Nouvelle collection française de la maison d’édition Diaphanes: Joseph Vogl à l’honneur

Diaphanes compte désormais parmi les maisons d’édition indépendantes germanophones les plus reconnues dans les domaines de la littérature, de la philosophie contemporaine, des sciences humaines et de l’art. Une attention toute particulière y est accordée à la traduction d’œuvres d’auteurs de langue anglaise, russe ou italienne, mais surtout française, parmi lesquels Jean-Luc Nancy, Alain Badiou, Giorgio Agamben, Jacques Rancière, Bernard Stiegler, Simon Critchley et Judith Butler en philosophie ; Hyman Minsky et Christian Marazzi en économie ; Pierre Guyotat, Georges Perec, Tom McCarthy et Joseph Mitchell en littérature. Si diaphanes s’intéresse de près à la pensée et à la création contemporaine, et réagit aux problématiques essentielles soulevées par l’actualité politique et sociale, elle ne néglige pas pour autant de faire (re)découvrir des œuvres majeures épuisées ou tombées dans l’oubli. En littérature, sa ligne est délibérément subjective : loin de se cantonner à un style ou à une idéologie, elle englobe les titres qui lui semblent mériter une place durable dans le paysage littéraire.

La maison d’édition inaugure avec une publication de Joseph Vogl, membre du conseil scientifique de Trivium, une nouvelle collection française. Diaphanes publiera dans un premier temps des textes traduits de l’allemand et de l’anglais, appartenant ou non au catalogue germanophone. À terme, le principe est de publier simultanément des livres en français et en allemand, dans les espaces francophone et germanophone. Pont entre les cultures autant qu’entre les langues, diaphanes se donne en effet pour but d’abattre les frontières, de décloisonner l’espace laissé vacant entre romans et essais, textes originaux et traductions, pensée et écriture, image et texte. Comme son nom l’indique, elle agit à la manière d’un filtre qui laisserait passer la lumière sans figer les contours, faisant circuler des textes dont l’intérêt, au-delà de la langue dans laquelle ils ont été écrits, réside dans ce qu’ils disent du monde où nous vivons.

Le Spectre du capital (Joseph Vogl), en librairie le 4 avril 2013.

Première occasion de rencontrer Diaphanes:
Lecture bilingue d’extraits de Heimlich, heimlich mich vergiss, par Angelika Meier et sa traductrice, Marie Bouquet, présentée par Franziska Humphreys et suivie d’un premier verre (ou deux),
Le 4 mars 2013 / 19 heures / Institut Goethe, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.

Fritz Nies (2013), Kurze Geschichte(n) der französischen Literatur – für Deutsche, Lit.

fritz_niesDeutschsprachige Schilderungen der Geschichte französischer Literatur gab es schon. Sie sind indes weithin Nachbildungen französischer Muster. Doch die Empfänglichkeit deutscher Leser für gerade sie ansprechende Fakten und Perspektiven blieb unbeachtet. Dieses Schema wird hier durchbrochen. In Längs- und Querschnitten sind Kontakte der Autoren mit unserem Kulturraum, die Thematisierung von Deutschem, vom Mitund Gegeneinander beider Kulturen ebenso zur Geltung gebracht wie Schlüsselfiguren. Verblüffend deutlich wird, wie eng beide Literaturen ineinander verwoben sind, aber auch wie stark sich das Bild von Werken und Autoren einer anderen Kultur durch den Blick von außen verändert.

Zielgruppen: Studierende der Romanistik wie interkultureller Studiengänge, Schüler und Lehrer von Leistungskursen, Frankreichreisende mit literarischen Neigungen.

Einführungen: Literaturwissenschaft, Bd. 1, 200 S., 19,90 €, br, ISBN 978-3-643-11504-1

Wolf Lepenies (2012), Auguste Comte. Le pouvoir des signes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 140 p., traduit de l’allemand par Didier Renault

La rédaction de Trivium signale la nouvelle traduction du programme franco-allemand de la Fondation maison sciences de l’homme. Au XIXe siècle, Auguste Comte, inventeur du terme de sociologie et fondateur du positivisme, s’efforce de transformer une discipline scientifique en mouvement social et de faire d’une théorie sociale une religion sociale. Pour parvenir à ses fins, il élabore une iconographie et une topographie politiques originales qui préfigurent les campagnes de communication les plus actuelles. Dans une langue aussi savoureuse qu’érudite, le grand sociologue allemand, Wolf Lepenies nous fait le récit de cet iconic turn, dévoilant ainsi une face méconnue du positivisme.

Wolf Lepenies, né en 1941, est professeur de sociologie à Berlin et fut recteur du Wissenschaftskolleg de la capitale allemande. Il est l’auteur d’un ouvrage important: Les Trois Cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie (Editions de la MSH, 1990), devenu un classique. Il est lauréat du Prix de la paix des libraires allemands en 2006.

Source: http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100705210&fa=author&person_id=37

Marin, Séverine Antigone (2012), L’apprentissage de la mondialisation, Peterlang.

La rédaction de Trivium signale la publication d’une thèse de doctorat sur “les milieux économiques allemands face à la réussite américaine de 1876 à 1914”. Pour comprendre pourquoi l’économie allemande a particulièrement réussi son insertion dans la première mondialisation, cet ouvrage examine les conditions pratiques de ce processus. Il prend en compte l’extrême diversité des milieux économiques, depuis les grandes firmes comme Bayer jusqu’aux petites entreprises tentées par l’aventure de l’exportation, en passant par les universitaires, les publicistes et les fonctionnaires de l’administration du Reich. À partir du cas américain, un marché lointain mais apparemment familier par ses normes comme par ses liens avec l’Allemagne, ce livre met en évidence les techniques empiriques, tenant parfois du bricolage, auxquelles se livrèrent ces différents acteurs afin de rassembler et d’utiliser l’information économique dont ils avaient besoin pour conquérir de nouveaux marchés.
Il montre que la mondialisation implique, dès cette époque, de voir dans chaque pays industrialisé non seulement un marché, mais aussi un concurrent. Au-delà de son utilisation commerciale, l’information économique a également servi à construire des modèles étrangers théoriques, fruits pour une part de débats transnationaux, mais transformés en instruments au service de controverses nationales. Le livre établit ainsi que, loin de se réduire à un débat sur l’américanisation, l’utilisation de l’argument américain au tournant du XXe siècle s’inscrit dans une multiplication, pour tous les secteurs économiques, des références étrangères destinées in fine à affirmer une spécificité allemande.

Sommaire

Contenu : Les réseaux du commerce allemand dans les échanges transatlantiques – Le savoir-faire allemand aux Expositions Universelles – Consuls et attachés commerciaux – La presse commerciale – La peur de l’espionnage américain – Le modèle du Homestead en Europe – Silos de céréales, arboriculture : la modernité agricole américaine en question – La polémique du « billig und schlecht » – Le modèle du bimétallisme américain – Controverses autour du protectionnisme, cartels et trusts – Les Américains à l’école de l’Allemagne ? 1907 – 1914.

Auteure

Séverine Antigone Marin, ancienne élève de l’École normale supérieure (Paris), agrégée et docteur en histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg.

Source: http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=68925&concordeid=21853

Intellect. Publisher of original thinking: International Journal of Francophone Studies


Aims and Scope
The premiere bilingual and world-leading outlet for Francophone postcolonial studies, Francophone Studies is an international interdisciplinary journal which enables extensive opportunities for the study of ‘France outside France’. It promotes groundbreaking research on the fundamental nature of the relationship between colonial history and culture, and postcolonial cultural production, including literature and the visual and performing arts. Interests have developed to include the impact of modern French culture in global world culture and the impact of this global culture on French hexagonal culture, and subsequent intellectual, cultural and political developments.
Call for Papers
The journal, which applies a very rigorous peer-review process, invites submissions that pursue the methods and methodologies by which we attempt to approach original research in Francophone postcolonial studies. Articles that encourage challenging debate on problem areas within the field are welcomed to the journal’s open forum, as are high-quality articles usually published as peripheral items in journals from other disciplines. Proposals for special or themed issues are also particularly welcomed.

Source: http://www.intellectbooks.co.uk

Hinnerk BRUHNS (2012), One language, one history? On the uncertain future of social sciences in Europe, Portuguese Journal of Social Science, Volume 11 Issue 1

Abstract

The question of the future of European social sciences is taken up by examining two examples of ‘futures past’ that represent significant moments of two different ‘histories’ of the social sciences. The first one is that of Max Weber in the years about 1910 when he engaged himself in the foundation of the German Sociological Association and in other initiatives. The second example is that of the efforts of Fernand Braudel, during the 1950s and 1960s, to reorganize social sciences and humanities in the frame of new institutions as the Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales and the Foundation Maison des Sciences de l’Homme. Both initiatives, the German and the French, combined an intellectual with an institutional project, the first being a story of failure, the second a story of success. The actual situation is then examined under the viewpoint of the tensions between Eurocentrism and de-Europeanisation on the one side, monolingualism and pluri-lingualism on the other. Going back directly (and not via second hand lectures) to important intellectual projects as those of Weber and Braudel (or others) could be helpful for the design of the future of European social sciences.

Aims and Scope
The Portuguese Journal of Social Science brings to an international readership the best Portuguese scholarship in the social sciences. Published in English, this journal combines important work of interest to the social science community, particularly specialists in Latin America and southern Europe.
Call for Papers
This journal opens a gateway for the international community to engage with a high calibre of academic work in social sciences produced by Portuguese scholarship. The principal academic disciplines covered by the journal include anthropology, economics, history, social psychology, sociology, political science and social geography

Editor
Luísa Oliveira
ISCTE-IUL
luisa.oliveira@iscte.pt
Editorial Consultant
Stewart Lloyd-Jones
ISCTE-IUL
stewart.lloyd-jones@iscte.pt

La fabrique des derniers hommes. Un essai de Aurélien Berlan

A plusieurs reprises, Aurélien Berlan  a traduit des articles de l’allemand vers le français pour la revue Trivum. Avec son essai La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Weber, Tönnies et Simmel,  il mène une réflexion philosophique sur ce que cela suppose et implique de chercher à comprendre le monde dans lequel on vit, à «déchiffrer le présent ».  L’essai a été publié aux Editions La Découverte. Ci après, le texte de la quatrième de couverture :

Curieuse époque que la nôtre, où le « progrès » – la transformation des conditions de vie liée aux applications sociales de la science – n’a jamais été aussi rapide, mais où seuls quelques idéologues croient encore que nos enfants auront une vie meilleure. Car les crises économiques, sociales et écologiques s’accumulent sans fin. Ce paradoxe s’éclaire si l’on revient à l’aube de notre temps, à l’époque où le capitalisme industriel, l’État bureaucratique et la science organisée se sont brutalement mis en place, et aux diagnostics historiques de ceux qui ont cherché à en saisir les implications pour la vie humaine.

Max Weber, Georg Simmel et Ferdinand Tönnies ont identifié avec une lucidité implacable les pathologies constitutives de notre époque : la marchandisation générale, l’érosion du lien social, la perte de sens et de liberté liés à l’emprise des organisations bureaucratiques. Tout l’intérêt de leur sociologie est d’analyser ces évolutions en se demandant, concrètement, quel monde elles créent et quels types d’être humain elles engendrent. Ce faisant, ils mettent en évidence des aspects de la modernité capitaliste en général négligés, car trop intimement liés à ce qu’elle a fait de nous.

Grâce à ce détour, on pourra se défaire des illusions véhiculées par ceux qui continuent de prôner, malgré tout, les vertus de la croissance et du développement industriel, ou qui annoncent que nous serions enfin sur le point d’accéder à la « société postindustrielle ». Telle est la condition pour être à la hauteur des tâches qui incombent aujourd’hui à celles et à ceux qui n’ont pas renoncé à l’idée d’émancipation.

Aurélien Berlan est agrégé de philosophie. Cet essai est issu de sa thèse de doctorat, dirigée par Axel Honneth et Catherine Colliot-Thélène, pour laquelle il a reçu le prix francfortois de la thèse de philosophie en 2009.

Muriel Pic (2012), “Fiction et lisibilité de l’histoire chez W.G. Sebald”, in European Review of History / Revue europeenne d’histoire 19, 3, 383-393

Muriel Pic, chercheuse FNS à l’université de Neuchâtel et responsable du numéro 10 de Trivium « Lisibilité / Lesbarkeit », met à jour dans cet article, les trois modèles herméneutiques proposés par W.G. Sebald pour lire l’histoire : la constellation, le montage et le rêve. Ecrivain allemand né en 1944 et très marqué par le silence de la génération de son père sur les événements de la guerre, Sebald ne se veut pas historien mais « conteur de l’histoire ». Les récits de Sebald se caractérisent par la reproduction de traces, l’écrivain trouvant son matériel documentaire dans des archives historiques ou domestiques. Pour une écriture de ces traces, elle-même redevable d’une lisibilité de l’histoire dont Benjamin a intitulé le concept dans le Livre des passages, se dégagent comme triple mode de restitution du passé en mode mineur, la constellation, le montage et le rêve, tous centrés sur la nostalgie d’un modèle prélogique de lecture et d’une perception fusionnelle de la nature. Si pour Benjamin, le récit du conteur se charge de transmettre la matière des expériences vécues et relève ainsi de l’épique (epos, la parole), il se charge aussi d’embrasser des destins la fatalité, et tient son autorité de la mort qui donne une cohérence aux vies en dictant leur fin. Tout l’enjeu est dès lors pour Sebald de lire au contraire ce qui n’a jamais été écrit, plus précisément de donner à lire l’histoire depuis un inaccompli du passé. De la constellation des événements exhumés de l’ordre chronologique au rêve d’un futur amendé en passant par le montage d’images du passé, c’est une lisibilité de l’histoire par l’aspectuel plus que le temporel qui se dévoile, au défi de la science historique.

«  Entre temps, la ville de Lisbonne fut détruite par un tremblement de terre, et la guerre de Sept ans passa, l’empereur François I mourut et l’ordre des Jésuites fut supprimé et la Pologne divisée (…) » Le lecteur est d’abord chez Sebald dans une représentation constellaire du monde où tout est censé coexister avec une égale légitimité sans souci de la durée chronologique. Travailler à une lisibilité de l’histoire est alors appréhender les événements comme une astérochronie, ni diachronie ni synchronie : il s’agit de trouver « une forme qui fait procéder des extrêmes éloignés, des excès apparents de l’évolution, la configuration de l’idée ». Et parce que « les idées sont aux choses ce que les constellations sont aux planètes », la recherche de cette forme produisant un ensemble de connexions est comparable à la forme d’une constellation.

Par le jeu de montage photographiques comme dans Austerlitz, ouvrage où Sebald reproduit deux scènes extraites d’un film documentaire réalisé en 1944 sur le ghetto juif de Theresienstadt près de Prague, le lecteur comme le personnage Jacques à la recherche de son passé oublié, peuvent se projeter dans le destin des images figurant des inconnus de la ville. L’ambition est, en donnant à voir des visages trouvés dans les archives, de faire exister par la fiction, des anonymes figurants de l’histoire : leur rendre justice en utilisant les traces qui témoignent de leur existence. Mais qui saisit ainsi par empathie, la constellation que sa propre époque forme avec telle époque passée, peut dès lors aussi prendre l’histoire à rebrousse-poil, et lire le passé comme on lit l’avenir, tel un devin semblable à ceux des temps antiques, en Mésopotamie ou en Chine ancienne.

Encore faut-il pour cela, postuler dans l’histoire « un savoir non encore conscient de ce qui a déjà eu lieu, un savoir dont l’avancement a, en fait, la structure du réveil ».  Ainsi Austerlitz, dont l’agencement narratif a la structure d’un réveil, aboutit à la prise de conscience par le personnage éponyme, de son identité. Le narrateur rapporte ponctuellement les rêves du personnage. Car il lui faut constamment déchiffrer les symptômes exprimant le retour d’une mémoire refoulée, infléchir ses fantasmes pour l’amener à anticiper un futur qui ne soit pas investi par l’angoisse.

Comme le rêveur, le conteur de l’histoire se confond ainsi à d’autres figures qui deviennent parties de lui-même : « identification affective » dit Sebald. Comme le rêveur, le conteur de l’histoire produit un récit répondant à une logique associative qui use du hasard objectif : une rencontre inopinée ou un simple mot qui s’avère traverser les espaces perméables du temps. La fiction imaginée, rêvée ou narrée, n’est pas un mensonge, elle est ce qui permet de nous resituer dans un passé inaccompli, comme en des temps autrefois vécus.

„Ehre und Honneur sind nicht das gleiche“

Die Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) veröffentlichte am 25.7.2012 einen Artikel von Axel Dröber über die Bilanztagung des Forschungsseminars „Les mots de l’histoire“ am 15.6.2012 in den Räumlichkeiten des DHI Paris. „Ehre und Honneur sind nicht das gleiche“ – eine Zusammenfassung :

Nach nunmehr achtjähriger Laufzeit ging die Veranstaltungsreihe der „Mots de l’histoire – historiens allemands et français face à leurs concepts et leurs outils“ im Juni mit einer bilanzierenden Tagung zu Ende. Die von den Organisatoren der „Mots“ vorgestellten Ergebnisse werden in dem FAZ-Artikel, der in der Rubrik Geisteswissenschaften erschienen ist, zusammengefasst und dargestellt.

Am Anfang der „Mots“ stand demnach die Einsicht in die Verschiedenartigkeiten der Geschichtsschreibung in Frankreich und Deutschland. Hatte schon der Annales-Mitbegründer Marc Bloch 1928 darauf hingewiesen, wie problematisch die unverbundene Koexistenz verschiedener geschichtswissenschaftlicher Methoden und Ansätze sei, bemühte sich die auf Initiative des Pariser CIERA ins Leben gerufene Veranstaltungsreihe der „Mots“, eine Diskussion im deutsch-französischen Rahmen über die Arbeitsweise und die historiographischen Prämissen von Historikern und Sozialwissenschaftlern beiderseits des Rheins anzuregen. Grundlage der monatlich stattfindenden Seminare der „Mots“ waren wissenschaftliche Konzepte wie die „Sattelzeit“, historiographische Trends wie die Weltgeschichte oder Begriffe wie „Diskurs“ und „Discours“ oder „Gedächtnis“ und „Mémoire“. Das die Veranstaltungsreihe überwölbende Thema bestand in einer binationalen vergleichenden historischen Semantik, in deren Rahmen  namhafte Vertreter der deutschen und französischen Sozial- und Geisteswissenschaften zu jeweils über 120 Themen zusammenkamen.

Als Konstante der Seminare der „Mots“ wurden der Ablauf der Veranstaltungen selbst und die kontrastive Präsentation der Begriffe hervorgehoben, die so in ein besonderes Spannungsverhältnis traten, mit dem ihre Gemeinsamkeiten und Unterschiede besonders deutlich zum Vorschein kamen. Begriffe wurden so nicht allein als Ausdruck einer sozialen Realität, sondern auch als Produkt und Phänomen der Geschichtsschreibung beider Länder erkennbar. Dazu trug auch die Seminarform der Veranstaltungen wesentlich bei: den Präsentationen eines Begriffs folgte jedes Mal ein Kommentar, in dem die Ergebnisse noch einmal pointiert gegenübergestellt wurden. Dass auch komplexe Themen so offen und in einem breiten Forum diskutiert werden konnten, zog nicht zuletzt auch ein sehr junges Publikum an. Tatsächlich entwickelten sich die „Mots“ zu einem zentralen Ort des Austauschs und Kontakts auch junger Wissenschaftler aus Deutschland und Frankreich.

Was sowohl bei den Organisatoren als auch bei den Teilnehmern der „Mots de l’histoire“ zurückbleibt, ist die Erkenntnis, dass die Standortgebundenheit des Historikers sowohl nahezu unüberwindlich erscheint, zugleich aber auch in einem hohen Maße fruchtbar sein kann. Nirgendwo wird dies deutlicher als an der Sprache, mit der der Wissenschaftler sich seinem Untersuchungsgegenstand nähert. In der Konfrontation von deutschen und französischen Begriffen werden erst die Konventionen deutlich und hinterfragbar, die die historische Betrachtungsweise von Beginn an prägen.

Die einzelnen Beiträge der Abschlusstagung sind auf der Website des DHI Paris als Podcast verfügbar.

Vadim Jendreyko, La Femme aux 5 éléphants

Trivium recommande ce film inspiré par le livre La Femme aux 5 éléphants, Editions Montparnasse, 2009. Le réalisateur germano-suisse, Vadim Jendreyko, a rencontré une femme fascinante, Svetlana Geier, qui l’a tant fascinée, qu’il a choisi de lui consacrer un film. Svetlana Geier est née à Kiev en Ukraine en 1923, puis a quitté le pays vingt ans plus tard, à l’automne 1943. C’est pour ses traductions littéraires du russe en langue allemande qu’elle s’est fait connaître.

La Femme aux 5 éléphants

Ce documentaire est, tout d’abord, et c’est certainement la partie la plus intéressante, le portrait d’une traductrice au travail : bien que voûtée par les années, Svetlana Geier s’attelle chaque jour à la traduction car, dit-elle, « elle est trop vieille pour faire des pauses ». Le réalisateur la filme chez elle, avec deux compagnons qui se rendent à son domicile, à heure régulière, et l’aident dans sa tâche ; l’une, en tapant sur une vieille machine à écrire le texte que Svetlana Geier lui dicte, et l’autre, en lui lisant sa traduction, pour faire résonner la langue. La tâche qui les occupe, c’est de traduire en allemand l’œuvre de Fiodor Dostoïevski, et surtout cinq de ses grands romans, « les cinq éléphants » du romancier.

Vadim Jendreyko filme Svetlana Geier en mouvement, au marché, choisir ses légumes, regarder les fleurs, parée d’un tablier de cuisine blanc, pétrir de la pâte, faire un gâteau et surtout repasser. Elle repasse, comme elle semble traduire, expliquant que « lorsqu’on lave le linge, les fils perdent leur chemin. Il faut aider le fil à retrouver sa voie exacte. Les mots « texte » et « textile » ont la même racine ». Le réalisateur choisit aussi de filmer Svetlana avec ses nombreux petits-enfants et arrière-petits-enfants, en patriarche, qui donne de judicieux conseils sur l’art culinaire. La dextérité de Svetlana Geier en va en cuisine comme en toute chose, même si on goûte peu au texte dans le film, pas assez pour comprendre pourquoi Svetlana Geier a donné une nouvelle voix à Dostoïevski, une voix qui parlerait allemand. Vadim Jendreyko nous fait entendre son héroïne prodiguer à de jeunes étudiants de judicieux conseils, expliquant qu’il faut « lever le nez en traduisant ».

Lever le nez de la traduction, c’est aussi ce que Svetlana Geier fait à son corps défendant : pendant le tournage du film, son fils a un accident très grave, et la traductrice va devenir mère à temps plein, pour s’occuper de lui. Le réalisateur choisit alors de ne pas mettre entre parenthèses son film, et de continuer à filmer Svetlana Geier dans le soin, dans le chagrin, mais surtout dans les souvenirs. L’accident de son fils ramène Svetlana vers le souvenir de son père, qu’elle a soigné, jeune fille, lorsque celui-ci est sorti de prison, très affaibli, en 1938, victime des purges staliniennes, jusqu’à sa mort, six mois plus tard, des suites de la torture. La mémoire de son père, qu’elle a enfermée en elle, se réveille au détour du film. Celui-ci prend alors un tour biographique et le réalisateur s’empare d’un lieu commun du cinéma documentaire : le retour sur les traces.

Car, Svetlana Geier choisit d’accepter l’invitation d’une école ukrainienne, à venir parler de la traduction et, pour la première fois, depuis 1943, elle revient en Ukraine – sur les traces de son enfance, des lieux où elle a vécu avec ses parents – en compagnie de sa petite-fille, qui porte un regard tendre et bienveillant sur sa grand-mère. Sur le chemin qui les emmène vers l’Ukraine, Svetlana Geier lit un guide sur Kiev et à haute voix prononce : « les nazis exécutèrent à Babi Yar, plus de 100 000 habitants de Kiev, en majorité des Juifs ». Plus tard, dans le film, elle fait le récit de sa dernière rencontre avec son amie juive Neta, avant qu’elle ne soit tuée à Babi Yar. « Ca ne cesse jamais. Ce n’est jamais devenu du passé. Ca me fait aussi mal d’en parler maintenant qu’il y a soixante ans. Ca ne s’oublie pas », dit-elle. À tâtons, le réalisateur nous emmène vers les zones d’ombre de la vie de Svetlana ; car, alors que son amie est assassinée à Babi Yar, elle, devient traductrice pour le Comte Kerssenbrock, le commandant de l’armement pour la section sud à Kiev, un homme à la « loyauté chevaleresque », selon elle. Interrogée par le réalisateur, elle répond « pas une seconde, je n’ai fait le lien entre Kerssenblock et ces événements. Jamais… Hitler n’a rien en commun avec Goethe, Schiller ou Thomas Mann ». Le réalisateur lui demande : « mais ça ne vous a pas effleurée ? Il portait un uniforme », elle répond « je ne peux rien y changer, je n’y ai pas pensé ». Ainsi, cette femme brillante, au regard si lumineux, échoue dans l’analyse rétrospective, en ne voyant pas que tout cultivé soit-il, un homme de la Wehrmacht en 1941 sur le front de l’Est, n’est ni Schiller, ni Thomas Mann, ni Goethe.

Svetlana Geier et sa mère arrivent en Allemagne en 1943, « nous n’avions pas d’autre choix que partir », explique-t-elle. La jeune femme rejoint l’Allemagne avec l’espoir de pouvoir étudier : ses attentes sont comblées par l’obtention d’une bourse. Racontant qu’elle a été aidée, protégée, bien que citoyenne soviétique, pendant ces années 1943-1944, Svetlana Geier lance : « cela me force à un immense respect envers ce pays. Et je suis heureuse de pouvoir rembourser un peu de mes immenses dettes à l’Allemagne. » Puis, le film part sur autre chose ; et une sensation de malaise demeure jusqu’à la fin. Il ne s’agit pas ici de juger d’un individu aux prises avec l’Histoire, mais du choix du réalisateur, à la fois de garder cette phrase au montage, et de l’indulgence qu’il nous impose à l’égard de sa protagoniste. Entre le film hagiographique et le portrait à charge, il existe un champ des possibles. Et, on se met à penser, qu’un film sur une grande traductrice, sur la langue, sur la littérature, aurait peut-être été plus judicieux, même si son succès aurait eu moins de chance de dépasser le cercle des initiés.

7Car, le film, comme les bonus du DVD, regorgent de pépites : les charmantes chamailleries de la traductrice avec ses compagnons de traduction, en quête du mot juste qui se dérobe et ses dilemmes de traductrice : comment traduire mokraia kouritsa (poule mouillée, en russe) dans une langue comme l’allemand, où l’on ne parle que de « chien mouillé » (nassen Hund) ?

8Svetlana Geier est fascinante d’intelligence et de beauté, mais, à force d’être subjugué, le réalisateur veut probablement en dire beaucoup trop et perd son sujet.

 

Référence électronique

Lisa Vapné, « Vadim Jendreyko, La Femme aux 5 éléphants », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 juillet 2012, consulté le 24 juillet 2012. URL : http://lectures.revues.org/8933

Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung

Repenser l’Europe

Face à la crise financière mondiale, qui alimente le doute sur la capacité de réaction économique et politique des institutions européennes, l’Union européenne traverse ces dernières années une des périodes la plus tumultueuse depuis sa création. Sous le coup des différents défis dont l’ampleur incite à repenser l’Europe et ses sociétés, sept institutions françaises et allemandes ont constitué un réseau dans le but de mener une réflexion sur les catégories d’analyse, les méthodes et les modèles interprétatifs structurant le débat sur les grands enjeux contemporains du continent et d’approfondir la connaissance empirique de ces enjeux.

Ce réseau rassemble

Une coopération thématique, interdisciplinaire et internationale formera le cœur du projet de recherche commun en abordant les domaines

  • de l’Etat social,
  • du développement durable
  • et des violences urbaines.

Problématiques transversales

A chaque domaine de recherche correspond un groupe de travail, composé de deux post-doctorants, d’au moins quatre doctorants et de chercheurs issus des institutions partenaires. Les problématiques suivantes fédèrent les trois groupes de travail : (1) les principaux concepts de mobilité et d’interdépendance ; (2) la réflexion sur les bouleversements des représentations spatiales et des ordres spatiaux ; (3) la question du rôle de l’Etat dans l’européanisation « par en haut » ainsi que (4) le développement de nouveaux modèles de politique participative ; (5) l’étude de la dimension historique des structures politiques et sociales et des catégories ; (6) la prise en compte des ordres genrés et enfin (7) l’usage réflexif des catégories d’analyse et la conscience de la pluridisciplinarité et de l’interculturalité de ces problématiques.

Soutien aux jeunes chercheurs et constitution d’un réseau

Pour les post-doctorants, le projet démarrera en novembre 2012 et prendra fin en octobre 2017 ; pour les doctorants, il débutera un an plus tard et se terminera un an plus tôt. Les résultats de recherche obtenus seront présentés lors de la cérémonie de clôture commune à l’été 2017. Les groupes de travail organiseront des journées d’étude internationales et échangeront également avec des décideurs, experts et autres acteurs de leur champ de recherche dans le cadre d’ateliers orientés vers le monde socio-économique. L’objectif poursuivi à long terme – au-delà de la période actuelle de financement – est la création d’un réseau international dédié à l’étude interdisciplinaire des défis auxquels sont confrontées l’Europe, l’Union européenne et les sociétés européennes.

 

Appels à candidatures

6 emplois post-doctoraux à pourvoir

 

Contacts pour le projet Saisir l’Europe

Avec le soutien du BMBF et du MESR

Christian Wille (2012), Grenzgänger und Räume der Grenze. Raumkonstruktionen in der Großregion SaarLorLux, Peterlang.

Trivium signale: Grenzgänger und Räume der Grenze. Raumkonstruktionen in der Großregion SaarLorLux de Christian Wille

Über 200.000 Menschen pendeln in der Großregion SaarLorLux über eine nationale Grenze an ihren Arbeitsplatz. Sie sind Gegenstand dieser Studie, die das Grenzgängerwesen erstmalig kulturwissenschaftlich untersucht. Im Zentrum stehen subjektzentrierte Raumkonstruktionen in transnationalen Bezügen, die über ein interdisziplinäres Modell erschlossen werden. Es basiert auf sozialgeographischen und kultursoziologischen Ansätzen und wird mit unterschiedlichen Erhebungstechniken umgesetzt. Die Untersuchungsergebnisse decken die Bedingungen und Merkmale von Räumen der Grenze im Vierländereck auf. Damit dokumentiert der Autor eine kaum erforschte Mobilitätsform und legt ein innovatives Werkzeug zur empirischen Rückbindung postmoderner Denkfiguren vor. Nominiert für den Prix de la meilleure thèse 2012 (Association des Amis de l’Université du Luxembourg)

Christian Wille ist wissenschaftlicher Projektkoordinator an der Universität Luxemburg und lehrt an den Universitäten Saarbrücken und Metz. Er arbeitet und publiziert über Raum- und Identitätskonstruktionen in transnationalen Bezügen.

Quelle: http://www.peterlang.de

Appel à candidature 2012: Prix Raymond Aron pour les traductions franco-allemandes en sciences humaines et sociales/ Ausschreibung 2012: Raymond-Aron-Preis für deutsch-französische Übersetzungen aus den Geistesund Sozialwissenschaften

L’équipe de Trivium signale l’appel à candidature lancé par la DVA-Stiftung au Prix Raymond Aron,  lequel a déjà distingué un membre du conseil scientifique – Joseph Vogl -, un rédacteur – Alexandre Escudier – et un traducteur – Pierre Rusch – de Trivium.

La DVA-Stiftung est une fondation placée sous la régie de la Robert Bosch Stiftung. La DVA-Stiftung soutient le dialogue entre les cultures française et allemande en sciences humaines et sociales ainsi qu’en littérature et théâtre, notamment par des programmes de traduction. A côté du Prix Raymond Aron, elle a décerné de 1997 à 2010 le Prix André-Gide pour les traductions littéraires francoallemandes. En 1999, elle a contribué à lancer leprogramme Theater-Transfer – Transfert Théâtral qui propose des bourses pour la traduction de pièces dethéâtre contemporain, et de 2008 à 2011 elle asoutenu la revue électronique de sciences humaines et sociales Trivium. Depuis 1989, elle finance une chairepour des professeurs français invités et d’autres programmes franco-allemands à l‘université de Stuttgart.La DVA-Stiftung demeure ainsi fidèle à la mémoirede Robert Bosch qui, dès le lendemain de la Première Guerre Mondiale, a oeuvré à la réconciliation entre la France et l‘Allemagne.
Die DVA-Stiftung fördert den deutsch-französischen Dialog in den Geistes- und Sozialwissenschaften, in Literatur und Theater, unter anderem durch Übersetzerprogramme. Neben dem Raymond-Aron-Übersetzerpreis für Geistes- und Sozialwissenschaften vergab sie von 1997 bis 2010 den André-Gide-Preis für deutschfranzösische Literaturübersetzungen. 1999 initiierte sie das Programm Theater-Transfer – Transfert Théâtral – Übersetzerstipendien für zeitgenössische Theaterstücke, und von 2008 bis 2011 förderte sie die deutschfranzösische Online-Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften Trivium. Seit 1989 unterstützt sie eine französische Gastprofessur und weitere deutschfranzösische Projekte an der Universität Stuttgart. Mit diesem Beitrag zur Völkerverständigung will sie das Anliegen Robert Boschs fortführen, der sich nach den Erfahrungen des Ersten Weltkriegs um Aussöhnung und Freundschaft mit Frankreich bemühte.

Le prix est décerné tous les deux ans, sous la forme d‘une bourse, pour un projet de traduction allemand et un projet français. Il est doté de 10 000 EUR par lauréat.

Aide à la publication
Sur présentation du calcul des coûts, la maison d’édition qui publie la traduction peut demander une subvention allant jusqu’à 50 pour-cent des frais d’impression. Son plafond est fixé à 3000 euros.

Conditions
Le prix sera décerné pour un projet de traduction allemand ou français qui relève des sciences humaines et sociales. (Les textes littéraires et l’édition de sources ne sont pas pris en compte.) Préférence sera donnée aux projets dont les candidats pourront justifier qu‘ils sont susceptibles de jouer un rôle déterminant dans la communication relative aux mouvements et aux courants de pensée les plus significatifs de la culture voisine.

Candidature
Ce concours s‘adresse à des traducteurs qui ont à leur actif un certain nombre de traductions déjà publiées. Les candidats ou, le cas échéant leurs éditeurs, sont priés d‘envoyer un (seul) exemplaire du livre original (ou une copie) et les documents suivants en sept
exemplaires:
:: un curriculum vitae comprenant la liste des traductions déjà publiées
:: nom de l‘auteur, titre, année de parution de l’ouvrage à traduire
:: une présentation par le candidat du contenu et de l’importance de l’ouvrage dans le contexte culturel d‘origine et de réception (deux pages au maximum)
:: un essai de traduction (de dix pages environ) d’un passage pertinent du livre proposé et la copie du passage en langue originale
:: les délais prévus pour la réalisation du projet de traduction.Note: Il est conseillé de se renseigner sur l’état des droits de traduction de l’oeuvre proposée. Le lauréat est prié de présenter le manuscrit de la traduction dans les deux ans suivant l‘attribution du prix.

Dépôt des dossiers
Le dépôt des dossiers est fixé au 5 décembre 2012. Le cachet de la poste faisant foi.

Les dossiers de candidature sont à adresser à:
DVA-Stiftung
Prix Raymond Aron
Heidehofstraße 31
70184 Stuttgart
Allemagne.

Les participants à ce concours en acceptent les conditions par l‘envoi de leurs dossiers de candidature à la DVA-Stiftung.

Jury et remise des prix
La fondation désignera les lauréats selon la proposition d’un jury franco-allemand au début de l‘année 2013. Les prix seront attribués au cours de l’année 2013.

 

Lauréats et projets de traduction / Bisherige Preisträger und ihre Übersetzungsprojekte
1986/87
Grete Osterwald, Frankfurt
Georges Duby, Le dimanche de Bouvines
Marc de Launay, Paris
Ernst Troeltsch, Der Historismus und seine Probleme
1988/89
Joseph Vogl, München
Gilles Deleuze, Différence et répétition
Christian Bouchindhomme, Paris
Max Weber, Wirtschaftsgeschichte
1990/91
Wolfgang Günther, Elsterwerda
Marcel Marnat, Maurice Ravel
Fabienne Blaise, Lille
Wilhelm Dilthey, Weltanschauung und Analyse des Menschen seit Renaissance und Reformation
1992/93
Michaela Meßner, München
Gilles Lipovetzky, L‘ère du vide
Pierre Rusch, Trichey
Hans Blumenberg, Die Lesbarkeit der Welt
1994/95
Beatrice Schulz, Frankfurt
Jean-Marc Ferry, Les puissances de l‘expérience
Marianne Charrière-Jacquin, Montpellier
Theodor W. Adorno, Philosophische Terminologie
1996/97
Andreas Knop, Berlin
Alain de Libera, Penser au Moyen Age
Christian Berner, Paris
F.D.E. Schleiermacher, Brouillon zur Ethik (1805/06)
Ausschreibung 2012
1998/99
Werner Wögerbauer, Nantes
Jean Bollack, L‘Ecrit. Une poétique dans Celan
Alexandre Escudier, Genshagen
Johann Gustav Droysen, Historik
2000/01
Jadja Wolf, Berlin
Gabriel de Tarde, Les lois de l‘imitation
Judith Yacar, Stuttgart
Max Bense, Aesthetica
2002/03
Gernot Kamecke, Berlin
Alain Badiou, L’être et l’événement
Marc Sagnol, Berlin
Michael Theunissen, Negative Theologie der Zeit
2004/05
Alexander Schnell, Paris
Eric Weil, Logique de la philosophie
Sacha Zilberfarb, Paris
Irene Heidelberger-Leonard, Jean Améry. Revolte in der Resignation
2006/07
Emmanuel Prokob, Paris
Louis Dumont, L’idéologie allemande. France – Allemagne
et retour
Laurent Perreau, Paris
Alfred Schütz, Der sinnhafte Aufbau der sozialen Welt
2008/09
Susanne Buchner-Sabathy, Wien
Christophe Charle, Théâtres en capitales
Francesco Gregorio, Frédéric Moinat, Arno Renken,
Michel Vanni (Groupe de la Riponne), Lausanne
Bernhard Waldenfels, Topographie des Fremden
2010/11
Eva Moldenhauer, Frankfurt
Philippe Descola, Par-delà nature et culture

Dupré, Michèle / Giraud, Olivier / Lallement, Michel (2012), Trajectoires des modèles nationaux. État, démocratie et travail en France et en Allemagne, Peterlang.

Trivium présente un nouvel ouvrage sur la comparaison des modèles nationaux français et allemands. Tout militait en effet jusqu’il y a peu en faveur de la disparition des États-Nations. La globalisation n’a-t-elle pas rendu les frontières bien illusoires ? Que peuvent donc faire les gouvernements face à des acteurs économiques et des marchés financiers qui se gaussent des règles et des réalités nationales ? Sur un versant plus positif, l’Europe a nourri l’espoir d’un espace commun qui transcende les intérêts des nations. Les crises de 2008 et de 2011 ont ruiné cette espérance et redonné droit, en dépit de négociations précipitées, aux égoïsmes nationaux et aux rapports de force. Et si, par-delà les récentes péripéties d’un capitalisme en crise, les modèles nationaux n’avaient jamais cessé de suivre des sentiers de développement qui leur sont propres ? Ce livre explore cette hypothèse iconoclaste, qui vient de trouver ces dernières années une actualité inattendue. Il s’instruit pour cela d’une comparaison systématique des nouvelles réalités qui caractérisent l’Allemagne et la France, ce vieux couple en perpétuelle recomposition. Il met plus exactement l’accent sur les transformations à l’oeuvre sur moyen terme dans le champ du travail, de l’emploi, des relations professionnelles et de l’action publique. Il apparaît à l’évidence que, si elles peuvent expliquer certaines options d’aujourd’hui, les oppositions anciennes ont désormais fait long feu. En dépit d’injonctions et de tendances qui leur sont communes (la flexibilité, la décentralisation, la financiarisation, etc.), l’Allemagne et la France se sont transformées selon des rythmes et des modalités qui continuent de différencier ces deux
pays. L’examen est mené par des contributeurs issus d’horizons variés. Ils sont allemands, français, anglais et américains mais aussi économistes, historiens, politistes et sociologues. À partir de terrains et de perspectives dont ils sont spécialistes, tous proposent de réviser sans complaisance l’intérêt de la notion de modèle national. À condition d’être utilisée dans une perspective dynamique, celle-ci s’avère utile pour
appréhender les transformations de nos temps présents et pour nous aider, également, à repenser celles d’hier.

Contenu : Michèle Dupré/Olivier Giraud/Michel Lallement : Introduction. Les modèles nationaux en débat. Des perspectives analytiques aux
enjeux de démocratie – Frédéric Rey : Qu’est-ce qu’un modèle ? Définitions, usages et enjeux – Antoine Bevort : La tradition sociologique
et le modèle social français – Michèle Dupré : Contribution et réactions de la sociologie industrielle allemande à l’institutionnalisation de la
Mitbestimmung im Unternehmen – Gilles Pollet : Sociogenèse de l’État social français. La société civile contre – ou tout contre – l’État ? – Hartmut
Kaelble : Les relations entre sociétés française et allemande depuis 1945 – Catherine Marry : Les comparaisons France/Allemagne au prisme
du genre. Pour une critique des modèles nationaux – Sabine Rudischhauser : Les conventions collectives, regards croisés sur la fondation
des modèles sociaux – Michèle Dupré/Olivier Giraud/Michèle Tallard/Catherine Vincent : Dynamique d’institutionnalisation des rapports de
pouvoir dans l’entreprise en France et en Allemagne (1945-1982) – Ingrid Artus : À l’ombre des institutions. Les entreprises sans organe de
représentation du personnel en France et Allemagne – Michel Lallement : Temps et nouvelles frontières du travail en Allemagne et en France.
Entre évolutions transverses et idiosyncrasies nationales – Rudi Schmidt : Le modèle allemand des relations professionnelles et ses crises
d’adaptation – Eckhard Heidling/Annette Jobert : Dissolution dans les territoires ou réinvention par les territoires des modèles français et
allemand de dialogue social ? – Olivier Giraud/Arnaud Lechevalier : L’évolution des modèles allemand et français d’emploi depuis quinze ans.
Des segmentations différenciées – David Marsden : Modèles nationaux et transformation des formes des relations de travail – Jonah D. Levy :
Conclusion.

“Lisibilité / Lesbarkeit” (14 juin au Goethe Institut Paris)

Invitation à un débat autour du 10ème numéro de

le jeudi 14 juin 2012 à 19 h
Goethe-Institut – 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris
La présentation est consacrée au numéro 10 de Trivium qui aborde la notion de « Lisibilité/Lesbarkeit ». Elle interroge la place de la mantique dans le développement de cette méthode d’interprétation qui s’impose avec la modernité technique et la révolution sémiotique qui l’accompagne. Il s’agit en effet de discuter la pertinence d’un modèle de lecture archaïque des signes face aux objets culturels que sont le texte et l’image.

Participants:
Emmanuel Alloa, coordinateur du numéro 10 de Trivium, est Maître de conférences en philosophie à l’Université de Saint-Gall (Suisse).Hinnerk Bruhns, directeur de rédaction de Trivium, est directeur de recherche émérite au CNRS.

Georges Didi-Huberman est philosophe et historien de l’art. Il enseigne à l’EHESS.

Wolfram Hogrebe est professeur de philosophie à l’université de Bonn et fondateur du Centre international de philosophie.

Muriel Pic, coordinatrice du numéro 10 de Trivium, est chercheuse FNS à l’université de Neuchâtel.

Informations pratiques:Jeudi 14 juin 2012, 19h
Goethe-Institut – 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris
Entrée libre – Réservation conseillée
Tél. +33 1 44439230