Echo au numéro 10: Pic Muriel et al. (2012), La pensée sans abri. Non-savoir et littérature, Editions Cécile Defaut

En écho au numéro 10, Trivium présente la parution de l’ouvrage collectif dirigé par Muriel Pic, Barbara Selmeci Castioni et Jean-Pierre van Elslande, LA PENSÉE SANS ABRI. NON-SAVOIR ET LITTÉRATURE aux éditions Cécile Defaut.

Ce volume prend acte d’une revendication propre à la littérature et jamais analysée comme telle : la volonté affichée de ne pas savoir. Force est en effet de constater que le paradoxe, la répétition et toutes les formules de l’incohérence sont des faits littéraires ; mais aussi que des figures idiotes, ignorantes, illuminées, folles, sauvages, primitives peuplent depuis toujours la littérature. Comme si cette dernière déclinait la fonction cognitive qu’on lui reproche de ne pas remplir ou que l’on tente de lui attribuer. Du XVIIe au XXIe siècle, ce volume se demande donc pourquoi la littérature se targue de ne pas savoir : ce refus de savoir est-il un refus du savoir ? Que sait ou veut nous faire savoir celui qui, dans l’habilité rhétorique, prosodique, narrative, proclame la négation de la connaissance ? De quels savoirs de la littérature nous entretient le non-savoir ? Textes de G. Didi-Huberman, J. Le Brun, S. Houdard, J. Thélot, etc. et un entretien inédit de Valère Novarina en clôture.

Les enjeux de la communication interculturelle (du 5 au 7 juin 2012)

Le programme franco-allemand des éditions de la MSH présentent la journée d’études interdisciplinaires : “Les enjeux de la communication interculturelle” (du 5 au 7 juin 2012):

EHESS/ FMSH 190-198 avenue de France, 13e

Organisatrices : Nadine Rentel (FH Zwickau), Stephanie Schwerter (EHESS, FMSH), Yasmine Mohammedi (EHESS)

Contact : nadine.rentel@fh-zwickau.de; schwerter@msh-paris.fr; ymohammedi@ehess.fr

 

Mardi 5 juin, salle 2

Mercredi 6 juin, salle de conseil B

Jeudi 7 juin, salle 2

9h-10h30

Introduction à la communication interculturelle, approches théoriques

Stephanie Schwerter (EHESS, FMSH)

Nadine Rentel (Université de Zwickau)

9h-10h30

Les enjeux de la communication interculturelle dans l’histoire 

Gueorgui Chepelev (Paris VIII)

Président : Alain Messaoudi (EHESS)

9h-10h30

L’ethos des langues, l’ethos des cultures : français, italien, anglais 

Yana Grinsphun, (Paris III)

Présidente : Nadine Rentel (Université de Zwickau)

Pause café

Pause café

Pause café

10h45-12h15

Cultural Codes and Linguistic Barriers

in Translation

Clíona NíRíordáin (Paris III)

Président : Terence Holden (EHESS)

10h45h-12h15

La communication interculturelle

dans les médias

Christoph Vatter (Université de la Sarre)

Président : Michaël Oustinoff (Paris III, ISCC/CNRS)

10h45-12h15

Procédures pénales et communication interculturelle : un exemple britannique Yasmine Mohammedi (EHESS)

Président : Rainer Maria Kiesow (EHESS)

12h15-14h Pause

12h15-14h Pause

12h15-14h Pause

14h15-15h30

La communication interculturelle

dans un monde post-américain

Michaël Oustinoff (Paris III, ISCC/CNRS)

Président : Clíona NíRíordáin (Paris III)

14h15-15h30

Différences interculturelles dans les   communications universitaires

Mignon Lamielle (Paris III)

Présidente : Doris Fetscher (Université de Zwickau)

14h15-15h30

Les incidents critiques dans l’enseignement  interculturel

Doris Fetscher (Université de Zwickau)

Présidente : Yana Grinsphun, (Paris III)

15h30-17h

La communication interculturelle

d’un point de vue philosophique

Jean-René Ladmiral (Paris X, ISIT)

Président : Nicolas Villain (EELV)

15h30-17h

Cultural Communication in the Arts

Ciara NiHogain (Paris V)

Président : Terence Holden (EHESS)

15h30-17h

Gestion des conflits dans les

rencontres internationales

Harald Schraeder (CPU)

Président : Christoph Vatter (Université de la Sarre)

Pause

Pause

Pause

17h15-18h45

Multilinguisme et traduction dans l’Union européenne : Légiférer en 23 langues

Catherine Vieilledent-Monfort

(Commission Européenne, Bruxelles)

Présidente : Yasmine Mohammedi (EHESS)

17h15-18h45

Communiquer interculturellement

à travers la musique

Philippe Desse (Compositeur, musicologue)

Présidente : Stephanie Schwerter (EHESS, FMSH)

17h15-18h45

La  guerre interculturelle dans les médias

Anne-Marie Picard

(American University of Paris)

Président : Nicolas Villain (EELV)

 

Emmanuel Alloa, Thomas Bedorf, Christian Grüny, Tobias Nikolaus Klass, Leiblichkeit. Geschichte und Aktualität eines Begriffs (Tübingen, Mohr-Siebeck/UTB, 2012).

Leiblichkeit. Geschichte und Aktualität eines Konzepts. Hrsg. v. Emmanuel Alloa, Thomas Bedorf, Christian Grüny u. Tobias N. Klass
2012. VII, 405 Seiten. UTB M 3633
ISBN 978-3-8252-3633-5
Broschur € 20.99

Der Körper hat Konjunktur. Als ausgestellter, verfüg- und verführbarer begegnet er uns täglich im Übermaß. Es war nur eine Frage der Zeit, bis im Spiel der sich in den Wissenschaften einander ablösenden turns auch ein corporeal (oder body ) turn ausgerufen würde. Dabei bleibt im genannten turn der Gegenstand der Untersuchung nicht selten reduziert auf das, was man im deutschen Sprachgebrauch “Körper” nennt: ein physisches Substrat, das wie ein Ding unter Dingen beschreibbar ist. Gegen diese begriffliche Verkürzung stellt der Begriff des “Leibes” spätestens seit Edmund Husserl eine präzise theoretische Intervention in die wissenschaftliche und philosophische Diskussion um Körper und Körperlichkeit dar: Dem objektiv beobachtbaren Körper, den wir haben, wird der lebendige Leib, der wir sind, gegenüber gestellt. Diesem “Leib”, seiner Geschichte, seinen Varianten und seinem Versprechen gehen die Autoren der vorliegenden Beiträge nach.

Mit Beiträgen von:
Emmanuel Alloa, Marie-Luise Angerer, Kerstin Andermann, Thomas Bedorf, Kathrin Busch, Andreas Cremonini, Natalie Depraz, David Espinet, Shaun Gallagher, Christian Grüny, Tobias Nikolaus Klass, Stefan Kristensen, Marion Lauschke, Burkhard Liebsch, Uta Noppeney, Karel Novotny, Marc Rölli, Mirjam Schaub, Julia Scheidegger, Ulrich Johannes Schneider, Volker Schürmann, Jörg Sternagel

Inhaltsübersicht:
Emmanuel Alloa / Thomas Bedorf / Christian Grüny / Tobias Nikolaus Klass: Einleitung

I. Der Leibbegriff in der Phänomenologie
Natalie Depraz / Emmanuel Alloa: Edmund Husserl – „Ein merkwürdig unvollkommen konstituiertes Ding“ – Stefan Kristensen: Maurice Merleau-Ponty I – Körperschema und leibliche Subjektivität – Emmanuel Alloa: Maurice Merleau-Ponty II – Fleisch und Differenz – David Espinet: Martin Heidegger – Der leibliche Sinn von Sein – Thomas Bedorf: Emmanuel Levinas – Der Leib des Anderen – Karel Novotny: Jan Patočka – Körper, Leib, Affektivität – Julia Scheidegger: Michel Henry – Transzendentale Leiblichkeit – Jörg Sternagel: Bernhard Waldenfels – Responsivität des Leibes – Kerstin Andermann: Hermann Schmitz – Leiblichkeit als kommunikatives Selbst- und Weltverhältnis

II. Zur Geschichte des Leibbegriffs
Marc Rölli: Philosophische Anthropologie im 19. Jahrhundert – Zwischen Leib und Körper – Tobias Nikolaus Klass: Friedrich Nietzsche – Denken am „Leitfaden des Leibes“ – Andreas Cremonini: Sigmund Freud – Der gelebte vs. der phantasmatische Leib – Uta Noppeney: Kurt Goldstein und Frederik Buytendijk – Der Leib-Begriff in der organismischen Biologie – Volker Schürmann: Max Scheler und Helmuth Plessner – Leiblichkeit in der Philosophischen Anthropologie – Marion Lauschke: Ernst Cassirer und Aby Warburg – Leiblichkeit in der Kulturanthropologie

III. Grenzen und Kritik des Leibbegriffs
Christian Grüny: Theodor W. Adorno – Soma und Sensorium – Ulrich Johannes Schneider: Michel Foucault – Der Körper und die Körper – Burkhard Liebsch: Paul Ricœur – Das leibliche Selbst begegnet dem Widerstand des Anderen – Mirjam Schaub: Gilles Deleuze – Was weiß ein “Körper ohne Organe” vom Leib? – Kathrin Busch: Jean-Luc Nancy – Exposition und Berührung – Shaun Gallagher: Kognitionswissenschaften – Leiblichkeit und Embodiment – Marie-Luise Angerer: Gender und Performance – Zur Konstruktion leiblicher Identität

Numéro 10 : Lisibilité / Nummer 10: Lesbarkeit

DERNIER NUMERO PARU / AKTUELLE AUSGABE

Numéro 10 : Lisibilité / Nummer 10: Lesbarkeit

Sous la direction de / herausgegeben von: Muriel Pic et Emmanuel Alloa

Depuis près de 30 ans, les sciences humaines et sociales se sont employées, en Allemagne comme en France, à élargir le concept de « lisibilité » au-delà de la référence au texte écrit. Ce numéro spécial de Trivium rassemble quelques-unes des voix majeures dans ce débat. Ce faisant, il rend compte de la formation d’un mode de lecture qui, entre microhistoire, sémiologie, psychanalyse, histoire culturelle, physionomie et mantique, cherche sa méthodologie et renoue avec un lire archaïque auquel aucune alphabétisation ne prépare. Comme si la lecture de la trace (et plus largement : d’indices, de symptômes, de présages, etc.) redevenait, à la modernité, une technique culturelle, élémentaire et inaugurale d’interprétation, qui nous met à nouveau face à la question de la lisibilité du monde.

Seit über 30 Jahren gibt es in den deutschen wie französischen Kultur- und Geisteswissenschaften das Bestreben, den Begriff der »Lesbarkeit« von seiner engen Bindung an den geschriebenen Text zu emanzipieren. Die vorliegende Ausgabe von Trivium lässt einige der maßgeblichen Stimmen in dieser Debatte zu Wort kommen. Auf der gemeinsamen Schnittfläche von Mikrohistorie, Semiologie, Psychoanalyse, Kulturgeschichte, Physiognomie und Mantik zeichnet sich ein neues und zugleich altes Verständnis des Lesens ab. Wenn sich in der Moderne die Frage nach dem Lesen von Spuren – und damit im weiteren Sinne von Indizien, Symptomen, Vorzeichen etc. – neu stellt, so wird damit an eine archaische Praxis des Lesens neu angeknüpft, welche uns vor das unabschließbare Problem der Lesbarkeit der Welt stellt.

  • Introduction

Einleitung

Muriel Pic et Emmanuel Alloa, Lisibilité / Lesbarkeit

  • ·        Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Hans Robert Jauss, Trace et aura. Remarques à propos du Livre des passages de Walter Benjamin / Spur und Aura (Bemerkungen zu Walter Benjamins Passagen-Werk)

Sigrid Weigel, Le Rituel du Serpent d’Aby Warburg. Correspondances entre la lecture de textes culturels et de textes écrits / Aby Warburgs Schlangenritual. Korrespondenzen zwischen der Lektüre kultureller und geschriebener Texte

Wolfram Hogrebe, Mantique et herméneutique / Mantik und Hermeneutik

Sybille Krämer, Qu’est-ce donc qu’une trace, et quelle est sa fonction épistémologique ? État des lieux / Was also ist eine Spur? Und worin besteht ihre epistemologische Rolle? Eine Bestandsaufnahme

 

  • ·         Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Michel de Certeau, Die absolute Lektüre: Theorie und Praxis der christlichen Mystiker im 16. und 17. Jahrhundert / La lecture absolue (Théorie et pratique des mystiques chrétiens : XVIe – XVIIe siècles)

Jean Bottéro, Die Traumdeutung im antiken Mesopotamien / L’oniromancie en Mésopotamie ancienne

Louis Marin, Im Laboratorium der Schrift-Figur / Dans le laboratoire de l’écriture-figure

Georges Didi-Huberman, Hepatische Empathie: Die Affinität des Inkommensurablen nach Aby Warburg / Hépatique empathie : L’affinité des incommensurables selon Aby Warburg


Mise en ligne le 30 mars 2012


Présentation et discussion du numéro 10 avec Hinnerk Bruhns, Georges Didi-Huberman, Wolfram Hogrebe et Muriel Pic – Modération : Emmanuel Alloa

Jeudi 14 juin, 19h – Goethe-Institut / Bibliothèque – 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris – Tél. 01 44 43 92 30

Entrée libre / Eintritt frei – Réservation conseillée / Reservierung empfohlen

En français et en allemand / auf französich und deutsch

 

A PARAÎTRE / VORSCHAU

Numéro 11 : Gustave Flaubert. A l’Orient du réalisme / Nummer 11: Flauberts orientalischer Realismus

Sous la direction de / herausgegeben von: Barbara Vinken & Pierre-Marc de Biasi

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Marc Föcking, Arkadien – eine Kitschwelt ? Schwundstufen des Arkadischen in Flauberts Madame Bovary 

Martin v. Koppenfels, Flauberts Hand. Strategien der Selbstimmunisierung 

Barbara Vinken, Sermo humilis: Realismus und Christentum und Notre-Dame de Rouen: Flauberts Kathedrale 

Gerald Wildgruber, Pratiques d’Exinanition 

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Agnès Bouvier, Jéhovah égale Moloch : une lecture “antireligieuse” de Salammbô 

Philippe Dufour, Salammbô, un tigre de marbre 

Pierre-Marc de Biasi, “Qu’est-ce que cela veut dire, la réalité ?” Le cryptage du réel dans L’Education sentimentale 

Cécile Matthey, Itinéraire d’une croyance : Hérodias 

Sylvie Triaire, Le défilé des dieux, de l’idole primitive à Loulou 

Mise en ligne prévue en mai 2012

 

EN PREPARATION / IN VORBEREITUNG

Entre morale, politique et religion : la cohésion sociale selon Emile Durkheim / Zwischen Moral, Politik und Religion: Emile Durkheims Begriff des sozialen Zusammenhalts

Sous la direction de / herausgegeben von: Hans-Peter Müller & Jean Terrier

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Hans Joas, Kollektive Efferveszenz: Durkheim 

  Wolfgang Schluchter, Der Dualismus der menschlichen Natur und seine sozialen wie historischen Bedingungen 

  Hartmann Tyrell, Religion und Politik – Max Weber und Emile Durkheim 

  Hans-Peter Müller, Gesellschaft, Moral und Individualismus. Emile Durkheims Moral-Theorie

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

François-A. Isambert, Durkheim : Une science de la morale pour une morale laïque 

  Bruno Karsenti, Le “dilemme durkheimien” en sociologie morale 

  Jean-Claude Chamboredon, Émile Durkheim : le social objet de science. Du moral au politique

  Philippe Steiner, Altruisme, égoïsme et individualisme dans l’École durkheimienne


Le Saint-Empire à l’époque moderne / Das Alte Reich in der Frühen Neuzeit

Sous la direction de / herausgegeben von: Falk Bretschneider & Guillaume Garner

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Georg Schmidt, Das frühneuzeitliche Reich – Sonderweg und Modell für Europa oder Staat der deutschen Nation ? 

 Heinz Schilling, Das Alte Reich – ein teilmodernisiertes System als Ergebnis der partiellen Anpassung an die frühmoderne Staatsbildung in den Territorien und den europäischen Nachbarländern 

 Wolfgang Behringer, Kaiser, Reichstag und Postwesen (1490-1615) 

 Harriet Rudolph, Kontinuität und Dynamik – Ritual und Zeremoniell bei Krönungsakten im Alten Reich. Maximilian II., Rudolph II. und Matthias in vergleichender Perspektive

 Heinz Duchhardt, Reichsritterschaft und Reichskammergericht

 

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Étienne François, Des républiques marchandes aux capitales politiques : remarques sur la hiérarchie urbaine du Saint-Empire à l’époque moderne

 Christophe Duhamelle, Dedans, dehors : espace et identité de l’exclave dans le Saint-Empire après la paix de Westphalie 

 Jean-François Noël, La conscience d’Empire en milieu populaire dans l’Allemagne du XVIIIe siècle

 

La sociologe culturelle en Allemagne/ Kultursoziologie

Sous la direction de / herausgegeben von:  Stephan Moebius et Christian Papilloud

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Winfried Gebhardt, Vielfältiges Bemühen. Zum Stand kultursoziologischer Forschung im deutschsprachigen Raum

 Klaus Lichtblau, Der Streit um den Kulturbegriff  in der Soziologie 

 Friedrich Tenbruck, Die Aufgabe der Kultursoziologie 

 Lepsius, M. Rainer, Interessen und Ideen. Die Zurechnungsproblematik bei Max Weber

 

 


« Penser avec… et contre… »: La pragmatique transcendantale de Karl-Otto Apel : une théorie et une pratique de l’intersubjectivité

 

Penser avec... et contre, Martine Le Corre-Chantecaille, Ed MSH, mars 2012

Martine Le Corre-Chantecaille

Collection Philia Monde

Éditions de la Maison des sciences de l’homme, mars 2012, 360 p.

ISBN-13 978-2-7351-1427-6

Quiconque veut tenter de parcourir le chemin de pensée de Karl-Otto Apel – son « Denkweg » – se trouve d’emblée confronté à des difficultés liées à l’accès même aux textes à cause non seulement des traductions en français, encore insuffisantes, ou de l’absence de certains textes, mais surtout à cause de la forme même de ses textes. C’est, en effet, par des articles, essais, reproductions de conférences, introductions à des traductions que la pensée d’Apel s’exprime et se donne à lire. Ses ouvrages majeurs ne sont eux-mêmes, généralement, que des Collected Papers regroupant des textes déjà parus antérieurement .

Consciente de toutes ces difficultés d’accès, Martine Le Corre-Chantecaille guide le lecteur dans le présent ouvrage à travers la pensée du philosophe allemand et réussit à retracer les étapes, de la genèse au développement, de la construction de la « pragmatique transcendantale ».

Elle parvient, entre autres, à montrer comment, inlassablement, Apel reconstruit, compare, confronte, critique, s’efforçant de penser « avec et contre » les autres membres de la communauté philosophique (Heidegger, Kant, Gadamer, Peirce) et non « sans » eux, mettant ainsi en évidence le choix d’une pratique philosophique « alter-référentielle » qui fournit un fil conducteur permettant de dégager les apports conceptuels ayant contribué à la constitution et au développement de la pragmatique transcendantale. Mais au-delà de l’étude du contenu plus systématique de sa pensée qui apparaît et se développe à partir des années 70, l’ouvrage se propose également, de mettre en évidence et de réfléchir à la pratique intersubjective qu’Apel n’a jamais abandonnée.

L’auteur montre que, au-delà de la volonté de mettre en évidence l’existence d’une communauté de communication des philosophes, comme solution contre toute anticipation solipsiste de la vérité définitive, ce qu’Apel veut relever est que « penser avec et contre », c’est refuser que le choix de la violence – celui du penser sans les autres –, puisse se présenter comme valant autant que le choix de la raison, choix d’un penser avec (même quand il prend la forme d’un penser contre qui se veut alors pratique autocritique de la raison).

Sommaire

Introduction

Première partie. Vers la pragmatique transcendantale : Sens et apport des premières reconstructions

Chapitre I : La reconstruction initiale : Dasein et connaissance
Introduction

  • L’élargissement du questionnement kantien
  • La critique de la raison finie et l’importance de la temporalité
  • Les perspectives tracées
  • Conclusion

Chapitre II : Le prisme du langage

  • Introduction
  • Les prolongements historiques de la première reconstruction
  • Les écrits systématiques : le langage comme « technognomie »
  • Conclusion

Chapitre III : L’apport de la philosophie analytique

  • Introduction
  • Les apories des approches syntaxico-sémantiques du sens
  • La diversité des approches pragmatiques du sens
  • Conclusion

Chapitre IV : Transformations herméneutique et sémiotique de la philosophie transcendantale : penser avec et contre Gadamer et Peirce

  • Introduction
  • « Herméneutique transcendantale » et « herméneutique philosophique »
  • La reconstruction de l’œuvre de Peirce
  • Conclusion

Conclusion de la première partie

Seconde partie. La pragmatique transcendantale : l’auto-réflexion de la raison sur les présupposés de sa pratique

Chapitre V : La fondation ultime de la raison

  • Introduction
  • Des défis à relever
  • La réponse « pragmatico-transcendantale »: la fondation ultime de la raison
  • Conclusion

Chapitre VI : De la fondation de la raison à la complémentarité des types de rationalité

  • Introduction
  • Les conséquences épistémologiques de la fondation ultime de la raison
  • L’éthique de la discussion : de la question de la fondation à celle de l’application.

Conclusion générale

Pour en savoir plus et commander l’ouvrage.

Traduction française: „Die bedeutenden Wissenschaftssprachen müssen erhalten bleiben“

« Les grandes langues scientifiques doivent être préservées »

Le 24 janvier 2012 par Mareike König

Entretien avec Hinnerk Bruhns, directeur de recherche au CNRS à Paris, à propos de Trivium,  la revue en ligne dont il est cofondateur et directeur de rédaction.

Mareike König (MK) : M. Bruhns, vous êtes l’un des “pères” de TRIVIUM, une revue électronique créée à l’automne 2007, qui publie des traductions d’articles sélectionnés dans des revues allemandes et françaises spécialisées en sciences humaines et sociales, les contributions originellement parues en allemand étant proposées en traduction française et vice-versa. Comment est née l’idée de cette revue ?

Hinnerk Bruhns (HB) : L’idée fondatrice de la revue Trivium a progressivement vu le jour entre 2005 et 2007. A cette époque, j’étais adjoint à l’administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), où existe depuis les années 1980 un programme franco-allemand pour la traduction de livres dans le domaine des sciences humaines et sociales [1], qui bénéficie du soutien de l’Institut Goethe, (auparavant : Inter Nationes), du DAAD et du Centre National des Lettres. Depuis de nombreuses années déjà, j’avais exprimé en diverses occasions l’idée de compléter ce programme par un programme parallèle de traductions d’articles de périodiques, et cela a été l’un des points de départ à la création de Trivium. Le raisonnement était que l’investissement financier et le risque éditorial seraient réduits par rapport à la traduction d’ouvrages complets. De surcroît, la traduction de textes courts – articles de périodiques – devait permettre de réduire le décalage temporel souvent très important entre l’avancée de la recherche dans un pays et son transfert et sa réception dans le pays voisin.

Ces réflexions se sont ensuite associées à d’autres, relatives à la politique linguistique dans les sciences humaines et sociales en Europe. Les fondations Robert Bosch et DVA, partenaires de longue date de la FMSH, finançaient depuis plusieurs années déjà des études sur la communication scientifique entre la France et l’Allemagne. La question des langues et de la traduction y occupait une place centrale. Ainsi, dans une étude de Fritz Nies de 2002[2], l’intensité mais aussi les lacunes de la communication, des transferts et de la réception entre les communautés scientifiques spécialisées allemandes et françaises ont été analysées à travers l’exemple de différentes sciences humaines et sociales. Sur la base des résultats de cette études, un congrès a été organisé à Berlin en 2004 par les fondations Robert Bosch et DVA, l’institut franco-allemand à Ludwigsbourg et la FMSH sur la question des langues au sein de la coopération scientifique en Europe, avec une attention particulière pour les échanges franco-allemands. [3]. A l’issue de ces débats, la nécessité, scientifiquement fondée, de préserver et de promouvoir les grandes langues dans les sciences humaines et sociales a été réaffirmée, ainsi que celle, corrélative, de soutenir et intensifier davantage la communication scientifique transnationale par le biais de traductions.

De ces réflexions à la mise en œuvre concrète du projet, il a fallu non seulement passer par un certain nombre d’étapes mais aussi trouver des partenaires. Des institutions, d’une part : outre les fondations allemandes citées précédemment, il s’est agi du Ministère français de la culture, ainsi que, principalement, de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et de l’Agence nationale de la recherche française. Des personnes, d’autre part, qui se sont particulièrement investies et ont amené les compétences qui me manquaient. Je me contenterais ici de citer Gudrun Gersmann de l’Institut historique allemand de Paris (DHI) qui a une très grande expérience dans le domaine des médias numériques et des outils de recherche. Depuis l’université de Cologne où elle travaillait à l’époque, et avec le concours de la FMSH, Mme Gersmann a fait valider la demande de financement de Trivium dans le cadre de l’appel à projets franco-allemands de la DFG et de l’ANR, puis a mis la revue sur pied avec moi lorsqu’elle est devenue directrice de l’Institut historique allemand de Paris.

MK : Quelle est la particularité de TRIVIUM ?

 HB : A la différence de revues scientifiques traditionnelles, Trivium ne publie pas d’articles originaux, mais uniquement des traductions de textes déjà parus dans des périodiques ou des ouvrages collectifs en France ou en Allemagne. La particularité réside donc d’une part dans la traduction, d’autre part dans la combinaison d’articles français et allemands sur une même thématique.

Trivium paraît sous la forme de cahiers thématiques (la fréquence moyenne est de trois par an), qui sont en principe sous la direction scientifique d’un chercheur français et d’un chercheur allemand, différents à chaque numéro. Trivium est éditée par les Editions de la Maison des sciences de l’Homme à Paris, avec le concours de différentes institutions françaises et allemandes, dont en premier lieu l’Institut historique allemand de Paris. Le conseil scientifique de la revue sélectionne avec la rédaction et les directeurs scientifiques des numéros respectifs les articles à traduire. Le premier numéro est paru en mai 2008 et la revue est disponible gratuitement sur internet : http://trivium.revues.org/

 MK : Que signifie précisément le nom “Trivium” ?

HB : Le nom complet de la revue est : Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften. En latin, le mot trivium désigne un lieu où convergent trois routes, un carrefour. Dans la scolastique médiévale, le terme correspondait au trois disciplines grammaticalo-rhétoriques (la dialectique, la grammaire, la rhétorique) des sept arts libéraux, autrement dit le triple chemin de la connaissance linguistique, qui, combiné au quadrivium (quatre routes : l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie et la musique) formaient une propédeutique à l’étude de disciplines plus élevées (la théologie, le droit, la médecine). Mieux que celui de bivium (deux routes), le concept de trivium exprime la mission que nous nous sommes donnée avec cette revue « à deux faces » franco-allemande : d’une part, parce qu’il met l’accent sur l’importance de la langue dans l’accès à la connaissance, d’autre part parce que l’idée des « trois routes » permet d’aller au delà de la seule perspective franco-allemande.

MK : Pourquoi avoir choisi le format électronique pour la revue ?

HB : Etant donné que nous ne voulions pas limiter les thématiques abordées dans la revue à une seule discipline, mais au contraire couvrir une grande diversité de domaines scientifiques dans lesquels la pensée et les concepts sont étroitement tributaires des langues nationales, il n’était pas possible de compter sur un cercle fixe d’abonnés qui aurait permis de supporter les coûts considérables de traductions, rédaction, impression et distribution. Aussi, d’un point de vue économique, la seule solution viable était d’opter pour une revue exclusivement électronique, proposée en libre accès. Les coûts de cette entreprise, qui devaient être couverts par des donataires privés et publics, se justifiaient uniquement au regard de l’intérêt scientifique attendu. La revue devait donc être développée comme une sorte d’outil ou d’élément d’infrastructure à disposition des chercheurs – en particulier ceux qui s’intéressent à la coopération franco-allemande – de manière à ce que ceux-ci puissent se l’approprier, au meilleur sens du terme. De plus, cette initiative franco-allemande devait servir de modèle pour des projets de traduction analogues entre d’autres communautés linguistiques.

MK : Comment Trivium se positionne-t-elle au sein de la communauté scientifique allemande et française ? Quel est le public visé par la revue, des étudiants, des doctorants, des chercheurs ?

HB : Conformément au concept fondateur, Trivium s’adresse en premier lieu à des étudiants, des enseignants du supérieur et des chercheurs qui, en raison d’une méconnaissance ou d’une maîtrise insuffisante de l’allemand ou du français, ne lisent pas ou peu – et le cas échéant avec beaucoup de difficulté – de publications dans ces langues. On pense tout d’abord spontanément au public universitaire français et allemand, mais la revue s’adresse également à des lecteurs dans d’autres pays francophones ou germanophones. Au-delà, Trivium vise également un lectorat de scientifiques et d’étudiants dans (potentiellement) tous les pays du monde, qui lisent l’une des deux langues dans laquelle la revue publie ses traductions. Les statistiques d’accès indiquent que Trivium a des lecteurs partout dans le monde, mais aussi que la revue est régulièrement consultée par des chercheurs et des étudiants qui maîtrisent les deux langues. Et cela ne tient pas seulement au fait que les textes publiés dans Trivium sont directement accessibles sur internet. Ce qui joue un rôle décisif, c’est que Trivium propose des dossiers thématiques pertinents pour la recherche, établis selon des critères scientifiques et accompagnés d’introductions approfondies rédigées par les directeurs des numéros respectifs. D’ailleurs, la rédaction a appris que les cahiers thématiques de Trivium sont parfois utilisés dans le cadre d’enseignements universitaires.

MK : Une question provocatrice : pourquoi les traductions sont-elles aujourd’hui encore si importantes dans les sciences humaines ?

HB : L’objet des sciences humaines et sociales est l’étude de l’homme et de la société. L’élaboration des concepts est par conséquent (en particulier au sein des grandes communautés scientifiques) étroitement liée aux langues nationales respectives. C’est dans la langue nationale que s’expriment la pensée et l’expérience de l’individu et du corps social, que le chercheur formule ses hypothèses, ses analyses et ses explications et qu’il les présente à ses collègues ainsi qu’à un plus large public.

Si la communication et les échanges scientifiques en Europe et dans le monde ne peuvent faire l’économie d’une lingua franca – l’anglais à l’heure actuelle –, il n’en demeure pas moins que le recours systématique à une langue tierce est insuffisant et n’est souvent qu’un pis-aller – certes souvent incontournable – dans l’optique d’une véritable communication et coopération entre des chercheurs issus de différentes communautés linguistiques. Dans le cadre de la coopération internationale, la qualité du travail de recherche en sciences humaines et sociales dépend pour une part non négligeable de bonnes connaissances dans la langue du partenaire, d’une part, et, d’autre part, de la qualité (établie en fonction de critères scientifiques rigoureux) des traductions. Actuellement, la qualité de la recherche, et par là celle de l’enseignement, est menacée par la tendance regrettable qui consiste à considérer qu’il n’est pas nécessaire de s’intéresser à ce qui n’est pas publié en anglais. Les traductions sont une manière de remédier à cette situation, faire du plurilinguisme une condition obligatoire pour l’accès aux études doctorales (au plus tard !) en serait une autre.

MK : Quels ont été jusqu’ici les grands axes thématiques traités par Trivium, et comment ceux-ci ont-ils été choisis ? Tout un chacun peut-il faire une proposition ?

HB : Nous avons jusqu’à présent publié neuf dossiers thématiques, à chaque fois sur un sujet différent. L’éventail s’étend des religions orientales dans l’antiquité gréco-romaine (Nr. 4) à la sociologie de la bureaucratie de Max Weber (Nr. 7) en passant par l’iconic turn (tournant iconique) dans les sciences sociales (Nr. 1), ou encore la sociologie des conventions développée en France (Nr. 5). On peut également citer les droits subjectifs et les droits de l’homme (Nr. 3), les formes de la communication symbolique au Moyen-âge (Nr. 2), la relation entre esthétique et science de l’art (avec toute une série de textes de la première moitié du XXème siècle) (Nr. 6), les transferts de savoir comme un aspect des relations entre le monde chrétien latin et le monde arabo-musulman du IXème au XVème siècle (Nr. 8), et enfin le problème du temps et de sa perception dans les sciences sociales (Nr. 9).

Chacun peut faire des propositions, toutefois celles-ci doivent correspondre au format particulier et à la vocation de la revue. Des précisions à ce sujet sont données sur le site internet de Trivium.

MK : Quels seront les thèmes abordés dans les prochains numéros de la revue ?

 HB : Les deux prochains numéros s’intéresseront respectivement au thème de la « Lesbarkeit/Lisibilité » (Nr. 10), et au « réalisme oriental de Flaubert » (Nr. 11). Ensuite, Emile Durkheim sera à l’honneur, puis nous nous pencherons sur des recherches sur l’Ancien Empire et enfin sur le développement de la sociologie de la culture.

MK : Existe-t-il une lettre d’information pour annoncer la sortie des numéros à venir ? Ou bien comment peut-on en être informé ?

 HB : Oui, il y a une lettre d’information, à laquelle on peut s’abonner à l’adresse suivante : http://trivium.revues.org/?page=lettre

La revue possède également un blog et une page Facebook.

MK : M. Bruhns, un grand merci pour cet entretien.

Hinnerk Bruhns a répondu aux questions par écrit. La version française de l’entretien a été établie par Anne-Emmanuelle Fournier.

Contact :

Trivium
Fondation Maison des Sciences de l’Homme
190, avenue de France
75013 Paris

trivium@msh-paris.fr

bruhns@msh-paris.fr

1. http://www.editions-msh.fr/info/?fa=text56 et http://www.editions-msh.fr/collections/?collection_id=574 []

2. Fritz Nies (dir.): Spiel ohne Grenzen? Zum deutsch-französischen Transfer in den Geistes- und Sozialwissenschaften, Gunter Narr Verlag, Tübingen 2002 ; traduction française : Fritz Nies (dir.), L’enjeux scientifiques des traductions : échanges franco-allemands en sciences humaines et sociales, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2004. []

3. Les principales interventions de cette manifestation ont été publiées dans les actes du colloque : Fritz Nies (dir.), avec la coopération d’Erika Mursa, Europa denkt mehrsprachig. Exemplarisch: deutsche und französische Kulturwissenschaften / L’Europe pense en plusieurs langues. Exemplaires : les Sciences de l’Homme en France et en Allemagne, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2005

 

Autour du numéro 11 à venir: Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise, Nantes, Editions Cécile Defaut, 2012.

Issu d’un séminaire ayant réuni les membres de l’équipe Flaubert liés à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes, à l’ENS et à l’Université Paris 8 autour de la question de la bêtise dans l’œuvre de Flaubert et d’auteurs contemporains héritant de cette dernière, le présent ouvrage correspond bien à la logique à l’œuvre dans certains récents collectifs publiés à l’enseigne de la maison Cécile Defaut autour de grandes figures littéraires et critiques. Comme dans les volumes dédiés respectivement au travail de Bourdieu sur la littérature (2010) et à la critique décalée de Pierre Bayard (2010), ce projet sur Flaubert articule au point de vue des meilleurs spécialistes du sujet (la maître d’œuvre, Anne Herschberg Pierrot, mais aussi Jacques Neefs et Pierre-Marc de Biasi) le témoignage original d’écrivains proposant un retour critique sur le rapport qu’ils entretiennent, qui avec la bêtise (insaisissable et difficile à surprendre, selon Pierre Pachet), qui — dans le cas de Pierre Senges — avec l’obsédant Bouvard et Pécuchet. L’ensemble, de cette façon, est la plupart du temps aussi élégant que plaisant à parcourir, qui déjoue habilement l’habituelle distance académique de l’édition universitaire sans pour autant verser dans une légèreté désinvolte.

En balisant la problématique de « l’empire de la bêtise », Anne Herschberg Pierrot, dans l’avant-propos, souligne la polysémie délibérée d’une expression qui « s’entend au double sens du pouvoir, de l’emprise de la bêtise sur les esprits, et de l’extension infinie qu’elle prend dans la vie et dans l’œuvre de Flaubert » (p. 7). Si cette question fédératrice est bien connue des flaubertiens, elle trouve, au cœur de ce volume divisé en trois parties, une formulation originale et permet des éclairages nouveaux. Le premier volet de ce triptyque, le plus général, est dédié à l’idée même de la bêtise chez Flaubert ; le deuxième se penche plus spécifiquement sur le cas de Bouvard et Pécuchet, projet défini par son auteur comme une « encyclopédie critique en farce » et qui se trouve notamment éclairé au moyen d’une étude génétique menée par Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs ; le troisième, enfin, interroge la filiation potentielle du traitement de la bêtise par Flaubert à l’aune de productions plus tardives, comme chez Proust, Oudernik et Barthes — dernière partie qui laisse à songer qu’il y aurait sans doute un véritable arbre généalogique des figurations de la bêtise à établir, qui embrasserait depuis certains personnages de Monnier et Flaubert jusqu’à ceux de Beckett, en passant par le Maire de Champignac de Franquin et Dupond et Dupont d’Hergé.

Polymorphe, la bêtise vue par l’œil flaubertien s’incarne autant dans l’orgueil imbécile du pharmacien Homais, voisin du couple Bovary à Yonville, que dans la sottise naïve de la brave Félicité, héroïne d’Un cœur simple ; tantôt évanescente et tantôt infinie, elle est avant tout affaire de discours, et c’est dans celui-ci qu’elle se manifeste, par la contamination des lieux communs, stéréotypes et idées reçues : ceux-ci, Flaubert a pris soin de les collecter en un fameux projet de Dictionnaire — « galerie personnelle d’un chasseur de papillons », selon le mot de Pierre-Marc de Biasi (p. 42) —, dont les entrées neutralisent la dimension menaçante d’assertions fréquemment reprises en situation par les personnages de ses romans, ainsi que le rappelle justement Françoise Gaillard (p. 71).

Il n’en demeure pas moins que cette bêtise qui traverse l’œuvre du romancier reste quelquefois difficile à objectiver, dans ses formes et dans ses effets : si les rodomontades d’Homais semblent prêter à rire, dont l’accumulation fonctionne comme une manière de physiologie du bourgeois (celui-là qui explique à des artificiers comment faire leur travail, se pique d’être chimiste, manie la terminologie pour jouer les distingués avant d’utiliser l’argot parisien pour affirmer sa modernité et se vante à qui veut l’entendre de son œuvre majeure — « un fort opuscule, un mémoire de plus de soixante et douze pages, intitulé : Du cidre, de sa fabrication et de ses effets, suivi de quelques réflexions nouvelles à ce sujet »), elles sont aussi celles par qui le malheur arrive, puisque c’est sur les conseils du pharmacien que Charles Bovary tentera (et ratera lamentablement) l’opération expérimentale d’un pied bot. De même, comme le montre Françoise Gaillard à l’aune des entrées du Dictionnaire des idées reçues (pp. 74-75), la définition de la bêtise sur la base de seuls contenus propositionnels reste délicate, qui pose problème tant sur le plan de la recension (comment limiter un travail de repérage de marqueurs de la bêtise, si celle-ci semble infinie ?) que sur le plan logique (un énoncé ne peut logiquement pas être défini comme bête, il peut simplement être présenté comme vrai ou faux), et implique la définition de critères bien particuliers (ce qui participe aujourd’hui d’une doxa qui prête à rire peut procéder d’une forme de sagesse antique).

Le franchissement de ces écueils, pour autant, n’est pas inenvisageable : il serait permis par un travail de reconstruction en contexte des logiques flaubertiennes, touchant aussi bien à la socialisation particulière de l’individu (c’est, au fond, ce qu’avait esquissé Sartre dans une bonne part de L’Idiot de la famille et que Pierre Bergounioux s’essaie ici à prolonger) et à sa façon d’occuper une position marginale dans un champ donné (comme l’avait montré Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’art) qu’aux étapes successives de son travail d’écriture (que le travail génétique de Jacques Neefs et Anne Herschberg Pierrot, déjà précieux dans l’excellente revue Flaubert, contribue à éclairer dans le présent volume).

L’essai d’histoire culturelle proposé à ce sujet par Pierre Bergounioux, qui inscrit Flaubert dans un large mouvement d’émergence d’une figure paradoxale de l’intellectuel bourgeois en Europe, ne manque pas d’allure, mais doit être ramené aux conditions fondamentales qui font que cette situation est particulièrement délicate en France, à plus forte raison encore dans le cas du romancier rouennais. L’œuvre de Flaubert est avant tout le produit d’une société française qui voit paradoxalement le bourgeois s’imposer comme une manière d’épouvantail des littéraires et, dans le même temps, être le premier consommateur des caricatures qui le visent. Cette ambiguïté perceptible au sein de la sphère de grande production et dans la presse s’observe du reste tout autant parmi les tenants d’une littérature motivée par des principes esthétiques « purs », comme Pierre Bourdieu l’a bien montré avec le cas de Flaubert méprisant Napoléon iii mais paradant aux réceptions de la princesse Mathilde1. Indépendante des rapports délicats entretenus avec le marché, cette instabilité positionnelle est plus profondément ancrée chez le romancier qui, s’il ne cesse de clamer sa haine de la bourgeoisie et de la bêtise essentielle de cette classe, n’en est pas moins, par héritage, l’un de ses représentants : c’est avant tout cette contradiction qui porte son œuvre, qui le force à entreprendre un « combat de chaque instant contre [l’] hégémonie [de la bêtise] », ainsi que l’écrit Pierre-Marc de Biasi, « une lutte permanente de l’esprit pour s’arracher à sa tutelle, une rébellion des meilleurs contre sa toute-puissance, une force de sédition qui cherche à libérer le territoire, ou au moins, à consolider quelques poches de résistance pour ne pas laisser à l’ineptie le pouvoir d’y occuper tout le terrain » (p. 36).

Notes

1  Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art [1992], Paris, Seuil, « Points essais», 1998, pp. 101-102.

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 16 février 2012. URL : http://lectures.revues.org/7562

Conferences of Human Dignity and Humiliation Studies

WELCOME to our future conferences, see www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeetings.php!

1. Welcome to you and your friends and colleagues to our 19th Annual Conference of Human Dignity and Humiliation Studies, 27th-30th August 2012, see www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeeting19.php. It will be a multi-local conference through video connection. It will take place at the University of Oslo in Norway and at Linda Hartling’s base in Portland, Oregon, USA. In commemoration of the tragic events that took place in Norway last year, the conference is titled “In the Aftermath of the 22nd July: How to Sustain a Global Culture of Equality in Dignity or likeverd” The conference will advocate the notion of dignity, not just locally, but globally, on the platform of our emerging World Dignity University initiative.

2. We hope to have you with us in New York City in December 6-7, 2012, for our 2012 Workshop on Transforming Humiliation and Violent Conflict at Columbia University. As soon as we start planning, its program will evolve on www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeeting20.php..

3. Welcome also to the 21st Annual Conference of our Human Dignity and Humiliation Studies network in Cape Town, South Africa, titled “Search for Dignity.” See www.humiliationstudies.org/whoweare/annualmeeting21.php.

Papilloud Christian (2012), Introduction à la sociologie allemande, préface de Stephan Moebius, ed. Liber, Montréal-Paris, 228p.

«Wegweiser — une boussole, voilà résumée en un mot toute l’ambition de ce livre. Il offre, dans un langage dépouillé des éléments habituels du jargon spécialisé, un outil d’orientation pour qui désire se familiariser avec la sociologie allemande. Pourquoi une telle introduction ? D’abord, parce que cette sociologie reste mal connue dans nos pays francophones. Ensuite, parce que, en dehors des études spécialisées et mis à part les manuels généralistes ou autres dictionnaires de sociologie, des ouvrages d’introduction similaires n’existaient pas encore en langue française. Enfin, parce que la sociologie allemande est probablement celle qui a inspiré le plus la discipline tant sur le plan des concepts et des méthodes que sur celui des thèmes directeurs.»
De Simmel à Luhmann, en passant par Weber, Tönnies, les membres de l’école de Francfort et les autres grands noms de la discipline, des principaux
courants qui ont marqué son passé à l’éclatement actuel des tendances qui l’animent, on trouvera ici présenté plus d’un siècle d’activité intellectuelle et institutionnelle riche aussi bien de pénétration analytique que de débats scientifiques, politiques et personnels. Complété par une série d’annexes — revues de sociologie, universités où la discipline jouit aujourd’hui d’une forte réputation, figures sociologiques moins connues et atypiques —, cet ouvrage constitue un guide utile aussi bien pour l’étudiant et le spécialiste que pour le public qui voudrait y voir plus clair dans une tradition féconde qui a généreusement nourri la pensée sociologique mondiale.

Christian Papilloud est professeur de sociologie à l’université de Caen Basse- Normandie, chercheur associé Pôle Risque /cnrs, et chercheur associé au Karlsruhe Institute of Technology. Il a entre autres publié La réciprocité, diagnostic et destins d’un possible dans l’œuvre de Georg Simmel (2003), La société collaborative, technologies digitales et lien social (2007) et Gouverner l’infiniment petit, les nanotechnologies à Grenoble et Hambourg (2010), tous chez l’Harmattan.

Trivium publiera fin 2012 un numéro thématique sur la sociologie de la culture en Allemagne, sous la direction de Stephan Moebius et Christian Papilloud.

„Die bedeutenden Wissenschaftssprachen müssen erhalten bleiben“

Januar 24, 2012
By Mareike König

Prof. Dr. Hinnerk BruhnsInterview mit Prof. Dr. Hinnerk Bruhns, Forschungsdirektor am CNRS, Paris über die von ihm mitgegründete und herausgegebene Online-Zeitschrift „Trivium“.

Mareike König (MK): Herr Bruhns, Sie sind einer der „Väter“ von Trivium, eine elektronische Zeitschrift, die seit Herbst 2007 ausgewählte Artikel aus deutschen und französischen geistes- und sozialwissenschaftlichen Fachzeitschriften in der jeweils anderen Sprache in Übersetzung open access veröffentlicht. Wie ist die Idee zu Trivium entstanden?

Hinnerk Bruhns (HB): Die Idee zur Gründung der Zeitschrift Trivium ist in den Jahren 2005 bis 2007 entwickelt worden. Ich war damals stellvertretender Leiter der Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Dort gibt es seit den 1980er Jahren ein deutsch-französisches Programm für die Übersetzung von Büchern aus den Geistes- und Sozialwissenschaften[1], das mit der Unterstützung durch das Goethe-Institut (zuvor: Inter Nationes), den DAAD und das Centre National des Lettres durchgeführt wird. Die schon vor vielen Jahren gelegentlich von mir vorgetragene Idee, dieses Programm durch ein Parallelprogramm zur Übersetzung von Zeitschriftenartikel zu ergänzen, war einer der Ausgangspunkte, die zur Gründung von Trivium führten. Dahinter stand der Gedanke, dass der finanzielle Aufwand und das verlegerische Risiko bei der Übersetzung von Artikeln geringer sein würden als bei Büchern. Außerdem ließe sich durch die Übersetzung von kurzen Texten – Zeitschriftenartikel – die oft sehr lange Zeitverzögerung im Transfer und in der Rezeption der Entwicklung der Forschung im Nachbarland verringern.

Diese Überlegungen verbanden sich dann mit solchen zur Sprachenpolitik in den Geistes- und Sozialwissenschaften in Europa. Langjährige Partner der FMSH, die DVA-Stiftung und die Robert Bosch Stiftung hatten seit mehreren Jahren Untersuchungen über die wissenschaftliche Kommunikation zwischen Deutschland und Frankreich gefördert. Die Frage der Sprachen und Übersetzungen stand dabei im Mittelpunkt. In einer Studie von Fritz Nies aus dem Jahre 2002[2] werden am Beispiel verschiedener geistes- und sozialwissenschaftlicher Fächer sowohl die Intensität wie auch die Lücken in der Kommunikation, dem Transfer und der Rezeption zwischen den deutschen und französischen fachwissenschaftlichen „communities“ analysiert. Von den Ergebnissen dieser Studie ausgehend wurde von der Bosch-Stiftung und der DVA-Stiftung, dem Deutsch-französischen Institut in Ludwigsburg und der FMSH in Berlin im Jahr 2004 ein Kongress zur Sprachenfrage in der europäischen Wissenschaftskooperation organisiert, und zwar mit besonderer Blickrichtung auf die deutsch-französische Zusammenarbeit[3]. Zentrale Ergebnisse der Diskussionen waren zum einen die wissenschaftlich begründete Notwendigkeit, in den Geistes- und Sozialwissenschaften die bedeutenden Wissenschaftssprachen zu erhalten und zu fördern, und zum anderen – als Korrelat dazu – die Forderung, die transnationale Wissenschaftskommunikation verstärkt durch mehr Übersetzungen zu fördern und zu intensivieren.

Von diesen Überlegungen zur Realisierung der Idee waren dann nicht nur einige Schritte nötig, sondern vor allem Partner. Einmal Institutionen: neben den eben genannten deutschen Stiftungen das französische Kulturministerium und dann vor allem die Deutsche Forschungsgemeinschaft und die Agence nationale de la recherche in Frankreich. Dann auch Personen mit besonderem Engagement und den mir selbst fehlenden Kompetenzen. Ich nenne hier nur Gudrun Gersmann vom DHI Paris mit ihrer langen Erfahrung im Bereich digitaler Medien und Instrumente für die Forschung. Frau Gersmann hat, damals noch von der Universität Köln aus, gemeinsam mit der FMSH den Projektantrag für Trivium in das deutsch-französische Förderprogramm von DFG und ANR eingebracht und das Unternehmen dann als Direktorin des DHI Paris gemeinsam mit mir verwirklicht.

MK : Was ist das Besondere an Trivium?

HB: Im Vergleich zu „normalen“ wissenschaftlichen Zeitschriften ist das Besondere an Trivium, dass hier keine Originalbeiträge publiziert werden, sondern ausschließlich Übersetzungen von Texten, die schon in Zeitschriften oder auch Sammelbänden in Frankreich oder Deutschland veröffentlicht worden sind. Das Besondere besteht also einerseits in der Übersetzung, andererseits aber auch in der Zusammenstellung von französischen und deutschen Beiträgen zu einer bestimmten Thematik.

Trivium erscheint in Form von Themenheften (durchschnittlich drei pro Jahr), die in der Regel von je einem deutschen und einem französischen wissenschaftlichen Herausgeber betreut werden. Trivium wird herausgegeben von den Editions de la Maison des sciences de l’Homme in Paris, in Verbindung mit mehreren deutschen und französischen Institutionen, darunter an erster Stelle das DHI Paris. Der wissenschaftliche Beirat der Zeitschrift entscheidet mit der Redaktion und den jeweiligen Herausgebern über die Auswahl der zu übersetzenden Artikel. Die erste Ausgabe ist im Mai 2008 veröffentlicht worden; die Zeitschrift ist frei im Internet zugänglich: http://trivium.revues.org/

MK: Was genau bedeutet denn der Name Trivium?

HB: Der volle Name der Zeitschrift ist: Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften. Im Lateinischen ist Trivium der Ort, wo drei Wege zusammenstoßen, eine Wegekreuzung. In der mittelalterlichen Universität bezeichnete Trivium die drei grammatisch-rhetorischen Fächer (Dialektik, Grammatik, Rhetorik) der sieben artes liberales, also den Dreiweg zur sprachlichen Bildung, zusammen mit dem Quadrivium (Vierweg: Arithmetik, Geometrie, Astronomie, Musik) als Propädeutik für die höheren Fakultäten (Theologie, Recht, Medizin). Besser als der Name Bivium (Zweiweg) es hätte tun können, entspricht der Begriff Trivium dem, was wir mit dieser ‚zweiseitigen’, deutsch-französischen Zeitschrift tun wollen. Einerseits durch den Bezug auf die Bedeutung der Sprache in der Bildung, andererseits dadurch, dass der ‚Dreiweg’ über das rein Deutsch-Französische hinausweist.
Screenshot von Trivium

Screenshot von Trivium

MK: Warum wurde Trivium als elektronische Zeitschrift konzipiert?

HB: Wollte man die Arbeitsschwerpunkte dieser Zeitschrift nicht auf eine Disziplin einschränken, sondern den doch sehr weiten Bereich der unterschiedlichen Wissenschaftsgebiete abdecken, in denen die Begrifflichkeit und das Denken vorwiegend durch die Nationalsprachen geprägt sind, dann konnte diese Zeitschrift vom wirtschaftlichen Standpunkt aus gesehen nicht mit einem festen Abonnentenkreis rechnen, der die erheblichen Kosten für die Übersetzungen, die Redaktion, den Druck und den Vertrieb getragen hätte. Daher bot sich als einzige Möglichkeit die einer rein elektronischen, frei zugänglichen Zeitschrift an. Die durch private und öffentliche Zuwendungen zu deckenden Kosten des Unternehmens ließen sich allein durch den erwarteten Nutzen für die Wissenschaft rechtfertigen. Die Zeitschrift musste also als eine Art Instrument oder Infrastrukturelement entwickelt werden, dessen sich die Wissenschaftler, insbesondere die an der deutsch-französischen Kooperation interessierten, bedienen und – im besten Sinne – bemächtigen würden. Diese deutsch-französische Initiative sollte zugleich als Modell für analoge Übersetzungsinitiativen zwischen andere Sprachgemeinschaften dienen können.

MK: Wie positioniert sich Trivium in der deutschen und französischen Fachcommunity? Wen möchte Trivium ansprechen, Studierende, Doktoranden, Forscher?

HB: Dem ursprünglichen Konzept entsprechend wendet Trivium sich in erster Linie an Studenten, Hochschullehrer und Wissenschaftler, die aufgrund mangelnder oder unzureichender Kenntnisse des Deutschen, bzw. des Französischen, Publikationen in diesen Sprachen nicht oder nur selten, da mit großer Mühe verbunden, lesen. Man denkt dabei spontan wohl zunächst an das akademische Publikum in Frankreich und Deutschland, und in zweiter Linie an Leser in anderen deutsch- und französischsprachigen Ländern. Trivium richtet sich jedoch darüber hinaus an Wissenschaftler und Studenten in – potentiell – allen Ländern der Welt, die zumindest eine der beiden Sprachen lesen, in denen die Zeitschrift ihre Übersetzungen veröffentlicht. Die Zugriffsstatistiken zeigen, dass die Leserschaft von Trivium weit über die Welt verteilt ist. Auch hat sich gezeigt, dass Trivium durchaus auch regelmäßig von Wissenschaftlern und Studenten konsultiert wird, die beider Sprachen mächtig sind. Das liegt nicht nur daran, dass die von unserer Zeitschrift publizierten Texte im Internet direkt zugänglich sind. Entscheidender ist wohl, dass Trivium forschungsrelevante thematische Dossiers anbietet, die nach wissenschaftlichen Kriterien zusammengestellt und von den jeweiligen Herausgebern mit einer ausführlichen Einleitung in den Themenschwerpunkt versehen werden. Themenhefte von Trivium werden, wie der Redaktion bekannt worden ist, auch in der Lehre an Universitäten eingesetzt.

MK: Einmal ketzerisch gefragt: warum sind Übersetzungen in den Geisteswissenschaften auch heute noch so wichtig?

HB: Die Konzeptualisierung in den Geistes- und Sozialwissenschaften, deren Gegenstand Mensch und Gesellschaft sind, ist (insbesondere in den bedeutenden Wissenschaftsgemeinschaften) eng verknüpft mit der jeweiligen Nationalsprache. In ihr kommen Denken und Erfahrung des Einzelnen wie der Gesellschaft zum Ausdruck, in ihr formuliert der Forscher seine Hypothesen, Analysen und Erklärungen, und in ihr stellt er sie den Fachwissenschaftlern wie auch einem breiteren Publikum vor.

Auch wenn wissenschaftliche Kommunikation und wissenschaftlicher Austausch in Europa und international auf eine lingua franca – heute Englisch – nicht verzichten können, ist für eine wirkliche wissenschaftliche Kommunikation und Kooperation zwischen Forschern aus unterschiedlichen Sprachgemeinschaften der systematische Rückgriff auf eine dritte Sprache nicht ausreichend und im Grunde nur ein – häufig allerdings unumgänglicher – Notbehelf. Im Rahmen der internationalen Kooperation hängt die Qualität der Forschungsarbeit in den Geistes- und Sozialwissenschaften in einem nicht zu vernachlässigenden Umfang ab zum einen von guten Kenntnissen in der Sprache des Partners, zum anderen von der (streng wissenschaftlichen Kriterien genügenden) Qualität der Übersetzungen. Heute ist die Qualität der Forschung, und damit auch der Lehre, durch den verhängnisvollen Trend bedroht, dass viele meinen, man brauche nicht mehr zur Kenntnis zu nehmen, was nicht auf Englisch publiziert ist. Übersetzungen sind ein Gegenmittel, die Mehrsprachigkeit zur Voraussetzung für die Zulassung zum Promotionsstudium (spätestens!) zu machen wäre ein anderes.

MK : Welche Themenschwerpunkte wurden bisher bei Trivium behandelt und wie werden diese ausgewählt? Kann jeder einen Vorschlag machen?

HB : Wir haben bisher neun Themenhefte veröffentlich, jedes Mal mit einem anderen Schwerpunkt. Die Spannweite reicht von den „orientalischen“ Religionen in der griechisch-römischen Antike (Nr. 4) bis zu Max Webers Soziologie der Bürokratie (Nr. 7), dem iconic turn in den Sozialwissenschaften (Nr. 1), oder, um ein anderes Beispiel zu nennen, bis zu der in Frankreich entwickelten Soziologie der Konventionen (Nr. 5). Andere Themen waren die subjektiven Rechte und die Menschenrechte (Nr. 3), die Formen symbolischer Kommunikation im Mittelalter (Nr. 2), das Verhältnis von Ästhetik und Kunstwissenschaft (mit einer ganzen Reihe von Texten aus der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts) (Nr. 5), der Wissenstransfer als ein Aspekt der Beziehungen zwischen lateinisch-christlicher und arabisch-islamischer Welt zwischen dem 9. und dem 15. Jahrhundert (Nr. 8) und zuletzt das Problem der Zeit und der Zeitwahrnehmungen in den Sozialwissenschaften (Nr. 9).

Vorschläge können von jedermann gemacht werden; natürlich müssen die Vorschläge dem besonderen Format und der Zielsetzung der Zeitschrift entsprechen. Hinweise dazu gibt es auf der Homepage von Trivium.

Blog der Zeitschrift TriviumMK: Wie lauten die Themen für die nächsten Hefte bei Trivium?

HB: Die beiden nächsten Nummern behandeln das Thema der „Lesbarkeit/Lisibilité“ (Nr. 10) und dann „Flaubert orientalischen Realismus“ (Nr. 11). Danach geht es einmal um Emile Durkheim, dann um Forschungen zum Alten Reich und danach um die Entwicklung der Kultursoziologie.

MK: Gibt es einen Newsletter mit der Ankündigung der neuesten Nummer oder wie kann man von den neuen Ausgaben erfahren?

HB: Ja, es gibt einen Newsletter. Unter folgender Adresse kann man ihn abonnieren: http://trivium.revues.org/?page=lettre

Außer dem gibt es ein Blog, und Trivium ist auch auf Facebook präsent.

MK: Herr Bruhns, vielen Dank für das Interview.

Hinnerk Bruhns hat die Fragen schriftlich beantwortet.

Kontakt:

Trivium
Fondation Maison des Sciences de l’Homme
190, avenue de France
75013 Paris

trivium@msh-paris.fr

bruhns[at]msh-paris.fr

21 janvier 2012 : Journée d’étude du CVUH

Samedi 21 janvier 2012
Centre Malher, Université de Paris I – Sorbonne
9, rue Malher, 4e arr., Paris
HISTOIRE ET MEDIAS
Une Journée d’étude organisée par le
COMITÉ de VIGILANCE face aux USAGES de l’HISTOIRE

La place de l’histoire et des savoirs historiques dans les médias connaît depuis une dizaine d’années des transformations liées aux renouvellements des pratiques sociales et politiques. Face à ces nouvelles problématiques publiques, et à l’apparition de nouveaux champs de recherches historiques, quels sont les enjeux et les modalités de la diffusion des savoirs historiques ? Un dialogue entre historien-ne-s et journalistes, peut permettre d’apporter un savoir critique à partir de leurs diverses expériences des usages médiatiques de l’histoire, de la diffusion des savoirs et de la vulgarisation des recherches scientifiques.
9h00 : accueil des participants.
9h30 : Introduction par Gérard NOIRIEL (CVUH)
10h : Polémiques scientifiques et scandales médiatiques avec Anna TOPALOFF (Marianne) et Blaise DUFAL (CVUH) : « Retour sur l’affaire Gouguenheim »
11h30 : Les contraintes journalistiques de la médiation des savoirs historiques Table ronde modérée par Thomas LOUÉ (CVUH) avec Emmanuel LAURENTIN, Anaïs KIEN et Severine LIATARD producteurs de la La fabrique de l’histoire (France Culture) et Jean LEBRUN (France Inter) producteur de La marche de l’histoire.
Pause déjeuner : repas convivial dans le quartier du Marais.
14h : La médiatisation du colonial dans les années 2000 Antoinette DELAFIN (RFI) « Le traitement médiatique de la question coloniale » Laurence DE COCK (CVUH) : « La médiatisation du colonial : essai de généalogie d’un objet de débat public » Eric SORIANO (CVUH) : « Le colonial entre médias et monde savant, quels enjeux ? » .
15h30 : La mémoire du 11 septembre : et l’histoire dans tout ça ? Nelcya DELANOË (CVUH) ; Jean-Paul PIÉROT (L’Humanité)

 

Vous trouverez aussi sur place toutes les informations concernant l’association ainsi que ses différentes publications et de quoi nous rejoindre !

L’occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières

 

L’occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Guntenberg au World Wide WebL’Institut historique allemand
Les Éditions de la Maison des sciences de l’homme
& Le Goethe Institut

ont le plaisir de vous inviter

à la présentation du livre

L’occulte. Histoire d’un succès à l’ombre des Lumières. De Guntenberg au World Wide Web.

En présence de

  • Sabine Doering-Manteufell, auteure de l’ouvrage,
  • Johannes Dillinger, postfacier de l’ouvrage
  • Christine Maillard, professeure d’études germaniques à l’université de Strasbourg,
  • préfacière de l’ouvrage
  • Olivier Mannoni, traducteur de l’ouvrage

L’occultisme est un nom collectif pour un nombre de tendances néo-païennes, ésotériques et théosophiques. Ces tendances peuvent également toucher ou menacer l’homme. Depuis le 18e siècle, l’occultisme ne cesse d’occuper les esprits. L’ethnologue Sabine Doering-Manteuffel raconte l’histoire de l’occultisme moderne du Moyen Âge à nos jours.

À travers des histoires portant sur des esprits frappeurs, des guérisseurs et des cercles de culture (crop circles), Doering-Manteuffel décrit comment la pensée occulte est diffusée grâce à l’imprimerie et les différents médias modernes. Son histoire de l’occultisme part des écrits des alchimistes arabes en passant par les récits de la magie populaire et par la croyance aux miracles. Elle conclut son voyage à travers les siècles par une illustration du World Wide Web comme espace virtuel donnant lieu à un discours occulte basé sur l’anonymat et sur l’omniprésence.

Collection : Bibliothèque allemande
ISBN : 978-2-7351-1408-5
Paru en décembre 2011, 288 p.

Pour en savoir plus et commander l’ouvrage sur le site des Editions de la MSH.

Organisateur(s) :

Institut historique allemand, Éditions de la MSH & Goethe Institut

INFOS PRATIQUES

Adresse

Institut historique allemand
Hôtel Duret-de-Chevry
8 rue du Parc Royal
75003 Paris

Horaires

Jeudi 12 janvier
18h

Conventions and institutions from a historical perspective

Workshop at the Humboldt University Berlin (10th of February 2012, location: REWORK, Georgenstrase 23)

Rainer Diaz-Bone, Robert Salais (IDHE), (dir.), “Conventions and institutions in a historical perspective”, Historical Social Research / Historische Sozialforschung, 2011, special issue 36-4.

Introducing the special issue of Historical Social Research HSR 36]4, 2011
Re:work .Work and Human Lifecycle in Global Historyg
(Humboldt University Berlin)
Centre Marc Bloch
(Humboldt University Berlin)
Laboratoire.Institutions et dynamiques historiques de l’economie” (Ecole Normale Superieure de Cachan/Paris)

The French approach of geconomie des conventionsh (economics of convention, EC) today is one of the most important strands of the new pragmatic turn in social sciences. Here the
concept of convention is used to analyze different forms of collective coordination under the
conditions of uncertainty, of incomplete rules and of contingent quality definitions.
Conventions are pragmatic assumptions that actors make in interacting with others and they assumed these conventions to be shared in situations. Conventions evolve as solutions to problems of coordination. In a society, conventions constitute a repertory of action registers, to which the building of institutions borrows for grounding and stabilizing collective action and cognition.
Today, EC is the only institutional approach in social sciences which was developed in a real
cooperation between economists, sociologists, and historians. From a historical perspective
the analysis of the emergence and of the change of conventional foundations of social
coordination has been proved seminal to historical research in almost three decades.
The new published special issue of the Journal Historical Social Research gConventions and
institutions from a historical perspectiveh (HSR Vol. 36 No 4) has collected ten contributions to this research field. This special issue of HSR assembled articles of international scholars who applied this approach to historical analysis and demonstrated the conceptual as well as the methodological potential of EC in the field of economic history.
The workshop focuses these articles. Three renowned discussants present main arguments
of these published articles and sketch out critical perspectives as well as further perspectives.
The authors of the articles are invited to participate at the workshop and to discuss with the interested audience.
Program for 10th of February 2012
9.00-9.30 Welcome by Patrice Veit (Centre Marc Bloch Berlin) and Andreas Eckert
(REWORK Berlin)
Introducing the workshop by Rainer Diaz]Bone (University of Lucerne) and
Robert Salais (IDHE Paris and Institute of Advanced Studies Nantes)
9.30-11.00 First session
Discussing the papers from Rainer Diaz]Bone, Robert Salais and Laurent
Thevenot (EHESS Paris)
Chair: Denis Thouard (Centre Marc Bloch)
Discussant: Sigrid Quack (Max Planck Institute Cologne)
11.00-11.30 Coffee break
11.30-13.00 Second session
Discussing the papers from Judde de Lariviere & Georges Hanne (University
of Toulouse), Bert De Munck (University of Antwerp) and Alain Desrosieres
(INSEE and Centre Koyre Paris)
Chair: Milos Vec (asked)
Discussant: Alessandro Stanziani (WIKO Berlin and EHESS Paris)
13.00-14.30 Buffet
14.30-16.00 Third session
Discussing the papers from Christof Jeggle (University of Bamberg), Jurgen
Kadtler (SOFI Gottingen) and Philippe Minard (IDHE and EHESS Paris)
Chair: (Andreas Eckert asked)
Discussant: Alexander Nutzenadel (Humboldt University and REWORK
Berlin)
16.00-16.15 Short coffee break
16.15-17.30 Roundtable with the contributors
Chair: Michael Hutter (WZB Berlin)
ca. 18.00 End
Location
The workshop will take place at gREWORKh (Humboldt University Berlin) on Friday 10th of February. Address: Georgenstrase 23, 10117 Berlin, 6th floor. The location is very close to the Station Friedrichstrase.
REWORK is located where you can find the gAh on the map.
Registration
For registration to the workshop please send an email to:
rainer.diazbone@unilu.ch
There is no fee for the workshop.
IMPORTANT: Because of limited number of participants, your registration must be affirmed via email by Rainer Diaz]Bone.
IMPORTANT: The deadline for registration is 6th of February 2012.
Hard copy ordering Participants who want to order the special issue HSR 36(4) in advance can order a hard copy at the following email]address of the journal Historical Social Research: hsr@gesis.org
Price for the HSR]issue (including mailing): 12 .
Contact
rainer.diazbone@unilu.ch
robert.salais@ens-cachan.fr

Aktuelle Ausgabe / Nouvelle parution

Numéro 9: Vitesse et existence. La multiplicité des temps historiques / Nummer 9: Das Tempo des Lebens. Zeit und Zeitwahrnehmungen

 

Sous la direction de Alexandre Escudier et Ingrid Holtey

L’histoire de la modernité est une histoire de l’expérience de l’accélération. De part et d’autre du Rhin, les chercheurs ont réfléchi sur ce qui fonde cette expérience de l’accélération, sur les expériences du temps en général et la place que le(s) temps occupe(nt) dans les diverses disciplines des sciences humaines et sociales. Parfois ces réflexions ont même soulevé des controverses. Ce numéro de Trivium présente des approches exemplaires, françaises et allemandes, qui s’emploient à analyser les structures temporelles, les perceptions du temps, les horizons temporels ou les régimes spatio-temporels.

 

Die Geschichte der Moderne ist eine Geschichte der Beschleunigungserfahrung. Über die Grundlagen dieser Erfahrung, über Zeiterfahrungen allgemein und den Platz der Zeit(en) in den Sozialwissenschaften haben Forscher in Deutschland und Frankreich gleichermaßen nachgedacht, und bisweilen sogar scharfe Kontroversen geführt. Diese Ausgabe von Trivium stellt exemplarische deutsche und französische Ansätze vor, die es sich zur Aufgabe machten, Zeitstrukturen und Zeitwahrnehmungen, Zeithorizonte und Zeit-Raum-Regime zu analysieren.

 

Introduction / Einleitung

o     Alexandre Escudier et Ingrid Holtey

Vitesse et existence. La multiplicité des temps historiques

Introduction

o     Alexandre Escudier et Ingrid Holtey

Das Tempo des Lebens. Zeitstrukturen und Zeitwahrnehmungen

Einleitung

Traduit par : Mira Köller

 

  • ·Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

o     Georg Simmel

La signification de l’argent pour le rythme de vie

Die Bedeutung des Geldes für das Tempo des Lebens [1897/1900]

Traduit par : Aurélien Berlan

o     Reinhart Koselleck

Y-a-t-il une accélération de l’histoire ?

Gibt es eine Beschleunigung der Geschichte?

Traduit par : Marie Claire Hoock-Demarle

 

  • ·Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

o     Alain Maillard

Die Zeiten des Historikers und die Zeiten des Soziologen. Der Streit zwischen Braudel und Gurvitch – wiederbetrachtet

Les temps de l’historien et du sociologue. Retour sur la dispute Braudel-Gurvitch

Traduit par : Mira Köller

o     François Hartog

Von der Universalgeschichte zur Globalgeschichte? Zeiterfahrungen

De l’histoire universelle à l’histoire globale? Expériences du temps

Traduit par : Bernd Schwibs

o     Alexandre Escudier

Das Gefühl der Beschleunigung der modernen Geschichte: Bausteine für eine Geschichte

Le sentiment d’accélération de l’histoire moderne: éléments pour une histoire

Traduit par : Achim Russer

 

  • ·Postface

o     Ingrid Holtey

Théorie de l’histoire et représentations du temps contradictoires : à propos d’une étude de Heinz Dieter Kittsteiner

 

    • A PARAÎTRE / VORSCHAU

 

Numéro 10: Lisibilité / Nummer 10: Lesbarkeit

Sous la direction de / herausgegeben von :  Muriel Pic & Emmanuel Alloa

 

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Hans Robert Jauss, « Spur und Aura. Bemerkungen zu Walter Benjamins Passagen-Werk »

Sigrid Weigel, « Aby Warburgs ‚Schlangenritual’. Korrespondenzen zwischen der Lektüre kultureller und geschriebener Texte »

Sybille Krämer, « Was also ist eine Spur? »

Wolfgang Hogrebe, « Apollo und Hermes. Mantik und Hermeneutik“

 

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Michel de Certeau, « La lecture absolue »

Louis Marin, « Dans le laboratoire de l’écriture-figure »

Jean Bottéro, « L’Oniromancie en Mésopotamie ancienne »

Georges Didi-Huberman, « Hépatique empathie : l’affinité des incommensurables selon Aby Warburg », inédit.

 

Numéro 11: Gustave Flaubert. A l’Orient du réalisme / Nummer 11: Flauberts orientalischer Realismus

Sous la direction de / herausgegeben von : Barbara Vinken & Pierre-Marc de Biasi

 

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Marc Föcking, « Arkadien – eine Kitschwelt ? Schwundstufen des Arkadischen in Flauberts Madame Bovary »,

Martin v. Koppenfels, « Flauberts Hand. Strategien der Selbstimmunisierung »

Barbara Vinken, « Sermo humilis : Realismus und Christentum » und « Notre-Dame de Rouen : Flauberts Kathedrale »

Gerald Wildgruber, « Pratiques d’Exinanition »

 

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Agnès Bouvier, « Jéhovah égale Moloch : une lecture “antireligieuse” de Salammbô »

Philippe Dufour, « Salammbô, un tigre de marbre »

Pierre-Marc de Biasi, « “Qu’est-ce que cela veut dire, la réalité ?” Le cryptage du réel dans L’Education sentimentale »

Cécile Matthey, « Itinéraire d’une croyance : Hérodias »

Sylvie Triaire, « Le défilé des dieux, de l’idole primitive à Loulou »

“Das Gespenst des Kapitals” in Deutschland, “Spectres de Marx” en France : “es spukt in Europa”

Angesichts der Ereignisstürme imgegenwärtigen Finanz­geschäft widmet sich Joseph Vogl den Wahrnehmungs­weisen, Theorien und Problemlagen dessen, was man mit gutem Grund immer noch Kapitalismus nennen muss. Gerade Finanzmärkte gelten als das Marktgeschehen schlechthin: Unbelastet von den Beschwernissen der Produktion sind sie – für die herrschende ökonomische Doktrin – Schauplätze eines perfekten Wettbewerbs und idealer wirtschaftlicher Ausgleichprozesse: ein segensreiches Zusammenspiel von gewinnorientierten und also ebenso rationalen wie zuverlässigen Akteuren. Darum wollte man in Spekulationsblasen und Crashs bloße Anpassungskrisen oder jene Ausnahmesituationen erkennen, die im irrationalen Überschwang eines vielleicht gierigen, vielleicht inkompetenten oder schlicht rücksichtslosen Spekulationswesens gründen.

Hier setzen die Fragen des Essays an: Sind die irrationalen Exuberanzen wirklich Ausnahmefälle oder nicht eher reguläre Prozesse im Getriebe kapitalistischer Ökonomien? Reicht die Unterscheidung von rational und irrational überhaupt hin, die Effekte dieses Systems zu fassen? Begegnet ökonomische Rationalität hier nicht unmittelbar ihrer eigenen Unvernunft? Arbeitet das System tatsächlich effizient und rational?

Einer ebenso historischen wie theoretischen Sondierung folgend, hegt der Essay einen grundlegenden Zweifel darüber, ob die alte liberale Hoffnung auf die ausgleichende Ordnungsmacht des Marktes – Adam Smiths berühmte ›unsichtbare Hand‹ – noch gerechtfertigt ist. So wenig der Kapitalismus als reiner Rationalisierungsprozess beschrieben werden kann, so wenig lassen sich Spekulation und Spekulanten als verworfene oder pathologische Ausnahmegestalten begreifen. Das liegt nicht zuletzt an den Dynamiken der modernen Finanzökonomie, die sich auf die Wirkungsweise einer stets offenen und ungewissen Zukunft verpflichtet. Für die Märkte der futures und Derivate ist Zukunft, d.h. Zeit zur unerschöpflichen Ressource geworden. Im Zentrum steht das Wissen um jene scheinbar irregulären Ereignisse, in denen die finanzökonomische Welt unlesbar und undurchschaubar geworden ist: Hier wirken Ungewissheit und Instabilität im Herzen des Systems; und hier vollzieht sich ein Angriff der Zukunft auf die übrige Zeit – das Gespenst des Kapitals.

« Marx – das Unheimliche ». Marx reste chez nous un immigré, note le français Jacques Derrida dans Spectres de Marx, un immigré glorieux, sacré, maudit mais encore clandestin, comme il le fut toute sa vie. Il appartient à un temps de disjonction, à ce « time out of joint » où s’inaugure laborieusement, douloureusement, tragiquement, une nouvelle pensée des frontières, une nouvelle expérience de la maison, du chez-soi et de l’économie. Entre terre et ciel. De l’immigré clandestin, il ne faudrait pas s’empresser  de faire un interdit de séjour ou, ce qui risque toujours de revenir au même, de le domestiquer. De le neutraliser par naturalisation. De l’assimiler pour cesser de se faire peur avec lui. Il n’est pas de la famille mais il ne faudrait pas le reconduire, une fois encore, lui aussi, à la frontière.

Joseph Vogl (2010), Das Gespenst des Kapitals, Diaphanes.

Jacques Derrida, Spectres de Marx : L’Etat de la dette, le travail du deuil et la nouvelle Internationale, Galilée