La vie dans l’homme ou l’homme dans la vie ? / Das Leben im Menschen oder der Mensch im Leben?

Généalogies franco-allemandes entre anthropologie et anti-humanisme / Deutsch-Französische Genealogien zwischen Anthropologie und Anti-Humanismus

L’école d’été organisée du lundi 21 au vendredi 25 Juillet 2014 à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm en coopération avec l’Université de Potsdam et l’Université franco-allemande a pour objet de comparer les « philosophies de la vie » française et allemande au XXe siècle et de les faire se confronter dans un colloque. Cette discussion autour de la dialectique entre le concept de vie et le problème de l’homme touche la tension, fondamentale pour la modernité, qui distingue la réflexion aux teintes « anthropologiques » sur la vie (en Allemagne) d’une critique « antihumaniste » (en France). L’appel s’adresse aux doctorant(e)s ou étudiant(e)s de master en philosophie. Elles/ils sont invité(e)s à présenter un abstract de 400 mots sur le thème de l’un des workshops prévus (1. Les « enjeux » : La vie dans lʼhomme ou lʼhomme dans la vie ? ; 2. Lectures croisées: chantiers des traductions et des éditions en cours ; 3. Entre langage et technique : les destins de la phénoménologie dans les philosophies françaises et allemandes au xxème siècle ; 4. La réception des discours biologiques dans les réflexions sur la vie en France et en Allemagne ; 5. Des théories de la civilisation entre l’optimisme et la décadence). Vous trouverez ci-dessous les appels à projets en français et en allemand (deadline: 9 mai).
Appel à contribution francais : Généalogies franco-allemandes entre anthropologie et anti-humanisme
Call for Papers deutsch : Deutsch-Französische Genealogien zwischen Anthropologie und Anti-Humanismus
 Candidature à envoyer à : caterina.zanfi@ens.fr ou thomas.ebke@gmx.net

La date limite de candidature est le 09 mai 2014

Lieu : École Normale Supérieure, 29, Rue d’Ulm, 75005 Paris [Salle Paul Langevin]

Transport, hébergement : Les frais de transport et d’hébergement seront pris en charge par l’organisation. Les frais de transports sont limités à un forfait de maximum 200 euros par personne. Les participants sont encouragés à indiquer dans leur candidature s’ils ont la possibilité de financer les frais de transport par d’autres institutions (par exemple leurs propres universités, le DAAD, etc.). Un logement près du lieu de la manifestation sera offert (par exemple en résidence universitaire). Publication : Une sélection d’articles sera publiée. Langues de travail : français, allemand, anglais si nécessaire (dans la discussion). Chacun pourra parler dans la langue de son choix, mais devra pouvoir comprendre la langue de l’autre. Pour plus d’informations : caterina.zanfi@ens.fr ou thomas.ebke@gmx.net

Organisation

  • Dr. Christian Sommer (Archives Husserl, UMR 8547: Pays Germaniques, CNRS/Ecole Normale Supérieure)
  • Prof. Hans-Peter Krüger (Faculté de Philosophie, Université de Potsdam)
  • Dr. Caterina Zanfi (LabEx TransferS, École Normale Supérieure Paris)
  • Dr. Thomas Ebke (Bourse Feodor-Lynen de la Fondation Alexander von Humboldt)

Mardi 11 mars de 19 h à 21 h : La traduction, langue(s) du monde

Les éditions de la MSH vous invitent à la soirée organisée au Comptoir des presses d’universités
à l’occasion de la parution de

Traduire : transmettre ou trahir ? sous la direction de S. Schwerter & J. K. Dick.traduire

En paraphrasant Umberto Eco se pourrait-il que la langue du monde soit la traduction ?  Peut-être. Mais le passage d’une langue à une autre n’est pas un acte technique mais relève de la compréhension de la société où les mots une fois accueillis doivent véhiculer du sens et de la pensée, et pas uniquement communiquer du contenu.

Entretien avec Stephanie Schwerter, Jennifer K. Dick, Jean-René Ladmiral animé par Yen-Maï Tran-Gervat à l’occasion de la parution de Traduire : transmettre ou trahir ? Réflexions sur la traduction en sciences sociales aux éditions de la MSH

Stephanie Schwerter est Maître de langue EHESS

Jennifer K. Dick est Maitre de conférences en littérature américaine, Université de Haute-Alsace

Jean-René Ladmiral est Maitre de conférences émérite de traductologie, Université de Paris Ouest Nanterre La Défense

Yen-Maï  Tran-Gervat est Maître de conférences en littérature générale et comparée, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

14/02: Journée d’étude de l’IEA de Paris  » Le Second Empire allemand et ses colonies en Afrique »

hypotjheseJournée d’étude organisée par Silvio Marcus de Souza Correa, avec l’Institut d’Études Avancées de Paris

Depuis quelques années le passé colonial de l’Allemagne est interpellé par une nouvelle génération d’historiens, anthropologues et germanistes, notamment de l’Allemagne mais aussi d’ailleurs.

Animée par plusieurs chercheurs français et étrangers, cette journée d’étude envisage une discussion porteuse autour du colonialisme allemand en Afrique. Cette rencontre permettra de lancer un regard croisé sur une histoire coloniale méconnue en France et de poser quelques jalons pour une recherche en histoire du colonialisme allemand vue d’ailleurs.

Infos pratiques:
14/02/2014 – 09:00 – 18:00

IEA de Paris, 17, quai d’Anjou, 75004, Paris

Source: http://paris-iea.fr/evenement/journee-d-etude-le-second-empire-allemand-et-ses-colonies-en-afrique

Table ronde autour du numéro 15: La langue de l’Europe, c’est la traduction

Trivium et les éditions de la MSH vous invitent

à la Table ronde

L’Europe pense en plusieurs langues

dans le cadre du 23e salon des Revues

Samedi 12 octobre • 15h30 – 16h30

Salle Maurice Nadeau

L’effondrement de la tour de Babel a créé la richesse de la diversité des langues et a rendu nécessaire le travail de traduction. En effet, si chacun suit son propre chemin de pensée, dans sa propre langue elle-même irréductible aux autres, se rencontrer et se comprendre est-il pour autant vraiment utopique ? Dans quelle mesure et de quelle façon faut-il combiner, dans les sciences sociales et humaines, le plurilinguisme avec une lingua franca, qu’elle fût latine hier, anglaise aujourd’hui, et encore différente demain. Quel est le rôle de la traduction dans la communication et la coopération scientifique ?

Le débat partira de l’exemple de la revue Trivium qui publie des traductions d’articles académiques français et allemands pour leur donner une seconde vie, mis en perspectives par une approche problématique commune.

Avec les interventions de :

# Hinnerk Bruhns, directeur de recherche émérite au CNRS-CRH et directeur de rédaction de Trivium,
# Isabelle Kalinowski, traductrice de Max Weber, chargée de recherches CNRS-ENS Ulm

# Leyla Dakhli, chargée de recherche au CNRS-IRENAM
# Stephanie Schwerter, maître de langue à l’EHESS, responsable du programme d’édition franco-allemand de la FMSH


# Mikaël Meunier, responsable linguistique de la Représentation de la Commission européenne en France, Antenne de la direction générale de la traduction

# Jean-Claude Barbier, sociologue, directeur de recherche émérite, CNRS-CES

Animée par Julie Sentis,
secrétaire de rédaction de Trivium


Corine Le Carrer
Presse • Communication éditions MSH
Éditions MSH
86 rue Claude Bernard
75005 Paris

Mardi 11 juin à 19h: La fabrique de l’art national au Comptoir des presses, 86 rue Claude Bernard

Fabrique art nationalAprès la vive polémique suscitée par l’exposition De l’Allemagne au musée du Louvre, les éditions de la MSH vous convient à une soirée autour de la parution de Michela Passini:

La fabrique de l’art national.
Le nationalisme et les origines de l’histoire de l’art en France et en Allemagne, 1870-1933.
Michela Passini, éditions MSH/Centre allemand d’histoire de la l’art, 2012.

Les entretiens du comptoir des presses • 86 rue Claude Bernard • 75005 Paris
19- 21 heures

Mardi 11 juin 2013

a un moment où, depuis environ une décennie, l’histoire de l’art s’attèle, en France, à une révision critique de sa propre histoire, il importe d’étudier de manière globale l’élaboration d’un discours national sur l’art ancien, pour comprendre comment il a affecté les structures mêmes d’une discipline en formation. Corrélativement, il faut s’interroger sur le rôle joué par l’histoire de l’art dans le processus de nationalisation de la culture, aux XIXe et XXe siècles – rôle qui, faute de recherches fondamentales, n’a guère retenu l’attention des historiens des nationalismes. En reconstituant une large série de débats franco-allemands sur l’appartenance nationale de l’art gothique et de la Renaissance, ce travail se veut à la fois une contribution à l’histoire de la construction des identités esthétiques nationales et à une histoire croisée des sciences humaines.

En espérant vous y retrouver nombreux!

Un siècle de traductions françaises

trad en langue frClaire Guérin a commenté dans la vie des idées, l’ouvrage dirigé par Yves Chevrel, Lieven D’hulst et Christine Lombez: Histoire des traductions en langue française. Dix-neuvième siècle paru à Paris chez Verdier en 2012 (1376 p., 48 €). Approchant la traduction vers le français – non pas de façon normative par l’étude du « bien traduire » – mais comme un fait social total, cette parution met en évidence un réseau de lettrés où travaillent ensemble des auteurs et des traducteurs, des éditeurs, des lecteurs et des commentateurs. Le projet du cycle dont le premier tome s’attache au long XIXème siècle (1815 – 1915) est de retracer l’histoire des traductions en langue française de la Renaissance au XXème siècle, dans leur diversité et en croisant différentes approches : linguistes, traducteurs, philosophes, historiens, sociologues et littéraires y ont contribué pour mettre en lumière dans ce premier tome une véritable « révolution éditoriale » au temps de celle qui – industrielle -, tâchait d’expliquer l’altérité par une approche comparée en littérature notamment. Au delà des frontières nationales se dessine un espace francophone à géométrie variable, ouvert aux langues orientales comme aux oeuvres du Nouveau monde au moment où la langue française tend à perdre son statut de langue diplomatique par excellence. A partir de la monarchie de Juillet entre traduction cibliste et sourciste, « belles infidèles » et authenticité de la traduction, les traducteurs se constituent comme un groupe professionnel à part entière alors que les langues vivantes étrangères prennent peu à peu la place du latin. Les genres littéraires qui font l’objet de traductions se diversifient et s’ouvrent aux domaines non littéraire (récits de voyages, sciences et techniques, textes juridiques etc…) souvent auparavant négligés au profit du roman. L’originalité de l’ouvrage tient notamment à la remise en cause de la traditionnelle périodisation qui fait de 1870 une date charnière. Seule une légère diminution des traductions allemandes paraît remarquable. C’est la période 1880 – 1890 qui voit davantage se produire une « invasion cosmopolite » autour d’Ibsen, Dostoïevski, Tolstoï, Zola, consacrant la parution de nombreuses revues. Le carcan des normes juridiques engage une coélaboration des traductions entre auteurs et traducteurs qui garantit le respect de la langue française. Toutefois à l’exception de Clémence Royer, traductrice de Darwin, les traducteurs sont bien souvent sous le boisseau des auteurs, plus limités dans leur pratique que leur rôle de passeur n’est reconnu. Si « le national n’est pas tout le social » comme le disait Friedberg, l’histoire de la traduction permet en outre de mettre en lumière combien les politiques nationalistes dans le champ de la philologie par exemple, entre une Allemagne grecque ayant traduit tout du latin et une France romaine en retard dans la traduction des oeuvres de l’Antiquité grecque – sont concurrentes, jusqu’à revendiquer un impérialisme transnational de la traduction.

La platinum road et le cap des sciences humaines et sociales

I_love_open_access« La langue de l’Europe, c’est la traduction » dit Umberto Eco dans un cours au collège de France. En juillet 2012, la Commission européenne émet une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c’est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics. En 2007 déjà, c’était à travers la traduction d’articles scientifiques en accès libre et gratuit que les rédacteurs de Trivium, Gudrun Gersmann et Hinnerk Bruhns, concevaient la revue comme un espace de dialogue entre les cultures scientifiques francophone et germanophone en sciences humaines et sociales. Afin que le cap de l’ennemi d’hier ne soit plus à combattre dans sa langue-cible, ni l’étranger d’aujourd’hui celui que l’on lit en anglais au mépris de sa langue-source, le chercheur de demain pourra apprécier son voisin comme l’autre du cap européen, les travaux de l’un se révélant fécond aux yeux de l’autre par la traduction, comme une reproduction-source du savoir. Car les sciences humaines et sociales, riches de la langue dans laquelle leurs auteurs écrivent et pensent, peuvent constituer ce cap, cette proue, se placer à l’avant-garde d’un mouvement d’ouverture vers l’autre, en raison même de la demande sociale grandissante dont elles sont l’objet. Si la condition nécessaire de ce développement, contre lequel aucun chercheur de ces disciplines ne se prononcerait, est l’accès libre aux articles des auteurs aux lecteurs, c’est bien l’accès ouvert – et dans sa forme la plus achevée gratuit – qui est la condition suffisante d’une démocratisation – qualitative donc quantitative et vice versa – des savoirs, pour des politiques éditoriales ambitieuses, favorisant les croisements disciplinaires, les nouvelles formes d’écriture et le plurilinguisme comme autant de gages d’une diffusion la plus large et d’un financement à terme le plus sûr des connaissances. Nous soutenons donc la platinum road promue par Open édition et la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso pour développer une édition en libre accès qui permette aux auteurs et aux lecteurs d’accéder à la publication scientifique sans paiement. Parce que le savoir n’est pas un bien comme les autres mais la seule route après Babel: signez la tribune du Monde!

Economic Sociology European Electronic Newsletter 14.2 en écho au numéro 5 de Trivium

Rainer Diaz-Bone, responsable du numéro 5 de Trivium sur l’économie des conventions, publie dans le nouveau numéro de sa revue électronique ESEEN un nouvel article « Discourse Conventions in the Construction of Wine Qualities in the Wine Market » ainsi qu’un entretien avec Jean-Claude Didry. Un prochain numéro de Trivium sur les récents développement de l’économie en France et en Allemagne paraîtra avant 2015!

Nouvelle collection française de la maison d’édition Diaphanes: Joseph Vogl à l’honneur

Diaphanes compte désormais parmi les maisons d’édition indépendantes germanophones les plus reconnues dans les domaines de la littérature, de la philosophie contemporaine, des sciences humaines et de l’art. Une attention toute particulière y est accordée à la traduction d’œuvres d’auteurs de langue anglaise, russe ou italienne, mais surtout française, parmi lesquels Jean-Luc Nancy, Alain Badiou, Giorgio Agamben, Jacques Rancière, Bernard Stiegler, Simon Critchley et Judith Butler en philosophie ; Hyman Minsky et Christian Marazzi en économie ; Pierre Guyotat, Georges Perec, Tom McCarthy et Joseph Mitchell en littérature. Si diaphanes s’intéresse de près à la pensée et à la création contemporaine, et réagit aux problématiques essentielles soulevées par l’actualité politique et sociale, elle ne néglige pas pour autant de faire (re)découvrir des œuvres majeures épuisées ou tombées dans l’oubli. En littérature, sa ligne est délibérément subjective : loin de se cantonner à un style ou à une idéologie, elle englobe les titres qui lui semblent mériter une place durable dans le paysage littéraire.

La maison d’édition inaugure avec une publication de Joseph Vogl, membre du conseil scientifique de Trivium, une nouvelle collection française. Diaphanes publiera dans un premier temps des textes traduits de l’allemand et de l’anglais, appartenant ou non au catalogue germanophone. À terme, le principe est de publier simultanément des livres en français et en allemand, dans les espaces francophone et germanophone. Pont entre les cultures autant qu’entre les langues, diaphanes se donne en effet pour but d’abattre les frontières, de décloisonner l’espace laissé vacant entre romans et essais, textes originaux et traductions, pensée et écriture, image et texte. Comme son nom l’indique, elle agit à la manière d’un filtre qui laisserait passer la lumière sans figer les contours, faisant circuler des textes dont l’intérêt, au-delà de la langue dans laquelle ils ont été écrits, réside dans ce qu’ils disent du monde où nous vivons.

Le Spectre du capital (Joseph Vogl), en librairie le 4 avril 2013.

Première occasion de rencontrer Diaphanes:
Lecture bilingue d’extraits de Heimlich, heimlich mich vergiss, par Angelika Meier et sa traductrice, Marie Bouquet, présentée par Franziska Humphreys et suivie d’un premier verre (ou deux),
Le 4 mars 2013 / 19 heures / Institut Goethe, 17 avenue d’Iéna, 75016 Paris.

Fritz Nies (2013), Kurze Geschichte(n) der französischen Literatur – für Deutsche, Lit.

fritz_niesDeutschsprachige Schilderungen der Geschichte französischer Literatur gab es schon. Sie sind indes weithin Nachbildungen französischer Muster. Doch die Empfänglichkeit deutscher Leser für gerade sie ansprechende Fakten und Perspektiven blieb unbeachtet. Dieses Schema wird hier durchbrochen. In Längs- und Querschnitten sind Kontakte der Autoren mit unserem Kulturraum, die Thematisierung von Deutschem, vom Mitund Gegeneinander beider Kulturen ebenso zur Geltung gebracht wie Schlüsselfiguren. Verblüffend deutlich wird, wie eng beide Literaturen ineinander verwoben sind, aber auch wie stark sich das Bild von Werken und Autoren einer anderen Kultur durch den Blick von außen verändert.

Zielgruppen: Studierende der Romanistik wie interkultureller Studiengänge, Schüler und Lehrer von Leistungskursen, Frankreichreisende mit literarischen Neigungen.

Einführungen: Literaturwissenschaft, Bd. 1, 200 S., 19,90 €, br, ISBN 978-3-643-11504-1

Wolf Lepenies (2012), Auguste Comte. Le pouvoir des signes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 140 p., traduit de l’allemand par Didier Renault

La rédaction de Trivium signale la nouvelle traduction du programme franco-allemand de la Fondation maison sciences de l’homme. Au XIXe siècle, Auguste Comte, inventeur du terme de sociologie et fondateur du positivisme, s’efforce de transformer une discipline scientifique en mouvement social et de faire d’une théorie sociale une religion sociale. Pour parvenir à ses fins, il élabore une iconographie et une topographie politiques originales qui préfigurent les campagnes de communication les plus actuelles. Dans une langue aussi savoureuse qu’érudite, le grand sociologue allemand, Wolf Lepenies nous fait le récit de cet iconic turn, dévoilant ainsi une face méconnue du positivisme.

Wolf Lepenies, né en 1941, est professeur de sociologie à Berlin et fut recteur du Wissenschaftskolleg de la capitale allemande. Il est l’auteur d’un ouvrage important: Les Trois Cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie (Editions de la MSH, 1990), devenu un classique. Il est lauréat du Prix de la paix des libraires allemands en 2006.

Source: http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100705210&fa=author&person_id=37