Nouvelle collection française de la maison d’édition Diaphanes: Joseph Vogl à l’honneur

Diaphanes compte désormais parmi les maisons d’édition indépendantes germanophones les plus reconnues dans les domaines de la littérature, de la philosophie contemporaine, des sciences humaines et de l’art. Une attention toute particulière y est accordée à la traduction d’œuvres d’auteurs de langue anglaise, russe ou italienne, mais surtout française, parmi lesquels Jean-Luc Nancy, Alain Badiou, Giorgio Agamben, Jacques Rancière, Bernard Stiegler, Simon Critchley et Judith Butler en philosophie ; Hyman Minsky et Christian Marazzi en économie ; Pierre Guyotat, Georges Perec, Tom McCarthy et Joseph Mitchell en littérature. Si diaphanes s’intéresse de près à la pensée et à la création contemporaine, et réagit aux problématiques essentielles soulevées par l’actualité politique et sociale, elle ne néglige pas pour autant de faire (re)découvrir des œuvres majeures épuisées ou tombées dans l’oubli. En littérature, sa ligne est délibérément subjective : loin de se cantonner à un style ou à une idéologie, elle englobe les titres qui lui semblent mériter une place durable dans le paysage littéraire.

La maison d’édition inaugure avec une publication de Joseph Vogl, membre du conseil scientifique de Trivium, une nouvelle collection française. Diaphanes publiera dans un premier temps des textes traduits de l’allemand et de l’anglais, appartenant ou non au catalogue germanophone. À terme, le principe est de publier simultanément des livres en français et en allemand, dans les espaces francophone et germanophone. Pont entre les cultures autant qu’entre les langues, diaphanes se donne en effet pour but d’abattre les frontières, de décloisonner l’espace laissé vacant entre romans et essais, textes originaux et traductions, pensée et écriture, image et texte. Comme son nom l’indique, elle agit à la manière d’un filtre qui laisserait passer la lumière sans figer les contours, faisant circuler des textes dont l’intérêt, au-delà de la langue dans laquelle ils ont été écrits, réside dans ce qu’ils disent du monde où nous vivons.

Le Spectre du capital (Joseph Vogl), en librairie le 4 avril 2013.

Première occasion de rencontrer Diaphanes:
Lecture bilingue d’extraits de Heimlich, heimlich mich vergiss, par Angelika Meier et sa traductrice, Marie Bouquet, présentée par Franziska Humphreys et suivie d’un premier verre (ou deux),
Le 4 mars 2013 / 19 heures / Institut Goethe, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.