Muriel Pic (2012), “Fiction et lisibilité de l’histoire chez W.G. Sebald”, in European Review of History / Revue europeenne d’histoire 19, 3, 383-393

Muriel Pic, chercheuse FNS à l’université de Neuchâtel et responsable du numéro 10 de Trivium « Lisibilité / Lesbarkeit », met à jour dans cet article, les trois modèles herméneutiques proposés par W.G. Sebald pour lire l’histoire : la constellation, le montage et le rêve. Ecrivain allemand né en 1944 et très marqué par le silence de la génération de son père sur les événements de la guerre, Sebald ne se veut pas historien mais « conteur de l’histoire ». Les récits de Sebald se caractérisent par la reproduction de traces, l’écrivain trouvant son matériel documentaire dans des archives historiques ou domestiques. Pour une écriture de ces traces, elle-même redevable d’une lisibilité de l’histoire dont Benjamin a intitulé le concept dans le Livre des passages, se dégagent comme triple mode de restitution du passé en mode mineur, la constellation, le montage et le rêve, tous centrés sur la nostalgie d’un modèle prélogique de lecture et d’une perception fusionnelle de la nature. Si pour Benjamin, le récit du conteur se charge de transmettre la matière des expériences vécues et relève ainsi de l’épique (epos, la parole), il se charge aussi d’embrasser des destins la fatalité, et tient son autorité de la mort qui donne une cohérence aux vies en dictant leur fin. Tout l’enjeu est dès lors pour Sebald de lire au contraire ce qui n’a jamais été écrit, plus précisément de donner à lire l’histoire depuis un inaccompli du passé. De la constellation des événements exhumés de l’ordre chronologique au rêve d’un futur amendé en passant par le montage d’images du passé, c’est une lisibilité de l’histoire par l’aspectuel plus que le temporel qui se dévoile, au défi de la science historique.

«  Entre temps, la ville de Lisbonne fut détruite par un tremblement de terre, et la guerre de Sept ans passa, l’empereur François I mourut et l’ordre des Jésuites fut supprimé et la Pologne divisée (…) » Le lecteur est d’abord chez Sebald dans une représentation constellaire du monde où tout est censé coexister avec une égale légitimité sans souci de la durée chronologique. Travailler à une lisibilité de l’histoire est alors appréhender les événements comme une astérochronie, ni diachronie ni synchronie : il s’agit de trouver « une forme qui fait procéder des extrêmes éloignés, des excès apparents de l’évolution, la configuration de l’idée ». Et parce que « les idées sont aux choses ce que les constellations sont aux planètes », la recherche de cette forme produisant un ensemble de connexions est comparable à la forme d’une constellation.

Par le jeu de montage photographiques comme dans Austerlitz, ouvrage où Sebald reproduit deux scènes extraites d’un film documentaire réalisé en 1944 sur le ghetto juif de Theresienstadt près de Prague, le lecteur comme le personnage Jacques à la recherche de son passé oublié, peuvent se projeter dans le destin des images figurant des inconnus de la ville. L’ambition est, en donnant à voir des visages trouvés dans les archives, de faire exister par la fiction, des anonymes figurants de l’histoire : leur rendre justice en utilisant les traces qui témoignent de leur existence. Mais qui saisit ainsi par empathie, la constellation que sa propre époque forme avec telle époque passée, peut dès lors aussi prendre l’histoire à rebrousse-poil, et lire le passé comme on lit l’avenir, tel un devin semblable à ceux des temps antiques, en Mésopotamie ou en Chine ancienne.

Encore faut-il pour cela, postuler dans l’histoire « un savoir non encore conscient de ce qui a déjà eu lieu, un savoir dont l’avancement a, en fait, la structure du réveil ».  Ainsi Austerlitz, dont l’agencement narratif a la structure d’un réveil, aboutit à la prise de conscience par le personnage éponyme, de son identité. Le narrateur rapporte ponctuellement les rêves du personnage. Car il lui faut constamment déchiffrer les symptômes exprimant le retour d’une mémoire refoulée, infléchir ses fantasmes pour l’amener à anticiper un futur qui ne soit pas investi par l’angoisse.

Comme le rêveur, le conteur de l’histoire se confond ainsi à d’autres figures qui deviennent parties de lui-même : « identification affective » dit Sebald. Comme le rêveur, le conteur de l’histoire produit un récit répondant à une logique associative qui use du hasard objectif : une rencontre inopinée ou un simple mot qui s’avère traverser les espaces perméables du temps. La fiction imaginée, rêvée ou narrée, n’est pas un mensonge, elle est ce qui permet de nous resituer dans un passé inaccompli, comme en des temps autrefois vécus.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.