Nouvelle traduction: Victor Klemperer, Littérature universelle et littérature européenne, Editions Circé, 14 €

« La littérature nationale n’a plus guère de sens à présent, l’ère de la littérature universelle est à l’ordre du jour, et chacun doit à présent contribuer à accélérer l’avènement de cette ère ». Ainsi s’exprimait Goethe dans un entretien avec Eckermann daté du 31 janvier 1831. Dans le contexte cosmopolite de la vie littéraire de l’époque – allemande à l’origine – et dont l’activité de traduction importante constitue un témoignage manifeste, Goethe écrivait, quelques années plus tôt, au traducteur des classiques italiens, Karl Steckfuss: « je suis persuadé qu’une littérature universelle va se constituer », et il se faisait prophète en disant: « l’Allemand peut et doit y contribuer, il aura un beau rôle à jouer dans cette entreprise » Le concept, fluctuant et ambigu, de « Weltliteratur » ou de « littérature universelle » était né.

Victor Klemperer (1881-1960), dans cet essai éclairant, écrit dans les moments de tribulations de  quelqu’un qui voit se briser un à un les fondements d’une culture et qui va au-delà des limites du national, suit les avatars de l’évolution de cette idée, du terreau qui l’a rendue possible à son sens dernier. En forgeant le terme et le concept de  littérature universelle, Goethe fut le premier à pressentir, à nommer, à véritablement montrer et à porter ainsi à la conscience générale, quelque chose qui a une réalité ensuite : la littérature européenne.

Klemperer fait ressortir les liens et les différences caractéristiques existant entre les différents concepts de littérature transnationale avant Goethe, à son époque et après lui. Un parcours dans lequel se retrouve, illuminée, une idée morale de l’Europe.

Im Jahr 1935 wurde Klemperer auf Grund des nationalsozialistischen Reichsbürgergesetzes aus seiner Professur für Romanistik an der TH Dresden entlassen. Er konzentrierte sich daraufhin auf die im Juli 1933 begonnene Arbeit zur Geschichte der französischen Literatur im 18. Jahrhundert, die in zwei Bänden 1954 und 1966 erschien. Als dann den nach den nationalsozialistischen Rassengesetzen als Juden Geltenden auch der Zugang zu Bibliotheken und das Abonnieren von Zeitungen und Zeitschriften verboten wurde, waren ihm die Hände gebunden und er musste diese wissenschaftliche Arbeit vorläufig einstellen.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.