Archives pour la catégorie Les numéros / Trivium-Ausgaben

Hommage à Hans Mommsen

Pour rappeler l’importance des recherches de Hans Mommsen sur l’histoire de la République de Weimar et du national-socialisme, la revue Trivium a publié en septembre 2016 un dossier spécial Le national-socialisme et la société allemande qui comporte deux articles fondamentaux de Hans Mommsen en traduction française:

« La décomposition de la bourgeoisie à partir de la fin du XIXe siècle » et

« La réalisation de l’utopique : la « solution finale de la question juive » sous le Troisième Reich« .

A l’occasion du premier anniversaire de la mort de Hans Mommsen, éminent historien allemand, l’université de Bochum organise une conférence scientifique, les 18 et 19 novembre 2016 à la Maison de l’histoire de la Ruhr à Bochum. Voir le lien ci-dessous pour plus de détails.

***

Anlässlich des ersten Todestages von Hans Mommsen lädt die Ruhr-Universität Bochum zu einer wissenschaftlichen Konferenz am 18. und 19. November 2016 im Haus der Geschichte des Ruhrgebiets in Bochum ein. Die Tagung soll Hans Mommsens prägenden Einfluss auf die deutsche und europäische Zeitgeschichtsforschung aufzeigen und danach fragen, was von Hans Mommsens Werk und Wirken – jenseits konkreter Befunde und Thesen – bleibt.

Nähere Informationen:

mommsen_gedenktagung

Lendemains, Bd. 39, Nr. 156 (2014) Wozu noch Weber?

In Anknüpfung an unsere 7. Trivium-Ausgabe, « Max Weber und die Bürokratie« , die 2010 unter der wissenschaftlichen Leitung von Andreas Anter, Hinnerk Bruhns und Patrice Duran erschien, möchten wir auf die jüngste Ausgabe der Zeitschrift Lendemains aufmerksam machen: « Wozu noch Weber? ».

« Lendemains – Etudes comparées sur la France », 1974 gegründet, hat sich in den vergangenen Jahrzehnten einen ebenso unkonventionellen wie festen Platz in der deutschen und internationalen Frankreichforschung erobert. Überzeugt von der Notwendigkeit eines entsprechenden Dialogs zwischen den beiden Nationen im neuen Europa, hat sich die Zeitschrift neben neuer Betrachtung des literaturgeschichtlichen Kanons interdisziplinär den verschiedensten Forschungsbereichen von der Gewerkschaftsbewegung oder der Frauenbewegung bis zur schwarzafrikanischen Literatur oder zur Photographie geöffnet und dabei auch die Aufarbeitung der Forschungsgeschichte bzw. der deutsch-französischen Beziehungen nicht vergessen.
Das Peer-review-Verfahren garantiert ein hohes wissenschaftliches Niveau.

Herausgegeben von / édité par:
Andreas Gelz und / et Christian Papilloud.

La traduction, une langue pour l’Europe? / Die Übersetzung, eine Sprache für Europa?

Comment comprendre l’affirmation d’Umberto Eco selon laquelle « la langue de l’Europe, c’est la traduction » ?  Si l’on veut résister à la provincialisation des cultures de l’Europe induite par un monolinguisme rampant, par la progression apparemment irrésistible du ‘globalais’, la réponse doit être double : il faut maintenir, voire faire progresser la pratique d’une pluralité de langues dans des secteurs clé de la construction européenne. Cependant, le trilinguisme de principe réclamé par Jürgen Trabant, ne doit pas seulement être accompagné par une promotion sans faille des traductions (en littérature et dans les sciences sociales et humaines notamment), mais encore doit-il être étayé par une réflexion sur la traduction, sur ce que traduire veut dire dans un espace culturel, politique, économique composé d’ensembles linguistiques et de cultures ‘nationales’ divers.

Wie soll die Behauptung Umberto Ecos verstanden werden, nach der die Übersetzung die eigentliche „Sprache Europas“ ist? Wenn man die Regionalisierung der Kulturen Europas eindämmen will, die durch einen schleichenden Monolinguismus und das anscheinend unaufhaltsame Fortschreiten des „globalais“ herbeigeführt wurde, muss die Antwort doppelt lauten: man muss die Sprachenvielfalt in den Hauptaktivitätsfeldern der europäischen Einigung aufrechterhalten und weiter voran treiben. Jürgen Trabant fordert mit seinem Prinzip der Dreisprachigkeit aber noch mehr: Nicht nur die tatsächliche Übersetzung (besonders in der Literatur und in den Sozial – und Geisteswissenschaften), sondern auch eine Reflexion über das Übersetzen an sich müsse unterstützt werden. Was bedeutet Übersetzung in einem kulturellen, politischen und ökonomischen Rahmen, der sich aus verschiedenen Sprachgruppen und unterschiedlichen „nationalen“ Kulturen zusammensetzt?

Ces questions seront abordées du point de vue des politiques linguistiques en Europe, du point de vue des littératures dans leur rapport aux conflits de mémoires propres à l’espace européen, et dans la perspective des chercheurs en sciences sociales et humaines pour lesquels la langue,  leur propre langue (W. v. Humboldt), est l’instrument scientifique le plus précieux. L’histoire de ces sciences constitue à cet égard, selon Max Weber, « une conti­nuelle alternance entre des tentatives d’ordonner, en pensée, les faits par la construction de concepts, de dissoudre les représenta­tions ainsi construites en élargissant et en déplaçant l’horizon scienti­fique, et de construire de nouveaux concepts sur la base ainsi mo­difiée ». Que veut dire traduire, transporter concepts et représentations d’une langue à une autre, face à une telle conception de la science ? Comment la traduction, ce déplacement de l’horizon culturel, participe-t-elle à enrichir la connaissance dans une Europe qui pense en plusieurs langues ?

Die Diskussion greift diese Fragen im Hinblick auf Sprachpolitiken in Europa auf, beleuchtet sie aus literaturwissenschaftlicher Sicht angesichts der Europa inhärenten Erinnerungskonflikte sowie aus der Warte der Sozial- und Geisteswissenschaftler, für die nach Humboldt ihre eigene Sprache das Hauptarbeitsinstrument ist. Die Geschichte dieser Wissenschaften stellt nach Max Weber „ein[en] stete[n] Wechsel zwischen dem Versuch, durch Begriffsbildung Tatsachen gedanklich zu ordnen, – der Auflösung der so gewonnenen Gedankenbilder durch Erweiterung und Verschiebung des wissenschaftlichen Horizontes, – und der Neubildung von Begriffen auf der so veränderten Grundlage [dar]“.(1) Was bedeutet es angesichts einer derartigen Auffassung von Wissenschaft, von einer Sprache in die andere zu wechseln? Wie trägt die Übersetzung, diese Verschiebung des kulturellen Horizonts, dazu bei, das Wissen in einem Europa zu bereichern, das in mehreren Sprachen denkt?

 

Participants / Teilnehmer:

– Hinnerk Bruhns (CNRS, EHESS/CRH, directeur de la revue Trivium)

– Fritz Nies (Universität Düsseldorf)

– Barbara Cassin (CNRS, Paris)

– Camille de Toledo (écrivain,  Paris-Berlin)

– Jürgen Trabant (Freie Universität Berlin)

– Franz Lebsanft (Universität Bonn)

 

Infos pratiques / Zum Infos

Institut français Bonn, Adenauerallee 35, 4/12/2014, 19:00-20:30

Table ronde autour du numéro 15: La langue de l’Europe, c’est la traduction

Trivium et les éditions de la MSH vous invitent

à la Table ronde

L’Europe pense en plusieurs langues

dans le cadre du 23e salon des Revues

Samedi 12 octobre • 15h30 – 16h30

Salle Maurice Nadeau

L’effondrement de la tour de Babel a créé la richesse de la diversité des langues et a rendu nécessaire le travail de traduction. En effet, si chacun suit son propre chemin de pensée, dans sa propre langue elle-même irréductible aux autres, se rencontrer et se comprendre est-il pour autant vraiment utopique ? Dans quelle mesure et de quelle façon faut-il combiner, dans les sciences sociales et humaines, le plurilinguisme avec une lingua franca, qu’elle fût latine hier, anglaise aujourd’hui, et encore différente demain. Quel est le rôle de la traduction dans la communication et la coopération scientifique ?

Le débat partira de l’exemple de la revue Trivium qui publie des traductions d’articles académiques français et allemands pour leur donner une seconde vie, mis en perspectives par une approche problématique commune.

Avec les interventions de :

# Hinnerk Bruhns, directeur de recherche émérite au CNRS-CRH et directeur de rédaction de Trivium,
# Isabelle Kalinowski, traductrice de Max Weber, chargée de recherches CNRS-ENS Ulm

# Leyla Dakhli, chargée de recherche au CNRS-IRENAM
# Stephanie Schwerter, maître de langue à l’EHESS, responsable du programme d’édition franco-allemand de la FMSH


# Mikaël Meunier, responsable linguistique de la Représentation de la Commission européenne en France, Antenne de la direction générale de la traduction

# Jean-Claude Barbier, sociologue, directeur de recherche émérite, CNRS-CES

Animée par Julie Sentis,
secrétaire de rédaction de Trivium


Corine Le Carrer
Presse • Communication éditions MSH
Éditions MSH
86 rue Claude Bernard
75005 Paris

Muriel Pic (2012), “Fiction et lisibilité de l’histoire chez W.G. Sebald”, in European Review of History / Revue europeenne d’histoire 19, 3, 383-393

Muriel Pic, chercheuse FNS à l’université de Neuchâtel et responsable du numéro 10 de Trivium « Lisibilité / Lesbarkeit », met à jour dans cet article, les trois modèles herméneutiques proposés par W.G. Sebald pour lire l’histoire : la constellation, le montage et le rêve. Ecrivain allemand né en 1944 et très marqué par le silence de la génération de son père sur les événements de la guerre, Sebald ne se veut pas historien mais « conteur de l’histoire ». Les récits de Sebald se caractérisent par la reproduction de traces, l’écrivain trouvant son matériel documentaire dans des archives historiques ou domestiques. Pour une écriture de ces traces, elle-même redevable d’une lisibilité de l’histoire dont Benjamin a intitulé le concept dans le Livre des passages, se dégagent comme triple mode de restitution du passé en mode mineur, la constellation, le montage et le rêve, tous centrés sur la nostalgie d’un modèle prélogique de lecture et d’une perception fusionnelle de la nature. Si pour Benjamin, le récit du conteur se charge de transmettre la matière des expériences vécues et relève ainsi de l’épique (epos, la parole), il se charge aussi d’embrasser des destins la fatalité, et tient son autorité de la mort qui donne une cohérence aux vies en dictant leur fin. Tout l’enjeu est dès lors pour Sebald de lire au contraire ce qui n’a jamais été écrit, plus précisément de donner à lire l’histoire depuis un inaccompli du passé. De la constellation des événements exhumés de l’ordre chronologique au rêve d’un futur amendé en passant par le montage d’images du passé, c’est une lisibilité de l’histoire par l’aspectuel plus que le temporel qui se dévoile, au défi de la science historique.

«  Entre temps, la ville de Lisbonne fut détruite par un tremblement de terre, et la guerre de Sept ans passa, l’empereur François I mourut et l’ordre des Jésuites fut supprimé et la Pologne divisée (…) » Le lecteur est d’abord chez Sebald dans une représentation constellaire du monde où tout est censé coexister avec une égale légitimité sans souci de la durée chronologique. Travailler à une lisibilité de l’histoire est alors appréhender les événements comme une astérochronie, ni diachronie ni synchronie : il s’agit de trouver « une forme qui fait procéder des extrêmes éloignés, des excès apparents de l’évolution, la configuration de l’idée ». Et parce que « les idées sont aux choses ce que les constellations sont aux planètes », la recherche de cette forme produisant un ensemble de connexions est comparable à la forme d’une constellation.

Par le jeu de montage photographiques comme dans Austerlitz, ouvrage où Sebald reproduit deux scènes extraites d’un film documentaire réalisé en 1944 sur le ghetto juif de Theresienstadt près de Prague, le lecteur comme le personnage Jacques à la recherche de son passé oublié, peuvent se projeter dans le destin des images figurant des inconnus de la ville. L’ambition est, en donnant à voir des visages trouvés dans les archives, de faire exister par la fiction, des anonymes figurants de l’histoire : leur rendre justice en utilisant les traces qui témoignent de leur existence. Mais qui saisit ainsi par empathie, la constellation que sa propre époque forme avec telle époque passée, peut dès lors aussi prendre l’histoire à rebrousse-poil, et lire le passé comme on lit l’avenir, tel un devin semblable à ceux des temps antiques, en Mésopotamie ou en Chine ancienne.

Encore faut-il pour cela, postuler dans l’histoire « un savoir non encore conscient de ce qui a déjà eu lieu, un savoir dont l’avancement a, en fait, la structure du réveil ».  Ainsi Austerlitz, dont l’agencement narratif a la structure d’un réveil, aboutit à la prise de conscience par le personnage éponyme, de son identité. Le narrateur rapporte ponctuellement les rêves du personnage. Car il lui faut constamment déchiffrer les symptômes exprimant le retour d’une mémoire refoulée, infléchir ses fantasmes pour l’amener à anticiper un futur qui ne soit pas investi par l’angoisse.

Comme le rêveur, le conteur de l’histoire se confond ainsi à d’autres figures qui deviennent parties de lui-même : « identification affective » dit Sebald. Comme le rêveur, le conteur de l’histoire produit un récit répondant à une logique associative qui use du hasard objectif : une rencontre inopinée ou un simple mot qui s’avère traverser les espaces perméables du temps. La fiction imaginée, rêvée ou narrée, n’est pas un mensonge, elle est ce qui permet de nous resituer dans un passé inaccompli, comme en des temps autrefois vécus.

« Lisibilité / Lesbarkeit » (14 juin au Goethe Institut Paris)

Invitation à un débat autour du 10ème numéro de

le jeudi 14 juin 2012 à 19 h
Goethe-Institut – 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris
La présentation est consacrée au numéro 10 de Trivium qui aborde la notion de « Lisibilité/Lesbarkeit ». Elle interroge la place de la mantique dans le développement de cette méthode d’interprétation qui s’impose avec la modernité technique et la révolution sémiotique qui l’accompagne. Il s’agit en effet de discuter la pertinence d’un modèle de lecture archaïque des signes face aux objets culturels que sont le texte et l’image.

Participants:
Emmanuel Alloa, coordinateur du numéro 10 de Trivium, est Maître de conférences en philosophie à l’Université de Saint-Gall (Suisse).Hinnerk Bruhns, directeur de rédaction de Trivium, est directeur de recherche émérite au CNRS.

Georges Didi-Huberman est philosophe et historien de l’art. Il enseigne à l’EHESS.

Wolfram Hogrebe est professeur de philosophie à l’université de Bonn et fondateur du Centre international de philosophie.

Muriel Pic, coordinatrice du numéro 10 de Trivium, est chercheuse FNS à l’université de Neuchâtel.

Informations pratiques:Jeudi 14 juin 2012, 19h
Goethe-Institut – 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris
Entrée libre – Réservation conseillée
Tél. +33 1 44439230

Numéro 10 : Lisibilité / Nummer 10: Lesbarkeit

DERNIER NUMERO PARU / AKTUELLE AUSGABE

Numéro 10 : Lisibilité / Nummer 10: Lesbarkeit

Sous la direction de / herausgegeben von: Muriel Pic et Emmanuel Alloa

Depuis près de 30 ans, les sciences humaines et sociales se sont employées, en Allemagne comme en France, à élargir le concept de « lisibilité » au-delà de la référence au texte écrit. Ce numéro spécial de Trivium rassemble quelques-unes des voix majeures dans ce débat. Ce faisant, il rend compte de la formation d’un mode de lecture qui, entre microhistoire, sémiologie, psychanalyse, histoire culturelle, physionomie et mantique, cherche sa méthodologie et renoue avec un lire archaïque auquel aucune alphabétisation ne prépare. Comme si la lecture de la trace (et plus largement : d’indices, de symptômes, de présages, etc.) redevenait, à la modernité, une technique culturelle, élémentaire et inaugurale d’interprétation, qui nous met à nouveau face à la question de la lisibilité du monde.

Seit über 30 Jahren gibt es in den deutschen wie französischen Kultur- und Geisteswissenschaften das Bestreben, den Begriff der »Lesbarkeit« von seiner engen Bindung an den geschriebenen Text zu emanzipieren. Die vorliegende Ausgabe von Trivium lässt einige der maßgeblichen Stimmen in dieser Debatte zu Wort kommen. Auf der gemeinsamen Schnittfläche von Mikrohistorie, Semiologie, Psychoanalyse, Kulturgeschichte, Physiognomie und Mantik zeichnet sich ein neues und zugleich altes Verständnis des Lesens ab. Wenn sich in der Moderne die Frage nach dem Lesen von Spuren – und damit im weiteren Sinne von Indizien, Symptomen, Vorzeichen etc. – neu stellt, so wird damit an eine archaische Praxis des Lesens neu angeknüpft, welche uns vor das unabschließbare Problem der Lesbarkeit der Welt stellt.

  • Introduction

Einleitung

Muriel Pic et Emmanuel Alloa, Lisibilité / Lesbarkeit

  • ·        Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Hans Robert Jauss, Trace et aura. Remarques à propos du Livre des passages de Walter Benjamin / Spur und Aura (Bemerkungen zu Walter Benjamins Passagen-Werk)

Sigrid Weigel, Le Rituel du Serpent d’Aby Warburg. Correspondances entre la lecture de textes culturels et de textes écrits / Aby Warburgs Schlangenritual. Korrespondenzen zwischen der Lektüre kultureller und geschriebener Texte

Wolfram Hogrebe, Mantique et herméneutique / Mantik und Hermeneutik

Sybille Krämer, Qu’est-ce donc qu’une trace, et quelle est sa fonction épistémologique ? État des lieux / Was also ist eine Spur? Und worin besteht ihre epistemologische Rolle? Eine Bestandsaufnahme

 

  • ·         Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Michel de Certeau, Die absolute Lektüre: Theorie und Praxis der christlichen Mystiker im 16. und 17. Jahrhundert / La lecture absolue (Théorie et pratique des mystiques chrétiens : XVIe – XVIIe siècles)

Jean Bottéro, Die Traumdeutung im antiken Mesopotamien / L’oniromancie en Mésopotamie ancienne

Louis Marin, Im Laboratorium der Schrift-Figur / Dans le laboratoire de l’écriture-figure

Georges Didi-Huberman, Hepatische Empathie: Die Affinität des Inkommensurablen nach Aby Warburg / Hépatique empathie : L’affinité des incommensurables selon Aby Warburg


Mise en ligne le 30 mars 2012


Présentation et discussion du numéro 10 avec Hinnerk Bruhns, Georges Didi-Huberman, Wolfram Hogrebe et Muriel Pic – Modération : Emmanuel Alloa

Jeudi 14 juin, 19h – Goethe-Institut / Bibliothèque – 17 avenue d’Iéna, 75116 Paris – Tél. 01 44 43 92 30

Entrée libre / Eintritt frei – Réservation conseillée / Reservierung empfohlen

En français et en allemand / auf französich und deutsch

 

A PARAÎTRE / VORSCHAU

Numéro 11 : Gustave Flaubert. A l’Orient du réalisme / Nummer 11: Flauberts orientalischer Realismus

Sous la direction de / herausgegeben von: Barbara Vinken & Pierre-Marc de Biasi

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Marc Föcking, Arkadien – eine Kitschwelt ? Schwundstufen des Arkadischen in Flauberts Madame Bovary 

Martin v. Koppenfels, Flauberts Hand. Strategien der Selbstimmunisierung 

Barbara Vinken, Sermo humilis: Realismus und Christentum und Notre-Dame de Rouen: Flauberts Kathedrale 

Gerald Wildgruber, Pratiques d’Exinanition 

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Agnès Bouvier, Jéhovah égale Moloch : une lecture “antireligieuse” de Salammbô 

Philippe Dufour, Salammbô, un tigre de marbre 

Pierre-Marc de Biasi, “Qu’est-ce que cela veut dire, la réalité ?” Le cryptage du réel dans L’Education sentimentale 

Cécile Matthey, Itinéraire d’une croyance : Hérodias 

Sylvie Triaire, Le défilé des dieux, de l’idole primitive à Loulou 

Mise en ligne prévue en mai 2012

 

EN PREPARATION / IN VORBEREITUNG

Entre morale, politique et religion : la cohésion sociale selon Emile Durkheim / Zwischen Moral, Politik und Religion: Emile Durkheims Begriff des sozialen Zusammenhalts

Sous la direction de / herausgegeben von: Hans-Peter Müller & Jean Terrier

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Hans Joas, Kollektive Efferveszenz: Durkheim 

  Wolfgang Schluchter, Der Dualismus der menschlichen Natur und seine sozialen wie historischen Bedingungen 

  Hartmann Tyrell, Religion und Politik – Max Weber und Emile Durkheim 

  Hans-Peter Müller, Gesellschaft, Moral und Individualismus. Emile Durkheims Moral-Theorie

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

François-A. Isambert, Durkheim : Une science de la morale pour une morale laïque 

  Bruno Karsenti, Le “dilemme durkheimien” en sociologie morale 

  Jean-Claude Chamboredon, Émile Durkheim : le social objet de science. Du moral au politique

  Philippe Steiner, Altruisme, égoïsme et individualisme dans l’École durkheimienne


Le Saint-Empire à l’époque moderne / Das Alte Reich in der Frühen Neuzeit

Sous la direction de / herausgegeben von: Falk Bretschneider & Guillaume Garner

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Georg Schmidt, Das frühneuzeitliche Reich – Sonderweg und Modell für Europa oder Staat der deutschen Nation ? 

 Heinz Schilling, Das Alte Reich – ein teilmodernisiertes System als Ergebnis der partiellen Anpassung an die frühmoderne Staatsbildung in den Territorien und den europäischen Nachbarländern 

 Wolfgang Behringer, Kaiser, Reichstag und Postwesen (1490-1615) 

 Harriet Rudolph, Kontinuität und Dynamik – Ritual und Zeremoniell bei Krönungsakten im Alten Reich. Maximilian II., Rudolph II. und Matthias in vergleichender Perspektive

 Heinz Duchhardt, Reichsritterschaft und Reichskammergericht

 

Textes traduits en allemand / Deutsche Übersetzungen

Étienne François, Des républiques marchandes aux capitales politiques : remarques sur la hiérarchie urbaine du Saint-Empire à l’époque moderne

 Christophe Duhamelle, Dedans, dehors : espace et identité de l’exclave dans le Saint-Empire après la paix de Westphalie 

 Jean-François Noël, La conscience d’Empire en milieu populaire dans l’Allemagne du XVIIIe siècle

 

La sociologe culturelle en Allemagne/ Kultursoziologie

Sous la direction de / herausgegeben von:  Stephan Moebius et Christian Papilloud

Textes traduits en français / Französische Übersetzungen

Winfried Gebhardt, Vielfältiges Bemühen. Zum Stand kultursoziologischer Forschung im deutschsprachigen Raum

 Klaus Lichtblau, Der Streit um den Kulturbegriff  in der Soziologie 

 Friedrich Tenbruck, Die Aufgabe der Kultursoziologie 

 Lepsius, M. Rainer, Interessen und Ideen. Die Zurechnungsproblematik bei Max Weber

 

 


Autour du numéro 11 à venir: Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise, Nantes, Editions Cécile Defaut, 2012.

Issu d’un séminaire ayant réuni les membres de l’équipe Flaubert liés à l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes, à l’ENS et à l’Université Paris 8 autour de la question de la bêtise dans l’œuvre de Flaubert et d’auteurs contemporains héritant de cette dernière, le présent ouvrage correspond bien à la logique à l’œuvre dans certains récents collectifs publiés à l’enseigne de la maison Cécile Defaut autour de grandes figures littéraires et critiques. Comme dans les volumes dédiés respectivement au travail de Bourdieu sur la littérature (2010) et à la critique décalée de Pierre Bayard (2010), ce projet sur Flaubert articule au point de vue des meilleurs spécialistes du sujet (la maître d’œuvre, Anne Herschberg Pierrot, mais aussi Jacques Neefs et Pierre-Marc de Biasi) le témoignage original d’écrivains proposant un retour critique sur le rapport qu’ils entretiennent, qui avec la bêtise (insaisissable et difficile à surprendre, selon Pierre Pachet), qui — dans le cas de Pierre Senges — avec l’obsédant Bouvard et Pécuchet. L’ensemble, de cette façon, est la plupart du temps aussi élégant que plaisant à parcourir, qui déjoue habilement l’habituelle distance académique de l’édition universitaire sans pour autant verser dans une légèreté désinvolte.

En balisant la problématique de « l’empire de la bêtise », Anne Herschberg Pierrot, dans l’avant-propos, souligne la polysémie délibérée d’une expression qui « s’entend au double sens du pouvoir, de l’emprise de la bêtise sur les esprits, et de l’extension infinie qu’elle prend dans la vie et dans l’œuvre de Flaubert » (p. 7). Si cette question fédératrice est bien connue des flaubertiens, elle trouve, au cœur de ce volume divisé en trois parties, une formulation originale et permet des éclairages nouveaux. Le premier volet de ce triptyque, le plus général, est dédié à l’idée même de la bêtise chez Flaubert ; le deuxième se penche plus spécifiquement sur le cas de Bouvard et Pécuchet, projet défini par son auteur comme une « encyclopédie critique en farce » et qui se trouve notamment éclairé au moyen d’une étude génétique menée par Anne Herschberg Pierrot et Jacques Neefs ; le troisième, enfin, interroge la filiation potentielle du traitement de la bêtise par Flaubert à l’aune de productions plus tardives, comme chez Proust, Oudernik et Barthes — dernière partie qui laisse à songer qu’il y aurait sans doute un véritable arbre généalogique des figurations de la bêtise à établir, qui embrasserait depuis certains personnages de Monnier et Flaubert jusqu’à ceux de Beckett, en passant par le Maire de Champignac de Franquin et Dupond et Dupont d’Hergé.

Polymorphe, la bêtise vue par l’œil flaubertien s’incarne autant dans l’orgueil imbécile du pharmacien Homais, voisin du couple Bovary à Yonville, que dans la sottise naïve de la brave Félicité, héroïne d’Un cœur simple ; tantôt évanescente et tantôt infinie, elle est avant tout affaire de discours, et c’est dans celui-ci qu’elle se manifeste, par la contamination des lieux communs, stéréotypes et idées reçues : ceux-ci, Flaubert a pris soin de les collecter en un fameux projet de Dictionnaire — « galerie personnelle d’un chasseur de papillons », selon le mot de Pierre-Marc de Biasi (p. 42) —, dont les entrées neutralisent la dimension menaçante d’assertions fréquemment reprises en situation par les personnages de ses romans, ainsi que le rappelle justement Françoise Gaillard (p. 71).

Il n’en demeure pas moins que cette bêtise qui traverse l’œuvre du romancier reste quelquefois difficile à objectiver, dans ses formes et dans ses effets : si les rodomontades d’Homais semblent prêter à rire, dont l’accumulation fonctionne comme une manière de physiologie du bourgeois (celui-là qui explique à des artificiers comment faire leur travail, se pique d’être chimiste, manie la terminologie pour jouer les distingués avant d’utiliser l’argot parisien pour affirmer sa modernité et se vante à qui veut l’entendre de son œuvre majeure — « un fort opuscule, un mémoire de plus de soixante et douze pages, intitulé : Du cidre, de sa fabrication et de ses effets, suivi de quelques réflexions nouvelles à ce sujet »), elles sont aussi celles par qui le malheur arrive, puisque c’est sur les conseils du pharmacien que Charles Bovary tentera (et ratera lamentablement) l’opération expérimentale d’un pied bot. De même, comme le montre Françoise Gaillard à l’aune des entrées du Dictionnaire des idées reçues (pp. 74-75), la définition de la bêtise sur la base de seuls contenus propositionnels reste délicate, qui pose problème tant sur le plan de la recension (comment limiter un travail de repérage de marqueurs de la bêtise, si celle-ci semble infinie ?) que sur le plan logique (un énoncé ne peut logiquement pas être défini comme bête, il peut simplement être présenté comme vrai ou faux), et implique la définition de critères bien particuliers (ce qui participe aujourd’hui d’une doxa qui prête à rire peut procéder d’une forme de sagesse antique).

Le franchissement de ces écueils, pour autant, n’est pas inenvisageable : il serait permis par un travail de reconstruction en contexte des logiques flaubertiennes, touchant aussi bien à la socialisation particulière de l’individu (c’est, au fond, ce qu’avait esquissé Sartre dans une bonne part de L’Idiot de la famille et que Pierre Bergounioux s’essaie ici à prolonger) et à sa façon d’occuper une position marginale dans un champ donné (comme l’avait montré Pierre Bourdieu dans Les Règles de l’art) qu’aux étapes successives de son travail d’écriture (que le travail génétique de Jacques Neefs et Anne Herschberg Pierrot, déjà précieux dans l’excellente revue Flaubert, contribue à éclairer dans le présent volume).

L’essai d’histoire culturelle proposé à ce sujet par Pierre Bergounioux, qui inscrit Flaubert dans un large mouvement d’émergence d’une figure paradoxale de l’intellectuel bourgeois en Europe, ne manque pas d’allure, mais doit être ramené aux conditions fondamentales qui font que cette situation est particulièrement délicate en France, à plus forte raison encore dans le cas du romancier rouennais. L’œuvre de Flaubert est avant tout le produit d’une société française qui voit paradoxalement le bourgeois s’imposer comme une manière d’épouvantail des littéraires et, dans le même temps, être le premier consommateur des caricatures qui le visent. Cette ambiguïté perceptible au sein de la sphère de grande production et dans la presse s’observe du reste tout autant parmi les tenants d’une littérature motivée par des principes esthétiques « purs », comme Pierre Bourdieu l’a bien montré avec le cas de Flaubert méprisant Napoléon iii mais paradant aux réceptions de la princesse Mathilde1. Indépendante des rapports délicats entretenus avec le marché, cette instabilité positionnelle est plus profondément ancrée chez le romancier qui, s’il ne cesse de clamer sa haine de la bourgeoisie et de la bêtise essentielle de cette classe, n’en est pas moins, par héritage, l’un de ses représentants : c’est avant tout cette contradiction qui porte son œuvre, qui le force à entreprendre un « combat de chaque instant contre [l’] hégémonie [de la bêtise] », ainsi que l’écrit Pierre-Marc de Biasi, « une lutte permanente de l’esprit pour s’arracher à sa tutelle, une rébellion des meilleurs contre sa toute-puissance, une force de sédition qui cherche à libérer le territoire, ou au moins, à consolider quelques poches de résistance pour ne pas laisser à l’ineptie le pouvoir d’y occuper tout le terrain » (p. 36).

Notes

1  Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art [1992], Paris, Seuil, « Points essais», 1998, pp. 101-102.

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Anne Herschberg Pierrot (dir.), Flaubert, l’empire de la bêtise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 16 février 2012. URL : http://lectures.revues.org/7562