« Penser avec… et contre… »: La pragmatique transcendantale de Karl-Otto Apel : une théorie et une pratique de l’intersubjectivité

 

Penser avec... et contre, Martine Le Corre-Chantecaille, Ed MSH, mars 2012

Martine Le Corre-Chantecaille

Collection Philia Monde

Éditions de la Maison des sciences de l’homme, mars 2012, 360 p.

ISBN-13 978-2-7351-1427-6

Quiconque veut tenter de parcourir le chemin de pensée de Karl-Otto Apel – son « Denkweg » – se trouve d’emblée confronté à des difficultés liées à l’accès même aux textes à cause non seulement des traductions en français, encore insuffisantes, ou de l’absence de certains textes, mais surtout à cause de la forme même de ses textes. C’est, en effet, par des articles, essais, reproductions de conférences, introductions à des traductions que la pensée d’Apel s’exprime et se donne à lire. Ses ouvrages majeurs ne sont eux-mêmes, généralement, que des Collected Papers regroupant des textes déjà parus antérieurement .

Consciente de toutes ces difficultés d’accès, Martine Le Corre-Chantecaille guide le lecteur dans le présent ouvrage à travers la pensée du philosophe allemand et réussit à retracer les étapes, de la genèse au développement, de la construction de la « pragmatique transcendantale ».

Elle parvient, entre autres, à montrer comment, inlassablement, Apel reconstruit, compare, confronte, critique, s’efforçant de penser « avec et contre » les autres membres de la communauté philosophique (Heidegger, Kant, Gadamer, Peirce) et non « sans » eux, mettant ainsi en évidence le choix d’une pratique philosophique « alter-référentielle » qui fournit un fil conducteur permettant de dégager les apports conceptuels ayant contribué à la constitution et au développement de la pragmatique transcendantale. Mais au-delà de l’étude du contenu plus systématique de sa pensée qui apparaît et se développe à partir des années 70, l’ouvrage se propose également, de mettre en évidence et de réfléchir à la pratique intersubjective qu’Apel n’a jamais abandonnée.

L’auteur montre que, au-delà de la volonté de mettre en évidence l’existence d’une communauté de communication des philosophes, comme solution contre toute anticipation solipsiste de la vérité définitive, ce qu’Apel veut relever est que « penser avec et contre », c’est refuser que le choix de la violence – celui du penser sans les autres –, puisse se présenter comme valant autant que le choix de la raison, choix d’un penser avec (même quand il prend la forme d’un penser contre qui se veut alors pratique autocritique de la raison).

Sommaire

Introduction

Première partie. Vers la pragmatique transcendantale : Sens et apport des premières reconstructions

Chapitre I : La reconstruction initiale : Dasein et connaissance
Introduction

  • L’élargissement du questionnement kantien
  • La critique de la raison finie et l’importance de la temporalité
  • Les perspectives tracées
  • Conclusion

Chapitre II : Le prisme du langage

  • Introduction
  • Les prolongements historiques de la première reconstruction
  • Les écrits systématiques : le langage comme « technognomie »
  • Conclusion

Chapitre III : L’apport de la philosophie analytique

  • Introduction
  • Les apories des approches syntaxico-sémantiques du sens
  • La diversité des approches pragmatiques du sens
  • Conclusion

Chapitre IV : Transformations herméneutique et sémiotique de la philosophie transcendantale : penser avec et contre Gadamer et Peirce

  • Introduction
  • « Herméneutique transcendantale » et « herméneutique philosophique »
  • La reconstruction de l’œuvre de Peirce
  • Conclusion

Conclusion de la première partie

Seconde partie. La pragmatique transcendantale : l’auto-réflexion de la raison sur les présupposés de sa pratique

Chapitre V : La fondation ultime de la raison

  • Introduction
  • Des défis à relever
  • La réponse « pragmatico-transcendantale »: la fondation ultime de la raison
  • Conclusion

Chapitre VI : De la fondation de la raison à la complémentarité des types de rationalité

  • Introduction
  • Les conséquences épistémologiques de la fondation ultime de la raison
  • L’éthique de la discussion : de la question de la fondation à celle de l’application.

Conclusion générale

Pour en savoir plus et commander l’ouvrage.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.