Archives pour la catégorie La revue / Die Zeitschrift

L’industrie d’art romaine tardive / Spätrömische Kunstindustrie

Alois RieglTrivium a le plaisir de signaler la première traduction française « L’industrie d’art romaine tardive » de l’ouvrage phare de l’historien de l’art viennois Alois Riegl (1858-1905), préfacée par Emmanuel Alloa, responsable du numéro 10 « Lisibilité ». En 1901 paraît en effet à Vienne Spätrömische Kunstindustrie. La lecture de ce livre a fait dire à Julius von Schlosser, biographe éclairé de Riegl, qu’il cache, « sous son titre plus qu’insignifiant, la première présentation géniale de cette ‹ Antiquité tardive › qui est le prélude en Occident et en Orient de l’art ‹ médiéval › et indépendamment de laquelle on ne saurait comprendre ce dernier ».

Riegl dresse tout d’abord un large panorama de l’architecture, de la sculpture et de la peinture (fresques et mosaïques), de Constantin à Charlemagne, posant les fondements de sa conception de l’évolution artistique – dans laquelle il perçoit non pas une « décadence », notion qu’il récuse, mais ce qu’il appelle un Kunstwollen, un vouloir artistique.
L’auteur s’appuie ensuite sur une étude minutieuse d’objets issus de l’industrie d’art proprement dite, principalement la bijouterie et le travail sur métal, pour illustrer les grandes lignes de sa théorie : à un certain moment, l’ombre d’un corps s’émancipe pour devenir ombre spatiale, et c’est là, dans cette évolution de la perception de la profondeur et de l’espace, dans le passage de la main à l’oeil (de l’« haptique » à l’ « optique »), que se joue l’un des moments les plus importants de toute l’histoire de l’art.

Alois Riegl, l’un des membres, avec Franz Wickhoff, de la première École viennoise d’histoire de l’art, auteur de Questions de style et du Culte moderne des monuments, est l’un des auteurs actuellement les plus « vivants » de cette génération née à Vienne au milieu du XIXe siècle. Riegl et ses écrits ont largement dépassé le seul cercle de l’histoire de l’art. Walter Benjamin l’a défini comme une référence majeure, le philosophe Georg Lukács le considère comme l’un des« historiens réellement importants du XIXe siècle » ; le philosophe Ernst Bloch, le sociologue Karl Mannheim, les architectes Walter Gropius et Peter Behrens : tous se réfèrent à Riegl. En France aussi, même sans avoir été traduit, ce livre et ses idées ont agi, notamment grâce au travail de passeur du phénoménologue Henri Maldiney, l’un des meilleurs lecteurs de Riegl. Gilles Deleuze et Félix Guattari, Jacques Derrida, Hubert Damisch, Daniel Arasse l’ont lu et ont perçu sa portée. Le moment est venu de découvrir enfin dans le texte cet ouvrage qui, depuis sa parution à l’orée du XXe siècle, n’a cessé d’inspirer les meilleurs esprits.

Christopher S. Wood est Carnegie Professor d’histoire de l’art à l’Université de Yale. Il est notamment l’auteur de Forgery, Replica, Fiction: Temporalities of German Renaissance Art (Chicago Press, 2008) qui a reçu le Susanne M. Glasscock Humanities Book Prize for Interdisciplinary Scholarship.

Emmanuel Alloa est maître de conférences en philosophie à l’Université de Saint-Gall en Suisse. Il est notamment l’auteur de La Résistance du sensible (Éditions Kimé, 2008) et Das durchscheinende Bild (Diaphanes, 2011).

Table ronde autour du numéro 15: La langue de l’Europe, c’est la traduction

Trivium et les éditions de la MSH vous invitent

à la Table ronde

L’Europe pense en plusieurs langues

dans le cadre du 23e salon des Revues

Samedi 12 octobre • 15h30 – 16h30

Salle Maurice Nadeau

L’effondrement de la tour de Babel a créé la richesse de la diversité des langues et a rendu nécessaire le travail de traduction. En effet, si chacun suit son propre chemin de pensée, dans sa propre langue elle-même irréductible aux autres, se rencontrer et se comprendre est-il pour autant vraiment utopique ? Dans quelle mesure et de quelle façon faut-il combiner, dans les sciences sociales et humaines, le plurilinguisme avec une lingua franca, qu’elle fût latine hier, anglaise aujourd’hui, et encore différente demain. Quel est le rôle de la traduction dans la communication et la coopération scientifique ?

Le débat partira de l’exemple de la revue Trivium qui publie des traductions d’articles académiques français et allemands pour leur donner une seconde vie, mis en perspectives par une approche problématique commune.

Avec les interventions de :

# Hinnerk Bruhns, directeur de recherche émérite au CNRS-CRH et directeur de rédaction de Trivium,
# Isabelle Kalinowski, traductrice de Max Weber, chargée de recherches CNRS-ENS Ulm

# Leyla Dakhli, chargée de recherche au CNRS-IRENAM
# Stephanie Schwerter, maître de langue à l’EHESS, responsable du programme d’édition franco-allemand de la FMSH


# Mikaël Meunier, responsable linguistique de la Représentation de la Commission européenne en France, Antenne de la direction générale de la traduction

# Jean-Claude Barbier, sociologue, directeur de recherche émérite, CNRS-CES

Animée par Julie Sentis,
secrétaire de rédaction de Trivium


Corine Le Carrer
Presse • Communication éditions MSH
Éditions MSH
86 rue Claude Bernard
75005 Paris

La platinum road et le cap des sciences humaines et sociales

I_love_open_access« La langue de l’Europe, c’est la traduction » dit Umberto Eco dans un cours au collège de France. En juillet 2012, la Commission européenne émet une recommandation relative à la publication en accès ouvert (c’est-à-dire gratuit pour le lecteur) des résultats de la recherche scientifique financée sur fonds publics. En 2007 déjà, c’était à travers la traduction d’articles scientifiques en accès libre et gratuit que les rédacteurs de Trivium, Gudrun Gersmann et Hinnerk Bruhns, concevaient la revue comme un espace de dialogue entre les cultures scientifiques francophone et germanophone en sciences humaines et sociales. Afin que le cap de l’ennemi d’hier ne soit plus à combattre dans sa langue-cible, ni l’étranger d’aujourd’hui celui que l’on lit en anglais au mépris de sa langue-source, le chercheur de demain pourra apprécier son voisin comme l’autre du cap européen, les travaux de l’un se révélant fécond aux yeux de l’autre par la traduction, comme une reproduction-source du savoir. Car les sciences humaines et sociales, riches de la langue dans laquelle leurs auteurs écrivent et pensent, peuvent constituer ce cap, cette proue, se placer à l’avant-garde d’un mouvement d’ouverture vers l’autre, en raison même de la demande sociale grandissante dont elles sont l’objet. Si la condition nécessaire de ce développement, contre lequel aucun chercheur de ces disciplines ne se prononcerait, est l’accès libre aux articles des auteurs aux lecteurs, c’est bien l’accès ouvert – et dans sa forme la plus achevée gratuit – qui est la condition suffisante d’une démocratisation – qualitative donc quantitative et vice versa – des savoirs, pour des politiques éditoriales ambitieuses, favorisant les croisements disciplinaires, les nouvelles formes d’écriture et le plurilinguisme comme autant de gages d’une diffusion la plus large et d’un financement à terme le plus sûr des connaissances. Nous soutenons donc la platinum road promue par Open édition et la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Geneviève Fioraso pour développer une édition en libre accès qui permette aux auteurs et aux lecteurs d’accéder à la publication scientifique sans paiement. Parce que le savoir n’est pas un bien comme les autres mais la seule route après Babel: signez la tribune du Monde!

Traduction française: „Die bedeutenden Wissenschaftssprachen müssen erhalten bleiben“

« Les grandes langues scientifiques doivent être préservées »

Le 24 janvier 2012 par Mareike König

Entretien avec Hinnerk Bruhns, directeur de recherche au CNRS à Paris, à propos de Trivium,  la revue en ligne dont il est cofondateur et directeur de rédaction.

Mareike König (MK) : M. Bruhns, vous êtes l’un des “pères” de TRIVIUM, une revue électronique créée à l’automne 2007, qui publie des traductions d’articles sélectionnés dans des revues allemandes et françaises spécialisées en sciences humaines et sociales, les contributions originellement parues en allemand étant proposées en traduction française et vice-versa. Comment est née l’idée de cette revue ?

Hinnerk Bruhns (HB) : L’idée fondatrice de la revue Trivium a progressivement vu le jour entre 2005 et 2007. A cette époque, j’étais adjoint à l’administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH), où existe depuis les années 1980 un programme franco-allemand pour la traduction de livres dans le domaine des sciences humaines et sociales [1], qui bénéficie du soutien de l’Institut Goethe, (auparavant : Inter Nationes), du DAAD et du Centre National des Lettres. Depuis de nombreuses années déjà, j’avais exprimé en diverses occasions l’idée de compléter ce programme par un programme parallèle de traductions d’articles de périodiques, et cela a été l’un des points de départ à la création de Trivium. Le raisonnement était que l’investissement financier et le risque éditorial seraient réduits par rapport à la traduction d’ouvrages complets. De surcroît, la traduction de textes courts – articles de périodiques – devait permettre de réduire le décalage temporel souvent très important entre l’avancée de la recherche dans un pays et son transfert et sa réception dans le pays voisin.

Ces réflexions se sont ensuite associées à d’autres, relatives à la politique linguistique dans les sciences humaines et sociales en Europe. Les fondations Robert Bosch et DVA, partenaires de longue date de la FMSH, finançaient depuis plusieurs années déjà des études sur la communication scientifique entre la France et l’Allemagne. La question des langues et de la traduction y occupait une place centrale. Ainsi, dans une étude de Fritz Nies de 2002[2], l’intensité mais aussi les lacunes de la communication, des transferts et de la réception entre les communautés scientifiques spécialisées allemandes et françaises ont été analysées à travers l’exemple de différentes sciences humaines et sociales. Sur la base des résultats de cette études, un congrès a été organisé à Berlin en 2004 par les fondations Robert Bosch et DVA, l’institut franco-allemand à Ludwigsbourg et la FMSH sur la question des langues au sein de la coopération scientifique en Europe, avec une attention particulière pour les échanges franco-allemands. [3]. A l’issue de ces débats, la nécessité, scientifiquement fondée, de préserver et de promouvoir les grandes langues dans les sciences humaines et sociales a été réaffirmée, ainsi que celle, corrélative, de soutenir et intensifier davantage la communication scientifique transnationale par le biais de traductions.

De ces réflexions à la mise en œuvre concrète du projet, il a fallu non seulement passer par un certain nombre d’étapes mais aussi trouver des partenaires. Des institutions, d’une part : outre les fondations allemandes citées précédemment, il s’est agi du Ministère français de la culture, ainsi que, principalement, de la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG) et de l’Agence nationale de la recherche française. Des personnes, d’autre part, qui se sont particulièrement investies et ont amené les compétences qui me manquaient. Je me contenterais ici de citer Gudrun Gersmann de l’Institut historique allemand de Paris (DHI) qui a une très grande expérience dans le domaine des médias numériques et des outils de recherche. Depuis l’université de Cologne où elle travaillait à l’époque, et avec le concours de la FMSH, Mme Gersmann a fait valider la demande de financement de Trivium dans le cadre de l’appel à projets franco-allemands de la DFG et de l’ANR, puis a mis la revue sur pied avec moi lorsqu’elle est devenue directrice de l’Institut historique allemand de Paris.

MK : Quelle est la particularité de TRIVIUM ?

 HB : A la différence de revues scientifiques traditionnelles, Trivium ne publie pas d’articles originaux, mais uniquement des traductions de textes déjà parus dans des périodiques ou des ouvrages collectifs en France ou en Allemagne. La particularité réside donc d’une part dans la traduction, d’autre part dans la combinaison d’articles français et allemands sur une même thématique.

Trivium paraît sous la forme de cahiers thématiques (la fréquence moyenne est de trois par an), qui sont en principe sous la direction scientifique d’un chercheur français et d’un chercheur allemand, différents à chaque numéro. Trivium est éditée par les Editions de la Maison des sciences de l’Homme à Paris, avec le concours de différentes institutions françaises et allemandes, dont en premier lieu l’Institut historique allemand de Paris. Le conseil scientifique de la revue sélectionne avec la rédaction et les directeurs scientifiques des numéros respectifs les articles à traduire. Le premier numéro est paru en mai 2008 et la revue est disponible gratuitement sur internet : http://trivium.revues.org/

 MK : Que signifie précisément le nom “Trivium” ?

HB : Le nom complet de la revue est : Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften. En latin, le mot trivium désigne un lieu où convergent trois routes, un carrefour. Dans la scolastique médiévale, le terme correspondait au trois disciplines grammaticalo-rhétoriques (la dialectique, la grammaire, la rhétorique) des sept arts libéraux, autrement dit le triple chemin de la connaissance linguistique, qui, combiné au quadrivium (quatre routes : l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie et la musique) formaient une propédeutique à l’étude de disciplines plus élevées (la théologie, le droit, la médecine). Mieux que celui de bivium (deux routes), le concept de trivium exprime la mission que nous nous sommes donnée avec cette revue « à deux faces » franco-allemande : d’une part, parce qu’il met l’accent sur l’importance de la langue dans l’accès à la connaissance, d’autre part parce que l’idée des « trois routes » permet d’aller au delà de la seule perspective franco-allemande.

MK : Pourquoi avoir choisi le format électronique pour la revue ?

HB : Etant donné que nous ne voulions pas limiter les thématiques abordées dans la revue à une seule discipline, mais au contraire couvrir une grande diversité de domaines scientifiques dans lesquels la pensée et les concepts sont étroitement tributaires des langues nationales, il n’était pas possible de compter sur un cercle fixe d’abonnés qui aurait permis de supporter les coûts considérables de traductions, rédaction, impression et distribution. Aussi, d’un point de vue économique, la seule solution viable était d’opter pour une revue exclusivement électronique, proposée en libre accès. Les coûts de cette entreprise, qui devaient être couverts par des donataires privés et publics, se justifiaient uniquement au regard de l’intérêt scientifique attendu. La revue devait donc être développée comme une sorte d’outil ou d’élément d’infrastructure à disposition des chercheurs – en particulier ceux qui s’intéressent à la coopération franco-allemande – de manière à ce que ceux-ci puissent se l’approprier, au meilleur sens du terme. De plus, cette initiative franco-allemande devait servir de modèle pour des projets de traduction analogues entre d’autres communautés linguistiques.

MK : Comment Trivium se positionne-t-elle au sein de la communauté scientifique allemande et française ? Quel est le public visé par la revue, des étudiants, des doctorants, des chercheurs ?

HB : Conformément au concept fondateur, Trivium s’adresse en premier lieu à des étudiants, des enseignants du supérieur et des chercheurs qui, en raison d’une méconnaissance ou d’une maîtrise insuffisante de l’allemand ou du français, ne lisent pas ou peu – et le cas échéant avec beaucoup de difficulté – de publications dans ces langues. On pense tout d’abord spontanément au public universitaire français et allemand, mais la revue s’adresse également à des lecteurs dans d’autres pays francophones ou germanophones. Au-delà, Trivium vise également un lectorat de scientifiques et d’étudiants dans (potentiellement) tous les pays du monde, qui lisent l’une des deux langues dans laquelle la revue publie ses traductions. Les statistiques d’accès indiquent que Trivium a des lecteurs partout dans le monde, mais aussi que la revue est régulièrement consultée par des chercheurs et des étudiants qui maîtrisent les deux langues. Et cela ne tient pas seulement au fait que les textes publiés dans Trivium sont directement accessibles sur internet. Ce qui joue un rôle décisif, c’est que Trivium propose des dossiers thématiques pertinents pour la recherche, établis selon des critères scientifiques et accompagnés d’introductions approfondies rédigées par les directeurs des numéros respectifs. D’ailleurs, la rédaction a appris que les cahiers thématiques de Trivium sont parfois utilisés dans le cadre d’enseignements universitaires.

MK : Une question provocatrice : pourquoi les traductions sont-elles aujourd’hui encore si importantes dans les sciences humaines ?

HB : L’objet des sciences humaines et sociales est l’étude de l’homme et de la société. L’élaboration des concepts est par conséquent (en particulier au sein des grandes communautés scientifiques) étroitement liée aux langues nationales respectives. C’est dans la langue nationale que s’expriment la pensée et l’expérience de l’individu et du corps social, que le chercheur formule ses hypothèses, ses analyses et ses explications et qu’il les présente à ses collègues ainsi qu’à un plus large public.

Si la communication et les échanges scientifiques en Europe et dans le monde ne peuvent faire l’économie d’une lingua franca – l’anglais à l’heure actuelle –, il n’en demeure pas moins que le recours systématique à une langue tierce est insuffisant et n’est souvent qu’un pis-aller – certes souvent incontournable – dans l’optique d’une véritable communication et coopération entre des chercheurs issus de différentes communautés linguistiques. Dans le cadre de la coopération internationale, la qualité du travail de recherche en sciences humaines et sociales dépend pour une part non négligeable de bonnes connaissances dans la langue du partenaire, d’une part, et, d’autre part, de la qualité (établie en fonction de critères scientifiques rigoureux) des traductions. Actuellement, la qualité de la recherche, et par là celle de l’enseignement, est menacée par la tendance regrettable qui consiste à considérer qu’il n’est pas nécessaire de s’intéresser à ce qui n’est pas publié en anglais. Les traductions sont une manière de remédier à cette situation, faire du plurilinguisme une condition obligatoire pour l’accès aux études doctorales (au plus tard !) en serait une autre.

MK : Quels ont été jusqu’ici les grands axes thématiques traités par Trivium, et comment ceux-ci ont-ils été choisis ? Tout un chacun peut-il faire une proposition ?

HB : Nous avons jusqu’à présent publié neuf dossiers thématiques, à chaque fois sur un sujet différent. L’éventail s’étend des religions orientales dans l’antiquité gréco-romaine (Nr. 4) à la sociologie de la bureaucratie de Max Weber (Nr. 7) en passant par l’iconic turn (tournant iconique) dans les sciences sociales (Nr. 1), ou encore la sociologie des conventions développée en France (Nr. 5). On peut également citer les droits subjectifs et les droits de l’homme (Nr. 3), les formes de la communication symbolique au Moyen-âge (Nr. 2), la relation entre esthétique et science de l’art (avec toute une série de textes de la première moitié du XXème siècle) (Nr. 6), les transferts de savoir comme un aspect des relations entre le monde chrétien latin et le monde arabo-musulman du IXème au XVème siècle (Nr. 8), et enfin le problème du temps et de sa perception dans les sciences sociales (Nr. 9).

Chacun peut faire des propositions, toutefois celles-ci doivent correspondre au format particulier et à la vocation de la revue. Des précisions à ce sujet sont données sur le site internet de Trivium.

MK : Quels seront les thèmes abordés dans les prochains numéros de la revue ?

 HB : Les deux prochains numéros s’intéresseront respectivement au thème de la « Lesbarkeit/Lisibilité » (Nr. 10), et au « réalisme oriental de Flaubert » (Nr. 11). Ensuite, Emile Durkheim sera à l’honneur, puis nous nous pencherons sur des recherches sur l’Ancien Empire et enfin sur le développement de la sociologie de la culture.

MK : Existe-t-il une lettre d’information pour annoncer la sortie des numéros à venir ? Ou bien comment peut-on en être informé ?

 HB : Oui, il y a une lettre d’information, à laquelle on peut s’abonner à l’adresse suivante : http://trivium.revues.org/?page=lettre

La revue possède également un blog et une page Facebook.

MK : M. Bruhns, un grand merci pour cet entretien.

Hinnerk Bruhns a répondu aux questions par écrit. La version française de l’entretien a été établie par Anne-Emmanuelle Fournier.

Contact :

Trivium
Fondation Maison des Sciences de l’Homme
190, avenue de France
75013 Paris

trivium@msh-paris.fr

bruhns@msh-paris.fr

1. http://www.editions-msh.fr/info/?fa=text56 et http://www.editions-msh.fr/collections/?collection_id=574 []

2. Fritz Nies (dir.): Spiel ohne Grenzen? Zum deutsch-französischen Transfer in den Geistes- und Sozialwissenschaften, Gunter Narr Verlag, Tübingen 2002 ; traduction française : Fritz Nies (dir.), L’enjeux scientifiques des traductions : échanges franco-allemands en sciences humaines et sociales, Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2004. []

3. Les principales interventions de cette manifestation ont été publiées dans les actes du colloque : Fritz Nies (dir.), avec la coopération d’Erika Mursa, Europa denkt mehrsprachig. Exemplarisch: deutsche und französische Kulturwissenschaften / L’Europe pense en plusieurs langues. Exemplaires : les Sciences de l’Homme en France et en Allemagne, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2005

 

„Die bedeutenden Wissenschaftssprachen müssen erhalten bleiben“

Januar 24, 2012
By Mareike König

Prof. Dr. Hinnerk BruhnsInterview mit Prof. Dr. Hinnerk Bruhns, Forschungsdirektor am CNRS, Paris über die von ihm mitgegründete und herausgegebene Online-Zeitschrift „Trivium“.

Mareike König (MK): Herr Bruhns, Sie sind einer der „Väter“ von Trivium, eine elektronische Zeitschrift, die seit Herbst 2007 ausgewählte Artikel aus deutschen und französischen geistes- und sozialwissenschaftlichen Fachzeitschriften in der jeweils anderen Sprache in Übersetzung open access veröffentlicht. Wie ist die Idee zu Trivium entstanden?

Hinnerk Bruhns (HB): Die Idee zur Gründung der Zeitschrift Trivium ist in den Jahren 2005 bis 2007 entwickelt worden. Ich war damals stellvertretender Leiter der Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Dort gibt es seit den 1980er Jahren ein deutsch-französisches Programm für die Übersetzung von Büchern aus den Geistes- und Sozialwissenschaften[1], das mit der Unterstützung durch das Goethe-Institut (zuvor: Inter Nationes), den DAAD und das Centre National des Lettres durchgeführt wird. Die schon vor vielen Jahren gelegentlich von mir vorgetragene Idee, dieses Programm durch ein Parallelprogramm zur Übersetzung von Zeitschriftenartikel zu ergänzen, war einer der Ausgangspunkte, die zur Gründung von Trivium führten. Dahinter stand der Gedanke, dass der finanzielle Aufwand und das verlegerische Risiko bei der Übersetzung von Artikeln geringer sein würden als bei Büchern. Außerdem ließe sich durch die Übersetzung von kurzen Texten – Zeitschriftenartikel – die oft sehr lange Zeitverzögerung im Transfer und in der Rezeption der Entwicklung der Forschung im Nachbarland verringern.

Diese Überlegungen verbanden sich dann mit solchen zur Sprachenpolitik in den Geistes- und Sozialwissenschaften in Europa. Langjährige Partner der FMSH, die DVA-Stiftung und die Robert Bosch Stiftung hatten seit mehreren Jahren Untersuchungen über die wissenschaftliche Kommunikation zwischen Deutschland und Frankreich gefördert. Die Frage der Sprachen und Übersetzungen stand dabei im Mittelpunkt. In einer Studie von Fritz Nies aus dem Jahre 2002[2] werden am Beispiel verschiedener geistes- und sozialwissenschaftlicher Fächer sowohl die Intensität wie auch die Lücken in der Kommunikation, dem Transfer und der Rezeption zwischen den deutschen und französischen fachwissenschaftlichen „communities“ analysiert. Von den Ergebnissen dieser Studie ausgehend wurde von der Bosch-Stiftung und der DVA-Stiftung, dem Deutsch-französischen Institut in Ludwigsburg und der FMSH in Berlin im Jahr 2004 ein Kongress zur Sprachenfrage in der europäischen Wissenschaftskooperation organisiert, und zwar mit besonderer Blickrichtung auf die deutsch-französische Zusammenarbeit[3]. Zentrale Ergebnisse der Diskussionen waren zum einen die wissenschaftlich begründete Notwendigkeit, in den Geistes- und Sozialwissenschaften die bedeutenden Wissenschaftssprachen zu erhalten und zu fördern, und zum anderen – als Korrelat dazu – die Forderung, die transnationale Wissenschaftskommunikation verstärkt durch mehr Übersetzungen zu fördern und zu intensivieren.

Von diesen Überlegungen zur Realisierung der Idee waren dann nicht nur einige Schritte nötig, sondern vor allem Partner. Einmal Institutionen: neben den eben genannten deutschen Stiftungen das französische Kulturministerium und dann vor allem die Deutsche Forschungsgemeinschaft und die Agence nationale de la recherche in Frankreich. Dann auch Personen mit besonderem Engagement und den mir selbst fehlenden Kompetenzen. Ich nenne hier nur Gudrun Gersmann vom DHI Paris mit ihrer langen Erfahrung im Bereich digitaler Medien und Instrumente für die Forschung. Frau Gersmann hat, damals noch von der Universität Köln aus, gemeinsam mit der FMSH den Projektantrag für Trivium in das deutsch-französische Förderprogramm von DFG und ANR eingebracht und das Unternehmen dann als Direktorin des DHI Paris gemeinsam mit mir verwirklicht.

MK : Was ist das Besondere an Trivium?

HB: Im Vergleich zu „normalen“ wissenschaftlichen Zeitschriften ist das Besondere an Trivium, dass hier keine Originalbeiträge publiziert werden, sondern ausschließlich Übersetzungen von Texten, die schon in Zeitschriften oder auch Sammelbänden in Frankreich oder Deutschland veröffentlicht worden sind. Das Besondere besteht also einerseits in der Übersetzung, andererseits aber auch in der Zusammenstellung von französischen und deutschen Beiträgen zu einer bestimmten Thematik.

Trivium erscheint in Form von Themenheften (durchschnittlich drei pro Jahr), die in der Regel von je einem deutschen und einem französischen wissenschaftlichen Herausgeber betreut werden. Trivium wird herausgegeben von den Editions de la Maison des sciences de l’Homme in Paris, in Verbindung mit mehreren deutschen und französischen Institutionen, darunter an erster Stelle das DHI Paris. Der wissenschaftliche Beirat der Zeitschrift entscheidet mit der Redaktion und den jeweiligen Herausgebern über die Auswahl der zu übersetzenden Artikel. Die erste Ausgabe ist im Mai 2008 veröffentlicht worden; die Zeitschrift ist frei im Internet zugänglich: http://trivium.revues.org/

MK: Was genau bedeutet denn der Name Trivium?

HB: Der volle Name der Zeitschrift ist: Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften. Im Lateinischen ist Trivium der Ort, wo drei Wege zusammenstoßen, eine Wegekreuzung. In der mittelalterlichen Universität bezeichnete Trivium die drei grammatisch-rhetorischen Fächer (Dialektik, Grammatik, Rhetorik) der sieben artes liberales, also den Dreiweg zur sprachlichen Bildung, zusammen mit dem Quadrivium (Vierweg: Arithmetik, Geometrie, Astronomie, Musik) als Propädeutik für die höheren Fakultäten (Theologie, Recht, Medizin). Besser als der Name Bivium (Zweiweg) es hätte tun können, entspricht der Begriff Trivium dem, was wir mit dieser ‚zweiseitigen’, deutsch-französischen Zeitschrift tun wollen. Einerseits durch den Bezug auf die Bedeutung der Sprache in der Bildung, andererseits dadurch, dass der ‚Dreiweg’ über das rein Deutsch-Französische hinausweist.
Screenshot von Trivium

Screenshot von Trivium

MK: Warum wurde Trivium als elektronische Zeitschrift konzipiert?

HB: Wollte man die Arbeitsschwerpunkte dieser Zeitschrift nicht auf eine Disziplin einschränken, sondern den doch sehr weiten Bereich der unterschiedlichen Wissenschaftsgebiete abdecken, in denen die Begrifflichkeit und das Denken vorwiegend durch die Nationalsprachen geprägt sind, dann konnte diese Zeitschrift vom wirtschaftlichen Standpunkt aus gesehen nicht mit einem festen Abonnentenkreis rechnen, der die erheblichen Kosten für die Übersetzungen, die Redaktion, den Druck und den Vertrieb getragen hätte. Daher bot sich als einzige Möglichkeit die einer rein elektronischen, frei zugänglichen Zeitschrift an. Die durch private und öffentliche Zuwendungen zu deckenden Kosten des Unternehmens ließen sich allein durch den erwarteten Nutzen für die Wissenschaft rechtfertigen. Die Zeitschrift musste also als eine Art Instrument oder Infrastrukturelement entwickelt werden, dessen sich die Wissenschaftler, insbesondere die an der deutsch-französischen Kooperation interessierten, bedienen und – im besten Sinne – bemächtigen würden. Diese deutsch-französische Initiative sollte zugleich als Modell für analoge Übersetzungsinitiativen zwischen andere Sprachgemeinschaften dienen können.

MK: Wie positioniert sich Trivium in der deutschen und französischen Fachcommunity? Wen möchte Trivium ansprechen, Studierende, Doktoranden, Forscher?

HB: Dem ursprünglichen Konzept entsprechend wendet Trivium sich in erster Linie an Studenten, Hochschullehrer und Wissenschaftler, die aufgrund mangelnder oder unzureichender Kenntnisse des Deutschen, bzw. des Französischen, Publikationen in diesen Sprachen nicht oder nur selten, da mit großer Mühe verbunden, lesen. Man denkt dabei spontan wohl zunächst an das akademische Publikum in Frankreich und Deutschland, und in zweiter Linie an Leser in anderen deutsch- und französischsprachigen Ländern. Trivium richtet sich jedoch darüber hinaus an Wissenschaftler und Studenten in – potentiell – allen Ländern der Welt, die zumindest eine der beiden Sprachen lesen, in denen die Zeitschrift ihre Übersetzungen veröffentlicht. Die Zugriffsstatistiken zeigen, dass die Leserschaft von Trivium weit über die Welt verteilt ist. Auch hat sich gezeigt, dass Trivium durchaus auch regelmäßig von Wissenschaftlern und Studenten konsultiert wird, die beider Sprachen mächtig sind. Das liegt nicht nur daran, dass die von unserer Zeitschrift publizierten Texte im Internet direkt zugänglich sind. Entscheidender ist wohl, dass Trivium forschungsrelevante thematische Dossiers anbietet, die nach wissenschaftlichen Kriterien zusammengestellt und von den jeweiligen Herausgebern mit einer ausführlichen Einleitung in den Themenschwerpunkt versehen werden. Themenhefte von Trivium werden, wie der Redaktion bekannt worden ist, auch in der Lehre an Universitäten eingesetzt.

MK: Einmal ketzerisch gefragt: warum sind Übersetzungen in den Geisteswissenschaften auch heute noch so wichtig?

HB: Die Konzeptualisierung in den Geistes- und Sozialwissenschaften, deren Gegenstand Mensch und Gesellschaft sind, ist (insbesondere in den bedeutenden Wissenschaftsgemeinschaften) eng verknüpft mit der jeweiligen Nationalsprache. In ihr kommen Denken und Erfahrung des Einzelnen wie der Gesellschaft zum Ausdruck, in ihr formuliert der Forscher seine Hypothesen, Analysen und Erklärungen, und in ihr stellt er sie den Fachwissenschaftlern wie auch einem breiteren Publikum vor.

Auch wenn wissenschaftliche Kommunikation und wissenschaftlicher Austausch in Europa und international auf eine lingua franca – heute Englisch – nicht verzichten können, ist für eine wirkliche wissenschaftliche Kommunikation und Kooperation zwischen Forschern aus unterschiedlichen Sprachgemeinschaften der systematische Rückgriff auf eine dritte Sprache nicht ausreichend und im Grunde nur ein – häufig allerdings unumgänglicher – Notbehelf. Im Rahmen der internationalen Kooperation hängt die Qualität der Forschungsarbeit in den Geistes- und Sozialwissenschaften in einem nicht zu vernachlässigenden Umfang ab zum einen von guten Kenntnissen in der Sprache des Partners, zum anderen von der (streng wissenschaftlichen Kriterien genügenden) Qualität der Übersetzungen. Heute ist die Qualität der Forschung, und damit auch der Lehre, durch den verhängnisvollen Trend bedroht, dass viele meinen, man brauche nicht mehr zur Kenntnis zu nehmen, was nicht auf Englisch publiziert ist. Übersetzungen sind ein Gegenmittel, die Mehrsprachigkeit zur Voraussetzung für die Zulassung zum Promotionsstudium (spätestens!) zu machen wäre ein anderes.

MK : Welche Themenschwerpunkte wurden bisher bei Trivium behandelt und wie werden diese ausgewählt? Kann jeder einen Vorschlag machen?

HB : Wir haben bisher neun Themenhefte veröffentlich, jedes Mal mit einem anderen Schwerpunkt. Die Spannweite reicht von den „orientalischen“ Religionen in der griechisch-römischen Antike (Nr. 4) bis zu Max Webers Soziologie der Bürokratie (Nr. 7), dem iconic turn in den Sozialwissenschaften (Nr. 1), oder, um ein anderes Beispiel zu nennen, bis zu der in Frankreich entwickelten Soziologie der Konventionen (Nr. 5). Andere Themen waren die subjektiven Rechte und die Menschenrechte (Nr. 3), die Formen symbolischer Kommunikation im Mittelalter (Nr. 2), das Verhältnis von Ästhetik und Kunstwissenschaft (mit einer ganzen Reihe von Texten aus der ersten Hälfte des 20. Jahrhunderts) (Nr. 5), der Wissenstransfer als ein Aspekt der Beziehungen zwischen lateinisch-christlicher und arabisch-islamischer Welt zwischen dem 9. und dem 15. Jahrhundert (Nr. 8) und zuletzt das Problem der Zeit und der Zeitwahrnehmungen in den Sozialwissenschaften (Nr. 9).

Vorschläge können von jedermann gemacht werden; natürlich müssen die Vorschläge dem besonderen Format und der Zielsetzung der Zeitschrift entsprechen. Hinweise dazu gibt es auf der Homepage von Trivium.

Blog der Zeitschrift TriviumMK: Wie lauten die Themen für die nächsten Hefte bei Trivium?

HB: Die beiden nächsten Nummern behandeln das Thema der „Lesbarkeit/Lisibilité“ (Nr. 10) und dann „Flaubert orientalischen Realismus“ (Nr. 11). Danach geht es einmal um Emile Durkheim, dann um Forschungen zum Alten Reich und danach um die Entwicklung der Kultursoziologie.

MK: Gibt es einen Newsletter mit der Ankündigung der neuesten Nummer oder wie kann man von den neuen Ausgaben erfahren?

HB: Ja, es gibt einen Newsletter. Unter folgender Adresse kann man ihn abonnieren: http://trivium.revues.org/?page=lettre

Außer dem gibt es ein Blog, und Trivium ist auch auf Facebook präsent.

MK: Herr Bruhns, vielen Dank für das Interview.

Hinnerk Bruhns hat die Fragen schriftlich beantwortet.

Kontakt:

Trivium
Fondation Maison des Sciences de l’Homme
190, avenue de France
75013 Paris

trivium@msh-paris.fr

bruhns[at]msh-paris.fr