondements de sa conception de l’évolution artistique – dans laquelle il perçoit non pas une « décadence », notion qu’il récuse, mais ce qu’il appelle un Kunstwollen, un vouloir artistique.
L’auteur s’appuie ensuite sur une étude minutieuse d’objets issus de l’industrie d’art proprement dite, principalement la bijouterie et le travail sur métal, pour illustrer les grandes lignes de sa théorie : à un certain moment, l’ombre d’un corps s’émancipe pour devenir ombre spatiale, et c’est là, dans cette évolution de la perception de la profondeur et de l’espace, dans le passage de la main à l’oeil (de l’« haptique » à l’ « optique »), que se joue l’un des moments les plus importants de toute l’histoire de l’art.

Alois Riegl, l’un des membres, avec Franz Wickhoff, de la première École viennoise d’histoire de l’art, auteur de Questions de style et du Culte moderne des monuments, est l’un des auteurs actuellement les plus « vivants » de cette génération née à Vienne au milieu du XIXe siècle. Riegl et ses écrits ont largement dépassé le seul cercle de l’histoire de l’art. Walter Benjamin l’a défini comme une référence majeure, le philosophe Georg Lukács le considère comme l’un des« historiens réellement importants du XIXe siècle » ; le philosophe Ernst Bloch, le sociologue Karl Mannheim, les architectes Walter Gropius et Peter Behrens : tous se réfèrent à Riegl. En France aussi, même sans avoir été traduit, ce livre et ses idées ont agi, notamment grâce au travail de passeur du phénoménologue Henri Maldiney, l’un des meilleurs lecteurs de Riegl. Gilles Deleuze et Félix Guattari, Jacques Derrida, Hubert Damisch, Daniel Arasse l’ont lu et ont perçu sa portée. Le moment est venu de découvrir enfin dans le texte cet ouvrage qui, depuis sa parution à l’orée du XXe siècle, n’a cessé d’inspirer les meilleurs esprits.

Christopher S. Wood est Carnegie Professor d’histoire de l’art à l’Université de Yale. Il est notamment l’auteur de Forgery, Replica, Fiction: Temporalities of German Renaissance Art (Chicago Press, 2008) qui a reçu le Susanne M. Glasscock Humanities Book Prize for Interdisciplinary Scholarship.

Emmanuel Alloa est maître de conférences en philosophie à l’Université de Saint-Gall en Suisse. Il est notamment l’auteur de La Résistance du sensible (Éditions Kimé, 2008) et Das durchscheinende Bild (Diaphanes, 2011).

Le mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective

La rédaction de Trivium signale la parution de l’ouvrage de Anthony Andurand « Le mythe grec allemand. Histoire d’une affinité élective ». L’auteur y retrace l’histoire de la parenté spirituelle idéale tissée entre Allemands de l’époque moderne et Grecs de l’Antiquité. Si les aspirations à édifier cette nouvelle Hellade fut le fait de tentations idéales certes, jusque dans les temps les plus sombres de la science historique allemande, l’histoire croisée du Griechenmythos et de l’Altertumwissenschaft retrace la fabrique d’un mythe où le passé est pensé pour ouvrir aussi l’avenir à l’espace des possibles.

Vous trouverez ici la table des matières et le bon de commande.

Un siècle de traductions françaises

trad en langue frClaire Guérin a commenté dans la vie des idées, l’ouvrage dirigé par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez: Histoire des traductions en langue française. Dix-neuvième siècle paru à Paris chez Verdier en 2012 (1376 p., 48 €). Approchant la traduction vers le français – non pas de façon normative par l’étude du « bien traduire » – mais comme un fait social total, cette parution met en évidence un réseau de lettrés où travaillent ensemble des auteurs et des traducteurs, des éditeurs, des lecteurs et des commentateurs. Le projet du cycle dont le premier tome s’attache au long XIXème siècle (1815 – 1915) est de retracer l’histoire des traductions en langue française de la Renaissance au XXème siècle, dans leur diversité et en croisant différentes approches : linguistes, traducteurs, philosophes, historiens, sociologues et littéraires y ont contribué pour mettre en lumière dans ce premier tome une véritable « révolution éditoriale » au temps de celle qui – industrielle -, tâchait d’expliquer l’altérité par une approche comparée en littérature notamment. Au delà des frontières nationales se dessine un espace francophone à géométrie variable, ouvert aux langues orientales comme aux oeuvres du Nouveau monde au moment où la langue française tend à perdre son statut de langue diplomatique par excellence. A partir de la monarchie de Juillet entre traduction cibliste et sourciste, « belles infidèles » et authenticité de la traduction, les traducteurs se constituent comme un groupe professionnel à part entière alors que les langues vivantes étrangères prennent peu à peu la place du latin. Les genres littéraires qui font l’objet de traductions se diversifient et s’ouvrent aux domaines non littéraire (récits de voyages, sciences et techniques, textes juridiques etc…) souvent auparavant négligés au profit du roman. L’originalité de l’ouvrage tient notamment à la remise en cause de la traditionnelle périodisation qui fait de 1870 une date charnière. Seule une légère diminution des traductions allemandes paraît remarquable. C’est la période 1880 – 1890 qui voit davantage se produire une « invasion cosmopolite » autour d’Ibsen, Dostoïevski, Tolstoï, Zola, consacrant la parution de nombreuses revues. Le carcan des normes juridiques engage une coélaboration des traductions entre auteurs et traducteurs qui garantit le respect de la langue française. Toutefois à l’exception de Clémence Royer, traductrice de Darwin, les traducteurs sont bien souvent sous le boisseau des auteurs, plus limités dans leur pratique que leur rôle de passeur n’est reconnu. Si « le national n’est pas tout le social » comme le disait Friedberg, l’histoire de la traduction permet en outre de mettre en lumière combien les politiques nationalistes dans le champ de la philologie par exemple, entre une Allemagne grecque ayant traduit tout du latin et une France romaine en retard dans la traduction des oeuvres de l’Antiquité grecque – sont concurrentes, jusqu’à revendiquer un impérialisme transnational de la traduction.

Economic Sociology European Electronic Newsletter 14.2 en écho au numéro 5 de Trivium

Rainer Diaz-Bone, responsable du numéro 5 de Trivium sur l’économie des conventions, publie dans le nouveau numéro de sa revue électronique ESEEN un nouvel article « Discourse Conventions in the Construction of Wine Qualities in the Wine Market » ainsi qu’un entretien avec Jean-Claude Didry. Un prochain numéro de Trivium sur les récents développement de l’économie en France et en Allemagne paraîtra avant 2015!

Nouvelle collection française de la maison d’édition Diaphanes: Joseph Vogl à l’honneur

Diaphanes compte désormais parmi les maisons d’édition indépendantes germanophones les plus reconnues dans les domaines de la littérature, de la philosophie contemporaine, des sciences humaines et de l’art. Une attention toute particulière y est accordée à la traduction d’œuvres d’auteurs de langue anglaise, russe ou italienne, mais surtout française, parmi lesquels Jean-Luc Nancy, Alain Badiou, Giorgio Agamben, Jacques Rancière, Bernard Stiegler, Simon Critchley et Judith Butler en philosophie ; Hyman Minsky et Christian Marazzi en économie ; Pierre Guyotat, Georges Perec, Tom McCarthy et Joseph Mitchell en littérature. Si diaphanes s’intéresse de près à la pensée et à la création contemporaine, et réagit aux problématiques essentielles soulevées par l’actualité politique et sociale, elle ne néglige pas pour autant de faire (re)découvrir des œuvres majeures épuisées ou tombées dans l’oubli. En littérature, sa ligne est délibérément subjective : loin de se cantonner à un style ou à une idéologie, elle englobe les titres qui lui semblent mériter une place durable dans le paysage littéraire.

La maison d’édition inaugure avec une publication de Joseph Vogl, membre du conseil scientifique de Trivium, une nouvelle collection française. Diaphanes publiera dans un premier temps des textes traduits de l’allemand et de l’anglais, appartenant ou non au catalogue germanophone. À terme, le principe est de publier simultanément des livres en français et en allemand, dans les espaces francophone et germanophone. Pont entre les cultures autant qu’entre les langues, diaphanes se donne en effet pour but d’abattre les frontières, de décloisonner l’espace laissé vacant entre romans et essais, textes originaux et traductions, pensée et écriture, image et texte. Comme son nom l’indique, elle agit à la manière d’un filtre qui laisserait passer la lumière sans figer les contours, faisant circuler des textes dont l’intérêt, au-delà de la langue dans laquelle ils ont été écrits, réside dans ce qu’ils disent du monde où nous vivons.

Le Spectre du capital (Joseph Vogl), en librairie le 4 avril 2013.

Première occasion de rencontrer Diaphanes:
Lecture bilingue d’extraits de Heimlich, heimlich mich vergiss, par Angelika Meier et sa traductrice, Marie Bouquet, présentée par Franziska Humphreys et suivie d’un premier verre (ou deux),
Le 4 mars 2013 / 19 heures / Institut Goethe, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.

Fritz Nies (2013), Kurze Geschichte(n) der französischen Literatur – für Deutsche, Lit.

fritz_niesDeutschsprachige Schilderungen der Geschichte französischer Literatur gab es schon. Sie sind indes weithin Nachbildungen französischer Muster. Doch die Empfänglichkeit deutscher Leser für gerade sie ansprechende Fakten und Perspektiven blieb unbeachtet. Dieses Schema wird hier durchbrochen. In Längs- und Querschnitten sind Kontakte der Autoren mit unserem Kulturraum, die Thematisierung von Deutschem, vom Mitund Gegeneinander beider Kulturen ebenso zur Geltung gebracht wie Schlüsselfiguren. Verblüffend deutlich wird, wie eng beide Literaturen ineinander verwoben sind, aber auch wie stark sich das Bild von Werken und Autoren einer anderen Kultur durch den Blick von außen verändert.

Zielgruppen: Studierende der Romanistik wie interkultureller Studiengänge, Schüler und Lehrer von Leistungskursen, Frankreichreisende mit literarischen Neigungen.

Einführungen: Literaturwissenschaft, Bd. 1, 200 S., 19,90 €, br, ISBN 978-3-643-11504-1

Wolf Lepenies (2012), Auguste Comte. Le pouvoir des signes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 140 p., traduit de l’allemand par Didier Renault

La rédaction de Trivium signale la nouvelle traduction du programme franco-allemand de la Fondation maison sciences de l’homme. Au XIXe siècle, Auguste Comte, inventeur du terme de sociologie et fondateur du positivisme, s’efforce de transformer une discipline scientifique en mouvement social et de faire d’une théorie sociale une religion sociale. Pour parvenir à ses fins, il élabore une iconographie et une topographie politiques originales qui préfigurent les campagnes de communication les plus actuelles. Dans une langue aussi savoureuse qu’érudite, le grand sociologue allemand, Wolf Lepenies nous fait le récit de cet iconic turn, dévoilant ainsi une face méconnue du positivisme.

Wolf Lepenies, né en 1941, est professeur de sociologie à Berlin et fut recteur du Wissenschaftskolleg de la capitale allemande. Il est l’auteur d’un ouvrage important: Les Trois Cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie (Editions de la MSH, 1990), devenu un classique. Il est lauréat du Prix de la paix des libraires allemands en 2006.

Source: http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100705210&fa=author&person_id=37

Intellect. Publisher of original thinking: International Journal of Francophone Studies


Aims and Scope
The premiere bilingual and world-leading outlet for Francophone postcolonial studies, Francophone Studies is an international interdisciplinary journal which enables extensive opportunities for the study of ‘France outside France’. It promotes groundbreaking research on the fundamental nature of the relationship between colonial history and culture, and postcolonial cultural production, including literature and the visual and performing arts. Interests have developed to include the impact of modern French culture in global world culture and the impact of this global culture on French hexagonal culture, and subsequent intellectual, cultural and political developments.
Call for Papers
The journal, which applies a very rigorous peer-review process, invites submissions that pursue the methods and methodologies by which we attempt to approach original research in Francophone postcolonial studies. Articles that encourage challenging debate on problem areas within the field are welcomed to the journal’s open forum, as are high-quality articles usually published as peripheral items in journals from other disciplines. Proposals for special or themed issues are also particularly welcomed.

Source: http://www.intellectbooks.co.uk

Hinnerk BRUHNS (2012), One language, one history? On the uncertain future of social sciences in Europe, Portuguese Journal of Social Science, Volume 11 Issue 1

Abstract

The question of the future of European social sciences is taken up by examining two examples of ‘futures past’ that represent significant moments of two different ‘histories’ of the social sciences. The first one is that of Max Weber in the years about 1910 when he engaged himself in the foundation of the German Sociological Association and in other initiatives. The second example is that of the efforts of Fernand Braudel, during the 1950s and 1960s, to reorganize social sciences and humanities in the frame of new institutions as the Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales and the Foundation Maison des Sciences de l’Homme. Both initiatives, the German and the French, combined an intellectual with an institutional project, the first being a story of failure, the second a story of success. The actual situation is then examined under the viewpoint of the tensions between Eurocentrism and de-Europeanisation on the one side, monolingualism and pluri-lingualism on the other. Going back directly (and not via second hand lectures) to important intellectual projects as those of Weber and Braudel (or others) could be helpful for the design of the future of European social sciences.

Aims and Scope
The Portuguese Journal of Social Science brings to an international readership the best Portuguese scholarship in the social sciences. Published in English, this journal combines important work of interest to the social science community, particularly specialists in Latin America and southern Europe.
Call for Papers
This journal opens a gateway for the international community to engage with a high calibre of academic work in social sciences produced by Portuguese scholarship. The principal academic disciplines covered by the journal include anthropology, economics, history, social psychology, sociology, political science and social geography

Editor
Luísa Oliveira
ISCTE-IUL
luisa.oliveira@iscte.pt
Editorial Consultant
Stewart Lloyd-Jones
ISCTE-IUL
stewart.lloyd-jones@iscte.pt

La fabrique des derniers hommes. Un essai de Aurélien Berlan

A plusieurs reprises, Aurélien Berlan  a traduit des articles de l’allemand vers le français pour la revue Trivum. Avec son essai La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Weber, Tönnies et Simmel,  il mène une réflexion philosophique sur ce que cela suppose et implique de chercher à comprendre le monde dans lequel on vit, à «déchiffrer le présent ».  L’essai a été publié aux Editions La Découverte. Ci après, le texte de la quatrième de couverture :

Curieuse époque que la nôtre, où le « progrès » – la transformation des conditions de vie liée aux applications sociales de la science – n’a jamais été aussi rapide, mais où seuls quelques idéologues croient encore que nos enfants auront une vie meilleure. Car les crises économiques, sociales et écologiques s’accumulent sans fin. Ce paradoxe s’éclaire si l’on revient à l’aube de notre temps, à l’époque où le capitalisme industriel, l’État bureaucratique et la science organisée se sont brutalement mis en place, et aux diagnostics historiques de ceux qui ont cherché à en saisir les implications pour la vie humaine.

Max Weber, Georg Simmel et Ferdinand Tönnies ont identifié avec une lucidité implacable les pathologies constitutives de notre époque : la marchandisation générale, l’érosion du lien social, la perte de sens et de liberté liés à l’emprise des organisations bureaucratiques. Tout l’intérêt de leur sociologie est d’analyser ces évolutions en se demandant, concrètement, quel monde elles créent et quels types d’être humain elles engendrent. Ce faisant, ils mettent en évidence des aspects de la modernité capitaliste en général négligés, car trop intimement liés à ce qu’elle a fait de nous.

Grâce à ce détour, on pourra se défaire des illusions véhiculées par ceux qui continuent de prôner, malgré tout, les vertus de la croissance et du développement industriel, ou qui annoncent que nous serions enfin sur le point d’accéder à la « société postindustrielle ». Telle est la condition pour être à la hauteur des tâches qui incombent aujourd’hui à celles et à ceux qui n’ont pas renoncé à l’idée d’émancipation.

Aurélien Berlan est agrégé de philosophie. Cet essai est issu de sa thèse de doctorat, dirigée par Axel Honneth et Catherine Colliot-Thélène, pour laquelle il a reçu le prix francfortois de la thèse de philosophie en 2009.

Muriel Pic (2012), “Fiction et lisibilité de l’histoire chez W.G. Sebald”, in European Review of History / Revue europeenne d’histoire 19, 3, 383-393

Muriel Pic, chercheuse FNS à l’université de Neuchâtel et responsable du numéro 10 de Trivium « Lisibilité / Lesbarkeit », met à jour dans cet article, les trois modèles herméneutiques proposés par W.G. Sebald pour lire l’histoire : la constellation, le montage et le rêve. Ecrivain allemand né en 1944 et très marqué par le silence de la génération de son père sur les événements de la guerre, Sebald ne se veut pas historien mais « conteur de l’histoire ». Les récits de Sebald se caractérisent par la reproduction de traces, l’écrivain trouvant son matériel documentaire dans des archives historiques ou domestiques. Pour une écriture de ces traces, elle-même redevable d’une lisibilité de l’histoire dont Benjamin a intitulé le concept dans le Livre des passages, se dégagent comme triple mode de restitution du passé en mode mineur, la constellation, le montage et le rêve, tous centrés sur la nostalgie d’un modèle prélogique de lecture et d’une perception fusionnelle de la nature. Si pour Benjamin, le récit du conteur se charge de transmettre la matière des expériences vécues et relève ainsi de l’épique (epos, la parole), il se charge aussi d’embrasser des destins la fatalité, et tient son autorité de la mort qui donne une cohérence aux vies en dictant leur fin. Tout l’enjeu est dès lors pour Sebald de lire au contraire ce qui n’a jamais été écrit, plus précisément de donner à lire l’histoire depuis un inaccompli du passé. De la constellation des événements exhumés de l’ordre chronologique au rêve d’un futur amendé en passant par le montage d’images du passé, c’est une lisibilité de l’histoire par l’aspectuel plus que le temporel qui se dévoile, au défi de la science historique.

«  Entre temps, la ville de Lisbonne fut détruite par un tremblement de terre, et la guerre de Sept ans passa, l’empereur François I mourut et l’ordre des Jésuites fut supprimé et la Pologne divisée (…) » Le lecteur est d’abord chez Sebald dans une représentation constellaire du monde où tout est censé coexister avec une égale légitimité sans souci de la durée chronologique. Travailler à une lisibilité de l’histoire est alors appréhender les événements comme une astérochronie, ni diachronie ni synchronie : il s’agit de trouver « une forme qui fait procéder des extrêmes éloignés, des excès apparents de l’évolution, la configuration de l’idée ». Et parce que « les idées sont aux choses ce que les constellations sont aux planètes », la recherche de cette forme produisant un ensemble de connexions est comparable à la forme d’une constellation.

Par le jeu de montage photographiques comme dans Austerlitz, ouvrage où Sebald reproduit deux scènes extraites d’un film documentaire réalisé en 1944 sur le ghetto juif de Theresienstadt près de Prague, le lecteur comme le personnage Jacques à la recherche de son passé oublié, peuvent se projeter dans le destin des images figurant des inconnus de la ville. L’ambition est, en donnant à voir des visages trouvés dans les archives, de faire exister par la fiction, des anonymes figurants de l’histoire : leur rendre justice en utilisant les traces qui témoignent de leur existence. Mais qui saisit ainsi par empathie, la constellation que sa propre époque forme avec telle époque passée, peut dès lors aussi prendre l’histoire à rebrousse-poil, et lire le passé comme on lit l’avenir, tel un devin semblable à ceux des temps antiques, en Mésopotamie ou en Chine ancienne.

Encore faut-il pour cela, postuler dans l’histoire « un savoir non encore conscient de ce qui a déjà eu lieu, un savoir dont l’avancement a, en fait, la structure du réveil ».  Ainsi Austerlitz, dont l’agencement narratif a la structure d’un réveil, aboutit à la prise de conscience par le personnage éponyme, de son identité. Le narrateur rapporte ponctuellement les rêves du personnage. Car il lui faut constamment déchiffrer les symptômes exprimant le retour d’une mémoire refoulée, infléchir ses fantasmes pour l’amener à anticiper un futur qui ne soit pas investi par l’angoisse.

Comme le rêveur, le conteur de l’histoire se confond ainsi à d’autres figures qui deviennent parties de lui-même : « identification affective » dit Sebald. Comme le rêveur, le conteur de l’histoire produit un récit répondant à une logique associative qui use du hasard objectif : une rencontre inopinée ou un simple mot qui s’avère traverser les espaces perméables du temps. La fiction imaginée, rêvée ou narrée, n’est pas un mensonge, elle est ce qui permet de nous resituer dans un passé inaccompli, comme en des temps autrefois vécus.

„Ehre und Honneur sind nicht das gleiche“

Die Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) veröffentlichte am 25.7.2012 einen Artikel von Axel Dröber über die Bilanztagung des Forschungsseminars „Les mots de l’histoire“ am 15.6.2012 in den Räumlichkeiten des DHI Paris. „Ehre und Honneur sind nicht das gleiche“ – eine Zusammenfassung :

Nach nunmehr achtjähriger Laufzeit ging die Veranstaltungsreihe der „Mots de l’histoire – historiens allemands et français face à leurs concepts et leurs outils“ im Juni mit einer bilanzierenden Tagung zu Ende. Die von den Organisatoren der „Mots“ vorgestellten Ergebnisse werden in dem FAZ-Artikel, der in der Rubrik Geisteswissenschaften erschienen ist, zusammengefasst und dargestellt.

Am Anfang der „Mots“ stand demnach die Einsicht in die Verschiedenartigkeiten der Geschichtsschreibung in Frankreich und Deutschland. Hatte schon der Annales-Mitbegründer Marc Bloch 1928 darauf hingewiesen, wie problematisch die unverbundene Koexistenz verschiedener geschichtswissenschaftlicher Methoden und Ansätze sei, bemühte sich die auf Initiative des Pariser CIERA ins Leben gerufene Veranstaltungsreihe der „Mots“, eine Diskussion im deutsch-französischen Rahmen über die Arbeitsweise und die historiographischen Prämissen von Historikern und Sozialwissenschaftlern beiderseits des Rheins anzuregen. Grundlage der monatlich stattfindenden Seminare der „Mots“ waren wissenschaftliche Konzepte wie die „Sattelzeit“, historiographische Trends wie die Weltgeschichte oder Begriffe wie „Diskurs“ und „Discours“ oder „Gedächtnis“ und „Mémoire“. Das die Veranstaltungsreihe überwölbende Thema bestand in einer binationalen vergleichenden historischen Semantik, in deren Rahmen  namhafte Vertreter der deutschen und französischen Sozial- und Geisteswissenschaften zu jeweils über 120 Themen zusammenkamen.

Als Konstante der Seminare der „Mots“ wurden der Ablauf der Veranstaltungen selbst und die kontrastive Präsentation der Begriffe hervorgehoben, die so in ein besonderes Spannungsverhältnis traten, mit dem ihre Gemeinsamkeiten und Unterschiede besonders deutlich zum Vorschein kamen. Begriffe wurden so nicht allein als Ausdruck einer sozialen Realität, sondern auch als Produkt und Phänomen der Geschichtsschreibung beider Länder erkennbar. Dazu trug auch die Seminarform der Veranstaltungen wesentlich bei: den Präsentationen eines Begriffs folgte jedes Mal ein Kommentar, in dem die Ergebnisse noch einmal pointiert gegenübergestellt wurden. Dass auch komplexe Themen so offen und in einem breiten Forum diskutiert werden konnten, zog nicht zuletzt auch ein sehr junges Publikum an. Tatsächlich entwickelten sich die „Mots“ zu einem zentralen Ort des Austauschs und Kontakts auch junger Wissenschaftler aus Deutschland und Frankreich.

Was sowohl bei den Organisatoren als auch bei den Teilnehmern der „Mots de l’histoire“ zurückbleibt, ist die Erkenntnis, dass die Standortgebundenheit des Historikers sowohl nahezu unüberwindlich erscheint, zugleich aber auch in einem hohen Maße fruchtbar sein kann. Nirgendwo wird dies deutlicher als an der Sprache, mit der der Wissenschaftler sich seinem Untersuchungsgegenstand nähert. In der Konfrontation von deutschen und französischen Begriffen werden erst die Konventionen deutlich und hinterfragbar, die die historische Betrachtungsweise von Beginn an prägen.

Die einzelnen Beiträge der Abschlusstagung sind auf der Website des DHI Paris als Podcast verfügbar.