Archives mensuelles : décembre 2012

Wolf Lepenies (2012), Auguste Comte. Le pouvoir des signes, Paris, Maison des Sciences de l’Homme, coll. « Bibliothèque allemande », 140 p., traduit de l’allemand par Didier Renault

La rédaction de Trivium signale la nouvelle traduction du programme franco-allemand de la Fondation maison sciences de l’homme. Au XIXe siècle, Auguste Comte, inventeur du terme de sociologie et fondateur du positivisme, s’efforce de transformer une discipline scientifique en mouvement social et de faire d’une théorie sociale une religion sociale. Pour parvenir à ses fins, il élabore une iconographie et une topographie politiques originales qui préfigurent les campagnes de communication les plus actuelles. Dans une langue aussi savoureuse qu’érudite, le grand sociologue allemand, Wolf Lepenies nous fait le récit de cet iconic turn, dévoilant ainsi une face méconnue du positivisme.

Wolf Lepenies, né en 1941, est professeur de sociologie à Berlin et fut recteur du Wissenschaftskolleg de la capitale allemande. Il est l’auteur d’un ouvrage important: Les Trois Cultures : entre science et littérature, l’avènement de la sociologie (Editions de la MSH, 1990), devenu un classique. Il est lauréat du Prix de la paix des libraires allemands en 2006.

Source: http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100705210&fa=author&person_id=37

Marin, Séverine Antigone (2012), L’apprentissage de la mondialisation, Peterlang.

La rédaction de Trivium signale la publication d’une thèse de doctorat sur « les milieux économiques allemands face à la réussite américaine de 1876 à 1914 ». Pour comprendre pourquoi l’économie allemande a particulièrement réussi son insertion dans la première mondialisation, cet ouvrage examine les conditions pratiques de ce processus. Il prend en compte l’extrême diversité des milieux économiques, depuis les grandes firmes comme Bayer jusqu’aux petites entreprises tentées par l’aventure de l’exportation, en passant par les universitaires, les publicistes et les fonctionnaires de l’administration du Reich. À partir du cas américain, un marché lointain mais apparemment familier par ses normes comme par ses liens avec l’Allemagne, ce livre met en évidence les techniques empiriques, tenant parfois du bricolage, auxquelles se livrèrent ces différents acteurs afin de rassembler et d’utiliser l’information économique dont ils avaient besoin pour conquérir de nouveaux marchés.
Il montre que la mondialisation implique, dès cette époque, de voir dans chaque pays industrialisé non seulement un marché, mais aussi un concurrent. Au-delà de son utilisation commerciale, l’information économique a également servi à construire des modèles étrangers théoriques, fruits pour une part de débats transnationaux, mais transformés en instruments au service de controverses nationales. Le livre établit ainsi que, loin de se réduire à un débat sur l’américanisation, l’utilisation de l’argument américain au tournant du XXe siècle s’inscrit dans une multiplication, pour tous les secteurs économiques, des références étrangères destinées in fine à affirmer une spécificité allemande.

Sommaire

Contenu : Les réseaux du commerce allemand dans les échanges transatlantiques – Le savoir-faire allemand aux Expositions Universelles – Consuls et attachés commerciaux – La presse commerciale – La peur de l’espionnage américain – Le modèle du Homestead en Europe – Silos de céréales, arboriculture : la modernité agricole américaine en question – La polémique du « billig und schlecht » – Le modèle du bimétallisme américain – Controverses autour du protectionnisme, cartels et trusts – Les Américains à l’école de l’Allemagne ? 1907 – 1914.

Auteure

Séverine Antigone Marin, ancienne élève de l’École normale supérieure (Paris), agrégée et docteur en histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg.

Source: http://www.peterlang.com/index.cfm?event=cmp.ccc.seitenstruktur.detailseiten&seitentyp=produkt&pk=68925&concordeid=21853